Selon les politiciens européens, la révolution du véhicule électrique est bel et bien en marche.

« Je pense que la transition vers les véhicules électriques est beaucoup plus rapide que quiconque aurait pu le prévoir », a déclaré plus tôt cette année le chef européen du climat, Frans Timmermans, faisant écho à une opinion largement répandue à Bruxelles.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a également assuré aux Européens que « le changement est déjà en cours » dans son discours sur l’état de l’Union de 2021, notant que l’Allemagne a immatriculé plus de voitures électriques que de voitures diesel au premier semestre 2021.

Non seulement les ventes de véhicules électriques augmentent, mais Tesla, peut-être le constructeur de véhicules électriques le plus célèbre au monde, est désormais le constructeur automobile le mieux noté au monde.

La transition vers l’e-mobilité semble se poursuivre à un rythme soutenu, modifiant inexorablement le paysage automobile.

Mais les recherches d’EURACTIV sur l’adoption des véhicules électriques (VE) à travers le continent remettent en question ce récit, révélant de sérieux obstacles à l’adoption des VE en Europe de l’Est et du Sud.

Un marché des véhicules électriques d’occasion sous-développé, la confusion sur l’abonnement aux services de recharge et les préoccupations concernant la dégradation des batteries entravent l’adoption des véhicules électriques et contribuent aux problèmes couramment cités tels que les coûts initiaux élevés et le manque d’infrastructures de recharge.

Ce qui ressort des recherches d’EURACTIV est l’image d’une révolution des véhicules électriques qui laisse derrière elle les Européens les moins aisés.

Les voitures particulières et les camionnettes étant responsables d’environ 12 % des émissions de CO2 dans l’UE, les véhicules électriques sont considérés comme un moyen essentiel de réduire les émissions liées aux transports en Europe.

D’autre part, environ 11 % du total des immatriculations de voitures neuves en Europe étaient électriques l’année dernière, contre 3,5 % en 2019.

Selon des données récentes publiées par l’association professionnelle des constructeurs automobiles, l’ACEA, au troisième trimestre 2021, les véhicules électriques à batterie ont atteint 9,8 % des ventes dans l’UE, tandis que les véhicules hybrides rechargeables représentaient 9,1 %. Ensemble, ils ont dépassé la vente de véhicules diesel (17,6 %).

Cependant, les véhicules à essence sont toujours confortablement en tête, représentant un peu moins des deux cinquièmes de toutes les voitures vendues.

La croissance des ventes de véhicules électriques est sans aucun doute tirée par la législation, tant nationale qu’européenne, visant à résoudre le problème des carburants fossiles.

En juillet, la Commission européenne a présenté des propositions visant à interdire la vente de voitures et de camionnettes neuves émettant du carbone à partir de 2035, marquant la fin du moteur à combustion interne.

Cette mesure fait partie des plans de l’UE visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030 et à fixer un objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

Interrogé sur les inquiétudes des consommateurs concernant les prix plus élevés des véhicules électriques par rapport à leurs homologues à combustibles fossiles, un responsable de l’UE a déclaré que le prix initial des véhicules électriques devrait baisser dans les années à venir. Le coût total de possession, qui tient compte des coûts de carburant, devrait être inférieur à celui des véhicules à moteur à combustion actuels d’ici 2027, a déclaré le responsable.

Anticipant des lois de plus en plus strictes, les constructeurs européens se tournent déjà vers la production de véhicules électriques, afin de devenir une force dominante sur le marché en développement. Volkswagen, le plus grand constructeur automobile au monde, a annoncé son intention de mettre fin à la production de modèles de moteurs à combustion interne dans les années à venir.

Cependant, alors que la croissance des ventes fait de l’Europe un leader mondial dans l’adoption des véhicules électriques, les véhicules électriques ne représentent toujours qu’une fraction des voitures actuellement sur les routes de l’UE.

Les entreprises favorisent une plus grande adoption des véhicules électriques, profitant d’incitations financières conçues pour encourager l’abandon des véhicules polluants. La flotte de l’entreprise représente environ 20 % des véhicules en Europe.

Les gouvernements de l’Union européenne encouragent l’achat de véhicules électriques en accordant des allégements fiscaux et des subventions.

Mais le consommateur moyen, qui ne peut pas compter sur des comptables et des avocats d’entreprise, a souvent du mal à répondre aux demandes complexes.

En Espagne, le gouvernement a alloué plus de 400 millions d’euros pour encourager l’achat de véhicules électriques et l’installation de bornes de recharge. Cependant, le système a été critiqué pour obliger les acheteurs à avancer 100% de l’investissement initial.

Ce système d’incitations s’est avéré de peu d’aide pour les consommateurs à revenus moyens et faibles, pour qui il est difficile d’avancer le prix initial plus élevé, d’autant plus que l’arrivée de l’aide financière annoncée est difficile à prévoir. EURACTIV comprend que bon nombre de ceux qui ont profité du système en 2020 attendent toujours une indemnisation un an plus tard.

De plus, la compensation est administrée au niveau régional, ce qui a causé des retards dans sa mise en œuvre.

La Roumanie a les primes environnementales les plus élevées d’Europe pour soutenir l’achat d’un véhicule électrique ou hybride de 10 000 euros, mais même avec cette subvention, le prix reste hors de portée pour la plupart des consommateurs.

Le modèle de véhicule électrique le moins cher en Roumanie coûte plus de 30 000 euros, ce qui représente une grosse dépense dans un marché où quatre fois plus de voitures d’occasion sont achetées que de neuves chaque année.

De même, le prix moyen d’un véhicule électrique en Bulgarie est de 50 à 75 % supérieur au prix d’un véhicule à carburant fossile de la même catégorie, et le prix augmente si l’acheteur opte pour une batterie plus grande et une plus grande autonomie.

Ce pays du sud-est de l’Europe compte actuellement environ 3 400 voitures entièrement électriques et plus de 15 000 voitures hybrides immatriculées. Pour stimuler ce nouveau marché, le gouvernement bulgare a supprimé les taxes sur les voitures électriques.

Cependant, cette mesure ne fait économiser aux propriétaires qu’environ 75 euros par an, ce qui contribue peu à l’attractivité des véhicules électriques, compte tenu du prix élevé de ces véhicules (même si, comme avantage supplémentaire, les conducteurs de véhicules électriques peuvent se garer gratuitement en centre-ville ).

Il y a un sentiment général parmi la population bulgare qu’il n’y a pas suffisamment d’incitations à passer à l’électrique, étant donné les inconvénients perçus des voitures électriques par rapport aux véhicules à moteur à combustion interne.

En Croatie, l’achat de voitures neuves n’est pas la norme – l’âge moyen du parc est d’environ 14 ans – 68% des véhicules en circulation ont plus de 10 ans. La plupart des consommateurs essaient d’échanger leur voiture d’occasion contre un modèle plus récent.

L’année dernière, environ 58 500 voitures d’occasion ont été importées, dont la moitié d’Allemagne, suivie de la Belgique, de la France et de l’Italie.

Afin d’encourager l’utilisation des voitures électriques, le Fonds croate pour la protection de l’environnement et l’efficacité énergétique propose depuis 2014 un cofinancement de véhicules efficaces. L’année dernière, environ 1 300 voitures électriques ont été immatriculées sur 15 859 véhicules nouvellement achetés.

En juin, le gouvernement autrichien a mis en place un programme incitatif pour les consommateurs, subventionnant l’achat de voitures électriques jusqu’à 5 000 euros par véhicule. Mais le programme d’incitation, qui comprend des allégements financiers et fiscaux, s’est avéré plus populaire auprès des entreprises que des conducteurs individuels.

Environ 13 % de toutes les voitures nouvellement immatriculées sont des véhicules électriques, et ils sont principalement conduits par des entreprises qui modernisent leur flotte.

En Irlande, une subvention pouvant aller jusqu’à 5 000 € est disponible pour les véhicules électriques privés d’une valeur comprise entre 14 000 € et 60 000 €. Les véhicules hybrides rechargeables ne seront plus éligibles à partir de 2022.

Selon l’Irish Times, le gouvernement envisage de réduire le plafond du crédit d’impôt pour les voitures électriques à 40 000 €, afin de répondre aux critiques selon lesquelles les crédits d’impôt pour les véhicules électriques profitent principalement aux citoyens les plus aisés.

L’exécutif européen s’est fixé pour objectif d’installer une borne de recharge tous les 60 kilomètres, ainsi qu’une station de remplissage d’hydrogène tous les 150 kilomètres, le long des principales autoroutes de l’UE. Jusqu’à présent, les progrès réalisés dans l’installation de bornes de recharge varient considérablement d’un État membre à l’autre.

Alors que l’Autriche se situe dans le premier tiers des pays de l’UE en termes d’infrastructures de recharge, de sérieuses lacunes subsistent. Une transition vers l’e-mobilité d’ici 2030 est irréaliste, a déclaré Christian Pesau, directeur exécutif du groupe de travail autrichien pour les importateurs de voitures, à EURACTIV, car « l’infrastructure de recharge ne sera pas disponible dans tout le pays à ce moment-là ».

Les consommateurs privés hésitent à acheter des voitures électriques en raison du manque d’infrastructures de recharge adéquates. « Pour de nombreuses personnes, le sujet des infrastructures n’est pas encore résolu, en particulier dans les zones métropolitaines », a déclaré M. Pesau.

L’Espagne compte actuellement 1,1 chargeurs aux 100 km (environ 3 % du total des chargeurs en Europe) et une part de VE de 3,2 %.

Ces chiffres doivent augmenter d’environ 42% à 44% par an pour atteindre les objectifs de la Commission européenne à l’horizon 2030. La situation actuelle a poussé Bruxelles à envoyer une lettre de notification formelle à l’Espagne en octobre dernier concernant une législation visant à promouvoir les véhicules électriques.

L’Espagne compte plus de 15 fournisseurs de services de recharge privés avec des options d’abonnement et de non-abonnement. Certaines villes proposent la recharge en tant que service public gratuit.

Mais différents modèles d’abonnement et différents types de connexions ont semé la confusion. L’Espagne n’a actuellement aucun plan pour donner la priorité à la normalisation des types de chargeurs, ce qui signifie que les conducteurs doivent trouver une station compatible avec leur modèle de véhicule avant de pouvoir le recharger.

Alors que les gouvernements s’efforcent de répondre aux besoins des conducteurs locaux, pour que les véhicules électriques s’implantent à l’échelle européenne, les infrastructures de recharge doivent offrir une recharge transparente au-delà des frontières. Pensez à une promenade estivale au bord de la mer quelque part dans le sud de l’Europe…

La Croatie, une destination touristique populaire, étend son réseau de bornes de recharge pour répondre à la croissance attendue du nombre de visiteurs venant dans le pays avec des véhicules électriques.

Selon les données du Centre croate des véhicules, fin 2020, le pays comptait 8 080 véhicules hybrides et 1 343 voitures à batterie. En plus de desservir ces véhicules, l’infrastructure de recharge du pays doit être en mesure de gérer une demande accrue pendant les mois d’été.

Električni krug, l’association croate des conducteurs de voitures électriques, a lancé un projet à la fin de l’année dernière pour installer 100 000 chargeurs pour voitures électriques sur des lampadaires le long des parkings de la ville. La Croatie compte actuellement environ 600 stations-service réparties sur 300 sites.

Le financement de la construction des infrastructures de recharge est principalement assuré par les taxes perçues dans le cadre du système d’échange de quotas d’émission. Les plans du gouvernement prévoient de dépenser jusqu’à 300 millions HRK (40 millions EUR) pour réduire les émissions dues au trafic.

En Bulgarie, une plateforme est en cours de développement pour faciliter les paiements transfrontaliers dans la région. L’application mobile permettra aux conducteurs de voir les recharges appartenant aux entreprises partenaires et de payer en ligne de manière transparente. Cependant, l’application est encore en phase de test.

La Roumanie compte plus de 1 200 bornes de recharge, mais seules 200 d’entre elles peuvent fournir une recharge rapide. Selon l’ONG environnementale Intelligent Energy Association, le manque de bornes de recharge puissantes sur les routes rurales entrave l’adoption des véhicules électriques.

Dans son programme de relance et de résilience, la Roumanie a réservé des fonds pour l’installation de 13 000 nouvelles bornes de recharge. Ce faisant, il espère atténuer la perception des consommateurs selon laquelle les véhicules électriques offrent une autonomie réduite.

En République tchèque, le plan national pour une mobilité propre prévoit 250 000 à 500 000 véhicules électriques dans le pays d’ici 2030. Il existe actuellement environ 750 bornes de recharge publiques au total.

Le gouvernement tchèque a inclus l’infrastructure de recharge dans son plan de relance national et dans les programmes de subventions ultérieurs financés par les fonds de cohésion de l’UE.

« Un réseau [de recharge] suffisamment dense favorise la voiture électrique comme moyen de transport confortable, même pour les trajets interurbains. Nous ne pouvons pas retarder la construction d’infrastructures car le nombre de véhicules électriques et hybrides atteindra bientôt des dizaines de milliers », a déclaré le ministre tchèque de l’Industrie, du Commerce et des Transports, Karek Havlíček.

Cependant, le temps de charge des VE reste un obstacle majeur. Dans une récente enquête menée par la compagnie d’assurance Generali Česká pojišťovna, 38 % des personnes interrogées ont déclaré que de longs temps de charge les dissuaderaient d’utiliser l’électricité.

Les préoccupations du public tchèque sont symboliques des problèmes auxquels est confrontée une grande partie de l’Europe de l’Est et du Sud. Seuls 33 % des conducteurs tchèques envisagent d’acheter une voiture électrique et plus de la moitié des personnes interrogées sont convaincues que les voitures électriques sont trop chères. Environ 31 % des personnes interrogées s’inquiètent de la diminution de la capacité des batteries des voitures électriques avec le temps.

Sans un soutien financier accru et une plus grande attention aux craintes et aux préoccupations du consommateur moyen, la révolution continuera de stagner dans une grande partie de l’Europe.

Quelle est la voiture électrique la plus fiable du marché ?

Quelle est la voiture électrique la plus fiable du marché ?

Voiture électrique : quel modèle est le plus fiable ? Qui? note également que le Kia e-Niro prend la palme de la meilleure fiabilité avec à peine 6,2% de pannes sur une période de 12 mois. Voir l’article : Le concept N Vision 74 hautes performances de Hyundai est doté d’une pile à combustible à hydrogène | Concept-cars – LaTribuneAuto.com. Un rang où Tesla, déjà absente des voitures les plus fiables en 2022, fait pâle figure en comparaison.

Quelle est la voiture électrique la moins fiable ? Cependant, Koji?, dans sa liste par marque et modèle, recense une grande dispersion des résultats. Le modèle le moins touché par les pannes est le coréen Kia e-Niro, avec 6,2% de pannes, mais surtout 1% de pannes immobilisantes.

Quelle est la meilleure marque de voiture électrique ?

La meilleure voiture électrique en termes d’autonomie est la Tesla Model S Long Range, avec 610 kilomètres. Voir l’article : Mondial de l’Automobile de Paris 2022 : La berline à hydrogène Hopium Machina Vision fait ses débuts publics. L’autonomie moyenne mesurée sur l’ensemble de la gamme des voitures électriques est de 350 kilomètres.

Quel voiture électrique choisir 2022 ?

Top 10 : Quelle voiture électrique choisir en 2022.

  • 2.1 Renault Zoé : la star toujours de la partie ?
  • 2.2 Peugeot e-208 : la citadine la plus moderne du moment ?
  • 2.3 Tesla Model 3 : la compacte la plus moderne ?
  • 2.4 Hyundai Kona Electric : le roi méconnu des SUV urbains ?

Quelle est la meilleure voiture électrique du moment 2021 ?

MAQUETTEPART DE MARCHÉ
1TESLA MODÈLE 315,37 %
2RENAULT ZOE14,54 %
3PEUGEOT я E-20811,02 %
4DACIA RESSORT7,02 %
En 2035, il sera impossible d'acheter une voiture neuve à essence, diesel ou même hybride : seule la 100 % électrique sera autorisée
Sur le même sujet :
A partir de 2035, il sera impossible d’acheter une nouvelle voiture ou…

Quelle est la durée de vie d’une voiture électrique ?

A noter que son état ne dépend pas du kilométrage, mais du nombre de cycles de charge et de décharge. Vous pouvez compter entre 1000 et 1500 charges avant de voir l’autonomie totale fondre. Avec une moyenne comprise entre 15 000 et 30 000 km par an, votre batterie durera dix ans.

Quel est le kilométrage maximum pour une voiture électrique ? Avec 1 500 charges et une autonomie de 500 kilomètres, le kilométrage maximal de la voiture électrique monte à 750 000 kilomètres, en théorie.

Est-ce une bonne idée d’acheter une voiture électrique ?

Les véhicules électriques sont actuellement rentables pour les petits comme pour les grands conducteurs, même s’ils ne s’adaptent pas nécessairement aux besoins de chacun. Des assistances généreuses disponibles, mais qui devraient à terme disparaître, motivent de nombreux automobilistes.

Quand Faut-il changer la batterie d’une voiture électrique ?

Quand faut-il remplacer une batterie de voiture électrique ? La durée de vie de la batterie est affectée par de nombreux facteurs : non seulement l’utilisation quotidienne, mais aussi l’environnement. Selon les recommandations du fabricant, la batterie doit être remplacée tous les 5 ans.

Paris-Bordeaux-Paris en voiture électrique, ça ressemble à quoi ?
Voir l’article :
Voyager en voiture électrique n’est plus une aventure de nos jours. Sauf…

Quand une voiture électrique devient rentable ?

Avec une économie d’environ 5 000 €/an, vous pouvez estimer que vous pouvez amortir les surcoûts de votre voiture électrique en plus ou moins 2 ans selon le nombre de kilomètres parcourus chaque année, c’est donc assez rentable.

Est-il abordable d’acheter une voiture électrique ? A savoir qu’en roulant à l’électricité, les gros conducteurs (à partir de 20 000 km par an, selon l’étude) pourront économiser 1 275 euros, tandis que les petits conducteurs (10 000 km par an) dépenseront 625 euros de moins que les propriétaires de véhicules thermiques.

Comment savoir si une voiture électrique est rentable ?

Tout dépend du modèle de la voiture, de l’autonomie et de sa puissance. Selon une étude menée par l’UFC (L’Union Fédérale des consommateurs) Que-Choisir en juin 2021, un véhicule électrique neuf permettrait d’économiser jusqu’à 1 750 € sur une durée de 4 ans, par rapport à une voiture à essence.

Quand le prix des voitures électriques Va-t-il baisser ?

Une situation qui s’améliorera après 2026. Le coût actuel de la batterie au kWh est de 116 euros, mais en 2026 il pourrait monter à 138 euros. Tout n’est pas négatif, car les prix devraient alors chuter sensiblement à partir de cette date.