Nouveau DPE, sobriété énergétique et hausse continue des prix… la crise énergétique inquiète de plus en plus les familles françaises. Un contexte particulier qui devrait favoriser la transition des bâtiments…

Cependant, la question budgétaire retarde encore la transformation du logement. HomeServe, spécialiste du dépannage et des travaux à domicile, a interrogé les familles sur leur vision de l’habitat durable, en collaboration avec Odoxa. L’étude décrypte les habitudes des Français en matière d’écologie chez eux, leurs intentions de réduire leur facture et révèle les principaux freins au passage à un habitat durable.

Comment les Français s’adaptent-ils à ce contexte de crise énergétique ?

L’éco-conscience et les enjeux de sobriété énergétique gagnent du terrain dans les ménages : 88% des Français souhaitent vivre dans un logement durable et plus respectueux de l’environnement et près d’un quart (22%) le souhaitent. A voir aussi : Logement et pouvoir d’achat : gel des loyers au menu du futur gouvernement. converti.

Parmi les facteurs moteurs en faveur de l’habitat durable, dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, la maîtrise des coûts reste centrale : 57 % des Français envisagent de réaliser des travaux pour optimiser leur budget mensuel, dont 40 % pour réduire leur facture d’énergie lorsqu’ils 27% des répondants le font pour des raisons écologiques. Dans le même ordre d’idées, 53 % des répondants se disent prêts à réaliser des travaux d’isolation si cela a un impact sur leur consommation d’énergie.

Chez eux, certains gestes ont déjà trouvé leur place : 60% des sondés ont déjà réduit leur consommation d’eau et d’électricité et plus de 20% se disent de plus en plus vigilants.

La performance énergétique et l’isolation des biens, facteurs prépondérants dans la détermination de l’habitat dit durable, figurent désormais parmi les points de vigilance des Français dans le choix du futur logement : encouragés par les mesures récentes, l’étude révèle que 79 % des répondants estiment que le DPI est important dans votre choix d’hébergement.

Des Français encore réticents à œuvrer pour un logement plus durable

Le logement jouant un rôle prépondérant dans la vie des Français, plus de la moitié des répondants (55%) envisagent de prendre un emploi dans les 12 prochains mois. En moyenne, ils entendent allouer un budget de 3 403 € pour l’entretien et la rénovation de leur habitat.

S’ils peuvent avoir de réels impacts sur le confort et sur la facture et malgré la prise de conscience des Français, parmi ceux qui envisagent d’effectuer des travaux : seuls 16% d’entre eux privilégieront des travaux pour optimiser l’isolation de leur logement et 10% des travaux sur leur système de chauffage, tandis que près de 40% des Français qui envisagent de réaliser des travaux entendent privilégier la peinture des murs.

Aujourd’hui, seulement 1/3 des Français ont déjà réalisé des travaux d’isolation pour optimiser leur consommation d’énergie (33%), 31% pour choisir un fournisseur d’énergie verte et 28% pour installer des appareils pour limiter la consommation d’eau.

Voir l’article :
La révolution verte de l’immobilier est en marche et rien ne l’arrêtera…

Les obstacles qui freinent la conversion des Français au logement durable

Le facteur prix freine l’engouement des Français pour une habitation plus verte. En effet, pour plus de 8 Français sur 10 (84 %), avoir un logement respectueux de l’environnement coûte cher. A voir aussi : Les 10 plus grandes villes du Québec s’engagent pour le logement social. L’étude révèle par exemple que si 50% des Français seraient favorables à l’installation d’une pompe à chaleur, du fait de ses qualités écologiques et économiques, seuls 20% ont déjà pris le risque, tandis que les 30% restants hésitent encore, la majorité parce qu’ils disposent d’un budget suffisant. De plus, pour 81% des répondants, avoir une maison respectueuse de l’environnement représente beaucoup de travail, impliquant parfois un investissement initial important.

Parmi les autres freins pour les Français pour accélérer la performance énergétique de leur habitat : la méconnaissance des étapes. En effet, 6 répondants sur 10 aimeraient avoir une maison écologique mais ne savent pas par où commencer.

Une méconnaissance qui vaut aussi pour les aides mises en place pour soutenir le logement durable. Parmi les Français qui envisagent des travaux de rénovation, 2/3 ne savent pas de quelles aides publiques ils peuvent bénéficier.

* Sondage Odoxa pour HomeServe réalisé du 4 au 8 mai 2022, auprès d’un échantillon de 2 004 Français interrogés via Internet, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

À propos de homeserveHomeServe est une entreprise de services à domicile. Depuis 20 ans, sa mission est d’améliorer, d’entretenir et d’intervenir au service d’un habitat durable en proposant des travaux, en installant des équipements et en réparant les pannes. De la plomberie à l’électroménager, en passant par le chauffage, l’électricité, le gaz et la métallurgie, ses solutions apportent une réponse durable à l’efficacité énergétique et fonctionnelle de la maison. Ils sont accessibles par abonnement ou sur demande et auprès de vos filiales locales de chauffage. Avec ses 4 000 professionnels sur le terrain, HomeServe répond aux besoins de plus de 1,3 million de clients, assurant une empreinte sociale et environnementale positive. Un engagement exprimé dans son programme RSE « Empreinte 2030 ».

[Illustration – Crédit / PixaBay]

[Annonce]

Ceci pourrez vous intéresser :
Règle n°1 : Rédiger et diffuser une annonce attractive La première règle…

Quelle classe énergétique pour un frigo ?

Lien principal : www.homeserve.fr/

Pour les réfrigérateurs, la classe énergétique la plus élevée est la classe A. L’Agence de la transition écologique (ADEME) reconnaît également les classes B, C et D comme étant performantes. La classe G est celle qui consomme le plus. Actuellement, il existe très peu de réfrigérateurs de classe énergétique A sur le marché.

Quel est le frigo le plus économique ?

Quelle est la meilleure classe énergétique pour un réfrigérateur ? Réfrigérateur et congélateur Le volume des compartiments réfrigérateur et/ou congélateur est indiqué en litres. Les classes vont de la classe A à D. Les classes vont de A à G. La classe la plus performante est la classe A.

Pourquoi les réfrigérateur sont en classe F ?

En choisissant la classe A, la consommation électrique de votre réfrigérateur est jusqu’à 50 % inférieure à celle d’un réfrigérateur de classe A 1.

Est-ce qu’un frigo classe F consomme beaucoup ?

Les critères de classement ont été mis à jour pour tenir compte des progrès technologiques : un produit qui était A en 2020 sera classé B ou C en 2021 ; un A probablement D ou E ; les moins performants, ex-A, se retrouveront en bas de l’échelle avec une classe F ou G.

Quelles sont les solutions pour protéger l’environnement ?

Pour vous donner une idée, la différence entre chaque classe énergétique est d’environ 20 %. Ainsi, si vous choisissez un réfrigérateur de classe C au lieu d’un réfrigérateur de classe F, vous économiserez théoriquement environ 60 % d’énergie.

  • Voilà quelque:
  • Achetez des produits durables et réutilisables au lieu de produits jetables ou de qualité inférieure.
  • Réparez les articles cassés ou endommagés avant d’en acheter de nouveaux.
  • Évitez d’acheter des produits avec beaucoup d’emballage.

Achetez les produits en gros autant que possible.

Quels sont les bons gestes pour l’environnement ?

Comment protéger l’environnement et la santé publique ? Évitez l’utilisation de pesticides dans les pelouses, les jardins, les bacs à fleurs, etc. Avant de les consommer, lavez les fruits et légumes sous l’eau courante. Privilégiez autant que possible les produits réutilisables, comme les sacs en tissu et les bocaux en verre. Évitez les produits à usage unique.

Quel est la transition énergétique ?

Réduire la consommation d’électricité : ne pas laisser les appareils inutilisés en permanence allumés ou en veille et les éteindre complètement, éteindre la lumière en quittant une pièce, privilégier des modes de chauffage respectueux de l’environnement plutôt qu’un chauffage électrique énergivore…

La transition énergétique désigne l’ensemble des transformations du système de production, de distribution et de consommation d’énergie réalisées sur un territoire dans le but de le rendre plus écologique.

Comment faire la transition énergétique ?

A quoi sert la transition énergétique ? Les objectifs de la loi La transition énergétique vise à préparer l’après-pétrole et à établir un modèle énergétique robuste et durable face aux enjeux d’approvisionnement énergétique, à l’évolution des prix, à l’épuisement des ressources et aux impératifs de protection de l’environnement.

Quels sont les trois principaux enjeux de la transition énergétique ?

L’une des actions les plus importantes pour participer activement à la transition énergétique est donc de réduire nos consommations d’énergie : électricité, mais aussi gaz, fioul et toutes les autres formes d’énergie (fioul, bois, etc.) que nous utilisons au quotidien .

Quand commence la transition énergétique ?

Voici les défis auxquels ce nouveau modèle énergétique doit faire face : La rareté des énergies fossiles. La nécessité de réduire les émissions de CO2 et d’autres gaz à effet de serre (ozone, méthane, etc.) L’augmentation de la facture énergétique des habitations et des sites industriels.

Quels sont les objectifs pour 2030 et 2050 pour la France en terme d’énergies renouvelables ?

Le concept de transition énergétique est né en Allemagne au début des années 1980.

consommation finale brute d’énergie en 2020 et 32 ​​% de cette consommation en 2030. En 2030, les énergies renouvelables représenteront 40 % de la production d’électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de fioul et 10 % de la consommation de gaz.

Quels sont les objectifs pour 2022 et pour 2030 en France en terme d’énergies renouvelables ?

Quels sont les objectifs de la transition écologique en France ? En vigueur depuis le 17 août 2015, cette loi désigne 9 objectifs à atteindre pour réussir la transition énergétique, renforcer l’indépendance énergétique et la compétitivité économique de la France, préserver la santé publique, protéger l’environnement et lutter contre le réchauffement climatique.

Comment sera l’énergie en 2050 ?

Les énergies renouvelables nous permettent de réduire nos émissions de gaz à effet de serre pour répondre à l’urgence climatique. La France s’est fixé pour objectif d’atteindre 40 % d’énergies renouvelables dans sa matrice énergétique (répartition des différentes sources d’énergie consommées) d’ici 2030, contre 20 % actuellement.

Quel est l’avenir des énergies renouvelables en France ?

D’ici 2050, l’Energie Utile mondiale pourrait être à plus de 75% renouvelable, 20% fossile, moins de 5% nucléaire. Plus de 70 % de l’énergie sera utilisée sous forme électrique. L’éolien et le solaire ont l’inconvénient d’être intermittents.