Nouvellement marié, M. Wang était sur le point d’emménager dans leur nouvel appartement avec sa femme enceinte. Mais le rêve tourne au cauchemar avec la crise immobilière en Chine empêchant certains promoteurs de terminer les travaux.

Pour acheter l’appartement il y a 3 ans, le futur papa de 34 ans a contracté un prêt de 300 000 euros. Mais en l’absence d’avancées sur le site depuis près d’un an, il prend une décision radicale : arrêter de payer les mensualités.

Comme lui, des acheteurs dans des dizaines de villes boycottent les remboursements pour faire pression sur les promoteurs… eux-mêmes endettés et à court de liquidités.

« Ils m’ont dit que la construction reprendrait bientôt », a déclaré M. Wang, qui n’a pas voulu donner son nom complet. « Mais à la fin aucun ouvrier n’est venu. »

Habitant de Pékin, il envisageait de s’installer dans ce logement, qui a été acheté à Wuhan, une grande ville du centre de la Chine.

« C’était difficile pour nous de nous payer cet appartement. J’y ai mis toutes mes économies », explique-t-il. « Au final, nous devons encore rembourser deux millions de yuans (300 000 euros) pour le prêt. »

La Chine a connu un boom du secteur depuis la libéralisation du marché immobilier en 1998.

Les promoteurs ont pu se développer grâce à des prêts bancaires. Mais leur dette a tellement gonflé que les autorités ont décidé de l’arrêter à partir de 2020.

Cela a réduit les possibilités de financement des géants de l’immobilier comme l’ex-numéro 1 Evergrande, qui peine depuis des mois à payer des montagnes de dettes.

La tâche est compliquée par ce boycott des mensualités et par la pression du gouvernement – soucieux de stabilité sociale – pour livrer au plus vite les appartements à l’acquéreur.

A Wuhan, d’autres futurs propriétaires racontent à l’AFP que la date de livraison de leur logement a été repoussée à plusieurs reprises par le promoteur Myhome Real Estate.

Ils devaient emménager fin 2021, mais ne voient toujours rien venir. Le développeur a promis cette semaine qu’il espère terminer le site d’ici la fin de 2022.

En Chine, les appartements neufs sont pour la plupart vendus avant d’être construits. Donc si un promoteur n’est pas en mesure de terminer les travaux, c’est l’acheteur qui se retrouve en difficulté.

Cela a conduit à une véritable « crise de confiance » sur le marché immobilier, estime dans un récent rapport Andrew Batson, analyste chez Gavekal Dragonomics.

« Je n’aurais jamais pensé que cela pourrait arriver », a déclaré à l’AFP M. Hu, un acheteur de 25 ans originaire de Wuhan, depuis sa maison inachevée.

Il explique que toute sa famille a payé pour financer l’achat en 2018 de son appartement de trois pièces.

« Je ne veux pas payer plus », a déclaré M. Xue, un autre acheteur. Le jeune homme de 24 ans ne pouvant retourner dans son appartement, loue un appartement, dont le loyer pèse lourdement sur ses finances.

« Ce n’est pas ignorer la loi ou les traités. C’est juste que cette pression nous met dans une situation impossible. »

Sa famille a apporté un premier versement de 800 000 yuans (116 000 euros). Il a également contracté un emprunt de 600 000 yuans (87 000 euros).

Selon certains acheteurs de Wuhan, des protestations de propriétaires mécontents ont eu lieu dans la ville.

Au total, plus de 300 projets immobiliers dans une centaine de villes sont concernés par ces boycotts de paiement, selon un document collaboratif mis en ligne sous le titre « WeNeedHome ».

Beaucoup se trouvent à Zhengzhou, une grande ville du centre de la Chine, où les autorités ont mis en place un fonds pour aider les développeurs à faire le travail.

Selon Nomura Bank, les promoteurs en Chine n’ont jusqu’à présent livré qu’environ 60 % des maisons prévendues entre 2013 et 2020.

Les difficultés de l’immobilier chinois, qui représente un quart du PIB du pays, ont été révélées l’an dernier quand Evergrande a commencé à peiner à payer ses créanciers.

Désormais, la perte de confiance des Chinois dans le secteur pourrait encore exacerber la crise, prévient Tommy Wu, analyste chez Oxford Economics.

« Le danger d’un cercle vicieux en développement – chute des ventes et des prix des maisons, détresse croissante des promoteurs et détérioration des finances des collectivités locales – est inquiétant. »

Où la Chine achète le pétrole ?

Où la Chine achète le pétrole ?

Des chiffres records qui font désormais de la Russie le premier fournisseur de pétrole de la Chine, devant l’Arabie saoudite, reléguée au second rang avec 7,82 millions de tonnes importées (+9 % sur un an) en mai, soit 1,84 million de barils par jour. Sur le même sujet : Nantes. Commerces, appartements sur le site Bon-Conseil : projet en cours.

Qui achète le pétrole russe ? Le pétrole russe continue de financer l’invasion de l’Ukraine, mais cette fois l’argent pour l’acheter ne vient plus principalement de l’Occident. L’Asie est désormais devenue l’un des principaux acheteurs.

Quel pays importe le plus de pétrole ?

Pays/RégionImportation de pétrole (baril/jour)Date des informations
États Unis8 527 0002012 estimé.
Chine5 674 0002013 est.
Inde3 812 0002010 est
Japon3 579 0002012 estimé.

Qui fournit le pétrole à la Chine ?

La Russie et l’Arabie saoudite étaient les principaux fournisseurs de brut de la Chine en 2017, avec respectivement 1,2 mb/j et 1 mb/j. Ceci pourrez vous intéresser : Euro. À Charleval, neuf logements HLM adaptés sont en construction. A noter que les pays de l’OPEP représentaient 56% des importations chinoises l’an dernier selon l’EIA.

Découvrez le service 1001résidences-séniors pour choisir votre futur logement
Lire aussi :
Publié le 25 mai 2022 sur 17.22. Mis à jour le 25…

Est-ce que la Chine a du pétrole ?

2Avec une production de 3,3 millions de barils par jour (BPD) et une consommation de 5,45 millions de BPD, la Chine est aujourd’hui le sixième producteur et le deuxième consommateur de pétrole au monde.

Où la Chine achète-t-elle du pétrole ? Des chiffres records qui font désormais de la Russie le premier fournisseur de pétrole de la Chine, devant l’Arabie saoudite, qui retombe à la deuxième place avec 7,82 millions de tonnes importées (9 % sur un an) en mai, soit 1,84 million de barils par jour.

Quelle énergie utilise la Chine ?

Production d’énergie primaire de la Chine en 2019 :

  • Charbon (72%)
  • huile (7%)
  • gaz naturel (5,4%)
  • Biomasse, déchets (4,7%)
  • Hydroélectricité (4,0 %)
  • vent, soleil (3.5%)
  • Nucléaire (3,3 %)

Qui fournit la Chine en pétrole ?

Quelque 25% des importations de pétrole de la Chine totalisant environ 10,5 millions de barils par jour (mbj) (selon le rapport de l’OPEP du mois dernier) sont fournies par l’Arabie saoudite, le reste est principalement fourni par la Russie, l’Irak et l’Angola.

Lire aussi :
La colocation présente également des avantages pour les propriétaires. En effet, le…

Pourquoi le rouble grimpe ?

Les revenus d’exportation de matières premières, la forte baisse des importations et les paiements d’impôts en roubles par les entreprises russes exportatrices expliquent également l’appréciation de la monnaie.

Pourquoi le prix du rouble augmente-t-il ? Autre facteur qui contribue au renforcement du rouble : la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel. Les pays exportateurs de matières premières bénéficient de prix plus élevés.

Qui fabrique le rouble ?

Union monétaire rouble russe
Pays utilisateurs officielsRussie Abkhazie Ossétie du Sud-Alanie
Banque centraleBanque centrale de la Fédération de Russie
désignation localeÑÑблÑ
Chronologie

Où en est le rouble ?

Les volumes de devises sont restés modestes à 17.800 milliards de roubles (274 milliards d’euros) en juin, un tiers en dessous de leur niveau de 2021, selon les données de la Bourse de Moscou. La monnaie russe s’est appréciée cette année de 25% face à l’euro et de 15% face au dollar.

Quelle est la monnaie la plus forte du monde ?

1. Le dinar koweïtien. Connu comme la monnaie la plus puissante au monde, le dinar koweïtien ou KWD a été introduit en 1960 et équivalait initialement à une livre sterling.