L’effondrement du gaz russe en Europe se poursuit dans le plan de Gazprom. En Autriche d’abord, qui a réduit le volume des livraisons au groupe autrichien OMV, où les travaux de maintenance ont commencé sur les deux gazoducs de Nord Stream 1. « OMV a été informé par Gazprom qu’il réduisait son approvisionnement en gaz, ce qui se traduit aujourd’hui par Baisse de 70 % du volume arrivant au terminal de Baumgarten (l’un des plus gros distributeurs de gaz d’Europe centrale », déplore OMV dans un communiqué.

Une situation similaire se produit en Italie. Gazprom n’a livré lundi que 21 millions de m3 à la compagnie nationale d’hydrocarbures Eni, contre une moyenne de 32 millions de tonnes récemment, soit une réduction d’un tiers. L’Italie est également partiellement alimentée par le gazoduc North Stream 1.

Le scénario des pénuries et du rationnement envisagé

Le scénario des pénuries et du rationnement envisagé

Cela n’augmentera pas l’inquiétude des Blancs face à l’insuffisance. La quantité de gaz russe expédiée vers l’Europe n’a cessé de diminuer depuis le début du conflit ukrainien. Gazprom a déjà bloqué l’approvisionnement en gaz russe de certains pays, comme la Pologne et la Bulgarie, qui hésitent à payer en roubles alors que la compagnie énergétique commence à l’exiger. Ceci pourrez vous intéresser : VIDEO – Réduire l’éclairage public : une opportunité de faire des économies pour les collectivités ?. Le plan est de mettre un terme aux exportations de gaz de la Russie vers l’Europe dans les mois à venir. C’est une force avec laquelle il faut compter car le gaz est disponible pour chauffer les familles et faire fonctionner les entreprises européennes.

La perspective de pénuries de gaz est actuellement discutée en Allemagne, où le gouvernement envisage la possibilité d’un partage. En France, pays qui ne dépend pas plus du gaz russe que l’Allemagne, les énergéticiens EDF, TotalEnergies et Engie ont lancé fin juin un appel pour que des mises à niveau énergétiques permettant d’économiser davantage d’énergie soient disponibles. Le gouvernement a également commencé à tirer la sonnette d’alarme et est en train d’inciter les entreprises et les familles à réduire leur consommation d’électricité et de gaz.

Argentine : le nouveau ministre de l'Economie s'engage à respecter l'objectif de déficit budgétaire
Ceci pourrez vous intéresser :
Le nouveau ministre argentin de l’Economie, Sergio Massa, a promis mercredi d’atteindre…

Mesures de sobriété en Allemagne

Très dépendante du gaz russe, l’Allemagne est vigilante. Bien qu’il ne faille que 10 jours pour faire une pause dans le système gazier North Stream, Berlin craint que Moscou ne coupe définitivement l’alimentation électrique par ce gazoduc qui assure une part importante de son approvisionnement. Le pays, des grandes entreprises aux grandes entreprises, se prépare à toutes les restrictions. Voir l’article : Club de l’économie du « Monde » : « La sobriété s’imposera ». Mais si l’approvisionnement en gaz de la Russie doit s’arrêter, l’Allemagne devra faire « le choix le plus difficile de la société », prévient le ministre de l’Economie et du Climat, Robert Habeck, qui a vanté l’importance des pluies courtes et froides. ce qui n’est pas l’ampoule, tout est exploré. L’industrie, les villages et les gouvernements cherchent des moyens de réduire leur consommation d’énergie.

« Nous pourrons peut-être relancer plus d’emplois pendant un temps limité, comme pendant les maladies. Mais il est maintenant temps d’économiser de l’énergie au profit du pays », a déclaré Carsten Knobel, chef du groupe Henkel, l’un des poids lourds sur le marché boursier de Francfort, a récemment déclaré aux journalistes.

Il n’est pas le seul expert en nettoyage et conditionnement. L’industrie chimique est la plus touchée, fortement dépendante du gaz. L’organisation VCI dit se préparer au « pire scénario ». Le grand BASF, dont le siège est à Ludwigshafen (ouest) un véritable centre-ville, envisage de mettre certains de ses employés sur des emplois de courte durée, en cas d’arrêt du fonctionnement du gaz russe.

Le gaz de rechange est difficile à remplir. A ce rythme, « on approche de la pénurie de gaz », prévient Robert Habeck.

« Si nous n’obtenons plus de gaz russe (…) la quantité stockée maintenant sera suffisante pour un mois ou deux », a prévenu Klaus Müller, le président fédéral de l’Agence des réseaux.

C’est ainsi que l’appel est passé car les clients auront la surprise de recevoir un courrier de leur fournisseur d’énergie » avec « le triple » de la facture en conséquence, selon le gérant. . Le Bundestag, où résident les députés, a adopté jeudi un plan conservateur : plus de températures supérieures à 20 degrés en hiver et plus d’eau chaude dans chaque bureau. De nombreuses villes ont déjà réduit l’eau chaude des piscines ou des lumières de la ville. Le comté d’Augsbourg en Bavière envisage également de fermer certains lampadaires. Une société de logement près de Dresde, en Saxe (est), a décidé de couper l’eau chaude la nuit dans ses 600 logements, déclenchant une polémique nationale. Jeudi, c’était la première fois que l’unité allemande Vonovia annonçait son intention de limiter les températures de chauffage central à 17 degrés pendant la nuit dans ses 350 000 ventes de maisons.

La Russie se prépare à une forte contraction de son économie
Voir l’article :
Une dernière randonnée avant le grand plongeon. Au premier trimestre 2022, selon…

Newsletter – La Tribune 12h

Du lundi au vendredi, votre déjeuner-rencontre et

Inscription à La Tribune 12h

toutes les histoires économiques

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous est à midi

et toutes les histoires économiques

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous avez reçu.

Inscription à la newsletter La Tribune 12h

N’oubliez pas de vérifier votre mauvais courrier.

Consultez le site de La Tribune et nos journaux,

Inscription à La Tribune 12h

La rédaction de La Tribune.

Connexion à mon compte

Chaque jeudi, des nouvelles

Merci pour votre inscription !

Dans votre boîte aux lettres à 21h.

Vous êtes déjà inscrit !

Vous souhaitez vous abonner au journal ?

Réinitialisez votre mot de passe

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous est à midi

Email envoyé !

et toutes les histoires économiques

Je n’ai rien à dire

Consultez le site de La Tribune et nos journaux,