Disney + a publié une série animée sur Baymax, un robot gonflable qui fonctionne comme assistant médical. Pour Bram Vanderborght, expert en robotique : « L’idée d’un robot gonflable n’est pas si folle. »

Dans les films, les robots agissent généralement comme des créatures assoiffées de sang qui veulent gouverner le monde. En ce qui me concerne, les seuls robots qui m’intéressent à l’écran sont ceux qui apportent des contributions positives aux gens et à la société. Comme Wall-E, cet adorable robot a été introduit par Disney en 2008 et qui nettoie la terre pour la rendre à nouveau habitable. Les Nouveaux Héros, film d’animation sorti en 2014, raconte l’histoire émouvante de Hiro, un génie de quatorze ans qui se lie d’amitié avec Baymax, un énorme robot gonflable. À partir du 29 juin, l’assistant médical robotique de Baymax se lancera dans une série de nouvelles aventures sur Disney+.

Robot gonflable

Robot gonflable

Le fait que Baymax soit un robot gonflable ne dépend pas du hasard. Avant de commencer un nouveau film d’animation, le producteur John Lasseter demande toujours à ses collègues de faire des recherches. Ceci pourrez vous intéresser : Une association de promotion de la robotique implantée à Lyon. C’est ainsi que ces derniers se sont retrouvés dans le laboratoire de robotique du professeur Chris Atkeson, à la célèbre université Carnegie Mellon, où ils ont vu un bras robotique gonflable en action pour nourrir notamment les gens.

Pourquoi gonflable ? Les robots traditionnels sont constitués de pièces métalliques entraînées par des moteurs. Hérité des robots industriels qui doivent être très précis, ils sont dangereux et ne peuvent donc fonctionner que dans des enceintes fermées et inaccessibles.

Cependant, il devient de plus en plus clair que ce dont nous avons besoin avant tout, ce sont des robots qui peuvent aider les humains, pas les remplacer. Pour cela, les robots doivent pouvoir évoluer dans un environnement optimisé pour l’homme. Et quelle machine est mieux adaptée à cette tâche qu’un robot ayant la même forme et la même fonction qu’un humain ?

Voir l’article :
C’était un grand jour pour l’élève de neuvième année du lycée Ada-Lovelace,…

Inspiré par l’homme

Nos muscles sont souples ou élastiques. Les humains et les animaux sont constitués de nombreux autres tissus mous, comme la graisse, qui nous protègent et protègent les autres en cas d’impact. Sur le même sujet : Un stage de robotique proposé aux jeunes de Guyancourt. Par analogie, des chercheurs et des entreprises développent des robots pouvant être soufflés ou intégrant des matériaux souples. Cette branche de la robotique est appelée « robots mous ».

Le talon d’Achille robotique souple est une surface tranchante. Après une folle aventure, Baymax colmate la fuite avec du plâtre. Les humains et les animaux sont capables de guérir leurs propres blessures et fractures. C’est pourquoi, à la VUB et à l’imec, nous avons développé des robots d’auto-guérison. Lorsque vous vous coupez le doigt, le robot peut, une fois les deux parties remontées, le réparer spontanément.

Les membres Baymax sont inspirés par les humains. Les robots à pattes ont moins de difficulté à monter les escaliers que les robots à roulettes. Les robots ont besoin de bras et de mains pour manipuler des objets et des outils. Actuellement, ces traits sont encore très difficiles pour les robots. Le robot Atlas Boston Dynamics est actuellement l’un des plus avancés au monde. Mais s’il possède déjà de nombreuses capacités, il est encore loin d’avoir la dextérité d’un humain.

Il devient de plus en plus clair que ce dont nous avons besoin avant tout, ce sont des robots qui peuvent aider les humains, pas les remplacer.

Outre l’interaction physique avec le monde extérieur, l’interaction sociale est une autre dimension importante. L’interaction avec les robots doit être simple et intuitive. Nous communiquons par la parole, mais aussi par des canaux non verbaux tels que les émotions et les gestes. Et les robots devraient pouvoir faire de même. Même si les expressions faciales de Wall-E et Baymax étaient stylisées, tout le monde comprenait ce que le robot ressentait ou avait l’intention de faire.

Ces types de robots sociaux existent depuis des années – comme NAO et Pepper – mais il est encore difficile d’obtenir des interactions naturelles. De nombreux progrès sont encore à faire dans la reconnaissance vocale (comme Siri) et la reconnaissance d’images. Ces données doivent également être traitées en temps réel pour afficher un comportement social approprié. Baymax, qui a du mal à comprendre les émotions humaines au début du film, améliore et façonne progressivement sa propre personnalité. Les ingénieurs en robotique y travaillent également, développant des robots intelligents. Baymax a également développé une bonne compréhension du bien et du mal, une sorte de conscience. Malgré les progrès rapides de l’intelligence artificielle, nous savons encore très peu de choses sur la conscience humaine, sans parler de son développement dans les machines. Par conséquent, l’utilisation de la robotique suscite un vif débat éthique.

Collège de robotique de compétition
A voir aussi :
Jargeau. Concours de robotique en partenariat avec IBM. Le concours de robotique…

Des yeux hyperspectraux

Baymax voit le monde à travers deux caméras hyperspectrales. Les robots peuvent donc non seulement observer la lumière visible, mais également d’autres parties du spectre électromagnétique, qui sont invisibles à l’œil humain. Par conséquent, Baymax utilise des yeux hyperspectraux pour évaluer la santé d’une personne en temps réel.

Cette idée n’est pas sortie de nulle part. Le centre de recherche imec a en effet mis au point une caméra hyperspectrale pour contrôler ou surveiller la quantité d’oxygène dans le sang d’une personne ou détecter la maladie d’Alzheimer à ses débuts. Des caméras hyperspectrales peuvent également être montées sur des drones ou des véhicules agricoles pour détecter rapidement les maladies des plantes. Spectricity, spin-off de l’imec, cherche à intégrer rapidement ce type de caméra hyperspectrale dans les smartphones et autres objets connectés portables (wearables).

Superpouvoir et puissance de calcul

A l’intérieur, Baymax a un cadre en métal car il devrait pouvoir soulever jusqu’à une demi-tonne. Il ressemble à cet égard à Robear, un robot infirmier japonais capable de soulever des patients d’un lit ou d’un fauteuil roulant grâce à la puissance de son tronc. Le robot dispose de toutes sortes de capteurs qui surveillent les pièces vitales.

Pour combattre le mal, Baymax se glisse dans une combinaison de combat rouge et bleue qui lui confère des pouvoirs extraordinaires. Le robot humanoïde italien iCub utilise un réacteur back-end pour être disponible et opérationnel le plus rapidement possible lors de scénarios de catastrophe. Mais la force de Baymax réside aussi dans ses puces spéciales : puces vertes pour les robots infirmiers paisibles, puces rouges pour les versions agressives et dangereuses.

En réalité, les robots auront besoin de puces économes en énergie pour traiter toutes les données de leur environnement. L’intelligence artificielle nécessite souvent beaucoup de calculs et consomme beaucoup d’énergie. À un moment donné du film, Baymax consomme tellement d’énergie qu’il finit par vider la batterie.

Le robot aspirateur est déjà équipé des caméras et de l’intelligence artificielle nécessaires pour identifier les éventuels obstacles. Mais plus ce robot utilise d’énergie pour la reconnaissance d’images et pour calculer des itinéraires, moins il en reste pour le vide.

Les robots, drones ou appareils portables équipés de caméras hyperspectrales doivent traiter plus de données, ce qui peut s’accompagner d’une consommation d’énergie plus élevée. Par conséquent, nous avons besoin d’une nouvelle génération de puces économes en énergie pour utiliser de manière optimale les batteries de robots à capacité limitée. Le robot doit également être capable de déterminer sa position avec précision. À l’intérieur, où le GPS n’est pas une option, l’ultra large bande (UWB) peut fournir une solution. Nous avons donc besoin de puces UWB de faible puissance, que nous pouvons insérer dans des robots afin qu’ils puissent se déplacer rapidement, mais en toute sécurité, entre les humains.

Même si Baymax est définitivement un super robot, on n’en voit pas tous les aspects dans la vraie vie. Le développement de la technologie sous-jacente passera d’abord par un travail important qui ne sera pas l’œuvre d’un seul génie, mais le fruit de la collaboration entre de nombreux mécaniciens, programmeurs, inventeurs de nouvelles puces et chercheurs en sciences sociales et médicales.

Dans les films, les robots agissent généralement comme des créatures assoiffées de sang qui veulent gouverner le monde. En ce qui me concerne, les seuls robots qui m’intéressent à l’écran sont ceux qui apportent des contributions positives aux gens et à la société. Comme Wall-E, cet adorable robot a été introduit par Disney en 2008 et qui nettoie la terre pour la rendre à nouveau habitable. Les Nouveaux Héros, film d’animation sorti en 2014, raconte l’histoire émouvante de Hiro, un génie de quatorze ans qui se lie d’amitié avec Baymax, un énorme robot gonflable. À partir du 29 juin, l’assistant médical robotique de Baymax se lancera dans une série de nouvelles aventures sur Disney+. Le fait que Baymax soit un robot gonflable ne dépend pas du hasard. Avant de commencer un nouveau film d’animation, le producteur John Lasseter demande toujours à ses collègues de faire des recherches. C’est ainsi que ces derniers se sont retrouvés dans le laboratoire de robotique du professeur Chris Atkeson, à la célèbre université Carnegie Mellon, où ils ont vu un bras robotique gonflable en action pour nourrir notamment les gens. Pourquoi gonflable ? Les robots traditionnels sont constitués de pièces métalliques entraînées par des moteurs. Hérités des robots industriels qui doivent être très précis, ils sont dangereux et ne peuvent donc fonctionner que dans des enceintes fermées et inaccessibles.Cependant, il devient de plus en plus clair que nous avons avant tout besoin de robots capables d’aider les gens, et non de les remplacer. Pour cela, les robots doivent pouvoir évoluer dans un environnement optimisé pour l’homme. Et quelle machine est mieux adaptée à cette tâche qu’un robot ayant la même forme et la même fonction qu’un humain ? Nos muscles sont souples ou élastiques. Les humains et les animaux sont constitués de nombreux autres tissus mous, comme la graisse, qui nous protègent et protègent les autres en cas d’impact. Par analogie, des chercheurs et des entreprises développent des robots pouvant être soufflés ou intégrant des matériaux souples. Cette branche de la robotique s’appelle mais « robot mou ». Le talon d’Achille robotique souple est une surface tranchante. Après une folle aventure, Baymax colmate la fuite avec du plâtre. Les humains et les animaux sont capables de guérir leurs propres blessures et fractures. C’est pourquoi, à la VUB et à l’imec, nous avons développé des robots d’auto-guérison. Lorsque vous vous coupez le doigt, le robot peut, une fois les deux parties remontées, le réparer spontanément. Les membres Baymax sont inspirés par les humains. Les robots à pattes ont moins de difficulté à monter les escaliers que les robots à roulettes. Les robots ont besoin de bras et de mains pour manipuler des objets et des outils. Actuellement, ces traits sont encore très difficiles pour les robots. Le robot Atlas Boston Dynamics est actuellement l’un des plus avancés au monde. Mais s’il possède déjà de nombreuses capacités, il est encore loin d’avoir la dextérité d’un humain. Outre l’interaction physique avec le monde extérieur, l’interaction sociale est une autre dimension importante. L’interaction avec les robots doit être simple et intuitive. Nous communiquons par la parole, mais aussi par des canaux non verbaux tels que les émotions et les gestes. Et les robots devraient pouvoir faire de même. Même si les expressions faciales de Wall-E et Baymax étaient stylisées, tout le monde comprenait ce que le robot ressentait ou avait l’intention de faire. Ces types de robots sociaux existent depuis des années – comme NAO et Pepper – mais il est encore difficile d’obtenir des interactions naturelles. De nombreux progrès sont encore à faire dans la reconnaissance vocale (comme Siri) et la reconnaissance d’images. Ces données doivent également être traitées en temps réel pour afficher un comportement social approprié. Baymax, qui a du mal à comprendre les émotions humaines au début du film, améliore et façonne progressivement sa propre personnalité. Les ingénieurs en robotique y travaillent également, développant des robots intelligents. Baymax a également développé une bonne compréhension du bien et du mal, une sorte de conscience. Malgré les progrès rapides de l’intelligence artificielle, nous avons encore très peu compréhension de la conscience humaine – sans parler de son développement dans les machines. Par conséquent, l’utilisation de la robotique suscite un vif débat éthique. Baymax voit le monde à travers deux caméras hyperspectrales. Les robots peuvent donc non seulement observer la lumière visible, mais également d’autres parties du spectre électromagnétique, qui sont invisibles à l’œil humain. Par conséquent, Baymax utilise des yeux hyperspectraux pour évaluer la santé d’une personne en temps réel. Cette idée n’est pas sortie de nulle part. Le centre de recherche imec a en effet mis au point une caméra hyperspectrale pour contrôler ou surveiller la quantité d’oxygène dans le sang d’une personne ou détecter la maladie d’Alzheimer à ses débuts. Des caméras hyperspectrales peuvent également être montées sur des drones ou des véhicules agricoles pour détecter rapidement les maladies des plantes. Spectricity, une écharde d’imec, cherche à intégrer rapidement ce type de caméra hyperspectrale dans les smartphones et autres portables (wearables) connectés.À l’intérieur, le Baymax a un cadre métallique puisqu’il devrait pouvoir soulever jusqu’à une demi-tonne. Il ressemble à cet égard à Robear, un robot infirmier japonais capable de soulever des patients d’un lit ou d’un fauteuil roulant grâce à la puissance de son tronc. Le robot dispose de toutes sortes de capteurs qui surveillent les pièces vitales. Pour combattre le mal, Baymax porte sa combinaison de combat rouge. bleu et bleu qui lui donnaient des pouvoirs extraordinaires. Le robot humanoïde italien iCub utilise un réacteur back-end pour être disponible et opérationnel le plus rapidement possible lors de scénarios de catastrophe. Mais la force de Baymax réside aussi dans ses puces spéciales : puces vertes pour les robots infirmiers paisibles, puces rouges pour les versions agressives et dangereuses. En réalité, les robots auront besoin de puces économes en énergie pour traiter toutes les données de leur environnement. L’intelligence artificielle nécessite souvent beaucoup de calculs et consomme beaucoup d’énergie. A un moment du film, Baymax consomme tellement d’énergie qu’il finit par drainer le corps la terrasse. Le robot aspirateur est déjà équipé des caméras et de l’intelligence artificielle nécessaires pour reconnaître les éventuels obstacles. Mais plus ce robot utilise d’énergie pour la reconnaissance d’images et pour calculer des itinéraires, moins il en reste pour le vide. Les robots, drones ou appareils portables équipés de caméras hyperspectrales doivent traiter plus de données, ce qui peut s’accompagner d’une consommation d’énergie plus élevée. Par conséquent, nous avons besoin d’une nouvelle génération de puces économes en énergie pour utiliser de manière optimale les batteries de robots à capacité limitée. Le robot doit également être capable de déterminer sa position avec précision. À l’intérieur, où le GPS n’est pas une option, l’ultra large bande (UWB) peut fournir une solution. Nous avons donc besoin de puces UWB de faible puissance, que nous pouvons insérer dans des robots afin qu’ils puissent se déplacer rapidement, mais en toute sécurité, entre les humains. Même si Baymax est définitivement un super robot, on n’en voit pas tous les aspects dans la vraie vie. Le développement de la technologie sous-jacente passera d’abord par l’importation d’autant de travaux qui ne seront pas l’œuvre d’un seul génie, mais le fruit d’une collaboration entre de nombreux mécaniciens, programmeurs, inventeurs de nouvelles puces et chercheurs dans le domaine social et Sciences médicales.

Comment s’appelle la fille dans c’est nous les héros ?

YaYa Gosselin dans le rôle de Missy Moreno YaYa Gosselin joue Missy Moreno, la fille du super-héros Marcus Moreno et celle qui motive les autres enfants à travailler ensemble pour sauver leurs parents.

Comment s’appellent les enfants de We Are the Heroes ? Mais Missy Moreno (Yaya Gosselin), une jeune fille très intelligente, est prête à tout pour sauver son héros de père : Marcus Moreno (Pedro Pascal). Il s’associe alors à ses amis pour échapper à la vigilance de Miss Grenade (Priyanka Chopra Jonas), une mystérieuse nounou du gouvernement.

Quel âge c’est nous les héros ?

« We are the Heroes », de Robert Rodriguez (2020), avec Pedro Pascal, Christian Slater, Priyanka Chopra Jonas… 1h40. Disponible sur Netflix. A partir de 8 ans.

Quelle âge a crevette dans le film c’est nous les héros ?

Shrimp, la petite fille requin Shark Boy et la petite fille Lava Girl ne sont autres que Shrimp, un garçon de 6 ans qui est capable de transformer les molécules d’eau en tout ce qui lui passe par la tête et qui a des pouvoirs de requin !

Où se passe Big Hero 6 ?

Sommaire. Dans la ville fictive et futuriste de San Fransokyo (ville hybride entre San Francisco et Tokyo), le prodige de la robotique Hiro Hamada passe son temps à participer à des combats illégaux de robots.

Où est le film Les Nouveaux Héros ? Par exemple, l’action est censée se dérouler dans la ville de Tokyo, mais ici le studio a créé une ville appelée San Fransokyo (un mélange de San Francisco, la ville de l’Amérique et de Tokyo, la capitale du Japon).

Qui a construit Baymax ?

Conçu et construit par Tadashi Hamada, Baymax pourrait bien révolutionner l’industrie de la santé…

Qui est le méchant dans les nouveaux héros ?

Ennemi. Yokai est le principal antagoniste du long métrage classique de 2014, The New Heroes.

Comment s’appelle le film B-max ?

titre originalgrand héros 6
pays de fabricationles États-Unis d’Amérique
Le genreAnimation, action, humour
Durée102 minutes
SORTIR2014

Quelle est la personnalité de Baymax ? D’abord sous les traits d’un minuscule robot dans l’imagerie WALL•E d’Andrew Stanton, le personnage retrouve son élasticité et sa forme originelle en déclarant simplement : « Bonjour ! Je suis Baymax », un discours qui sera décrit de manière simple et concise, qui définit le caractère psychologique de Baymax.

Comment regarder les nouveaux héros ?

Nouveau héros – Rakuten TV.

Comment s’appelle le robot des nouveaux héros ?

et la programmation d’un robot infirmier à la pointe de la technologie, « robodoc », « Personal Health Assistant » nommé Baymax, qui, espère-t-il, pourra aider des millions de personnes dans le monde. Mais avant tout, Tadashi est un merveilleux grand frère.