Tribune

Tribune

PDG et fondateur d’iBanFirst, spécialiste des paiements en devises pour les entreprises. Ceci pourrez vous intéresser : Elon Musk et Jamie Dimon, Cassandra de l’économie américaine.

L’expert financier Pierre-Antoine Dusoulier détaille, dans une tribune du Monde, les facteurs qui rendent une récession probable, notamment en Europe, mais pas certaine, grâce à la reprise en Chine

Publié aujourd’hui à 09:00 Temps de lecture 3 min.

Le risque de récession est dans tous les esprits. Toutes les banques internationales ont ajusté leurs prévisions. Goldman Sachs vient de relever à 30 % la probabilité que l’économie américaine entre en récession cette année. Valeurs Mobilières TD estime cette probabilité à 60 % au cours des douze prochains mois.

Les acteurs des marchés financiers, un peu plus optimistes, ne sont qu’un tiers à prévoir une récession mondiale l’année prochaine, et 27% l’année d’après (selon une enquête auprès des gérants obligataires Russell Investments réalisée le 8 juillet réf ?). La réalité est que personne ne sait vraiment quand une récession frappera. La seule chose qui soit certaine, c’est que l’économie américaine n’est pas encore en récession, contrairement à ce que certains oiseaux de mauvais augure frappent.

En revanche, les dernières données statistiques confirment un net ralentissement de l’économie, en ligne avec une croissance du PIB proche de 1% cette année. Mais croissance faible ne signifie pas récession. Le problème dans la période actuelle est qu’il est très difficile de prévoir le comportement des entités économiques dans des conditions de hausse de l’inflation. Les ménages et les entreprises n’ont pas connu de tels niveaux d’augmentation générale des prix depuis des générations dans la plupart des pays.

Dollarisation de l'économie : le marché s'adapte à la nouvelle donne
A voir aussi :
La ruée du Liban pour acheter des dollars se poursuit et le…

L’importance du secteur immobilier américain

Il y a bien sûr des raisons de s’inquiéter : les marges des entreprises baissent en raison de la baisse de confiance des consommateurs, le secteur des services montre des signes d’assèchement et la bulle immobilière commence à gonfler. Sur le même sujet : Croissance, exportations, immobilier… Les défis sans précédent de l’économie chinoise. C’est certainement la chose la plus inquiétante.

Dans une économie fortement financée comme les États-Unis, un doublement des taux hypothécaires en un temps record combiné à une hausse de près de 21 % des prix des maisons d’une année sur l’autre est le cocktail parfait pour ralentir l’économie. , ou pire.

L’évolution du secteur immobilier américain déterminera la trajectoire de l’activité économique dans les mois à venir. Au mieux, la croissance sera molle. Au pire, il s’agira soit d’une récession, soit d’une « récession » (une brève contraction de l’activité avec peu d’effets négatifs sur l’économie).

Macron : l'industrie de défense doit entrer dans "l'économie de guerre"
Voir l’article :
Il y a bien longtemps que le Salon des Armes Terrestres et…

Une vive tension sur les prix de l’énergie

La situation est plus préoccupante en Europe, où le niveau de croissance potentielle est beaucoup plus faible. La dette publique est un problème dans de nombreux pays. Et l’Europe est au bord d’une crise énergétique sans précédent qui pourrait paralyser une partie de son appareil industriel.

Il vous reste 54,09% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.