Les crises successives depuis le début de la pandémie de Covid-19 menacent l’économie mondiale. Plusieurs pays ne devraient pas échapper à la récession dans les mois à venir.

Covid-19, guerre en Ukraine, tensions géopolitiques, épisodes de sécheresse sans précédent… « Le moment que nous vivons peut sembler structuré par une série de crises graves (…) et certains peuvent voir notre destin comme gérer en permanence des crises ou des urgences », a déclaré Emmanuel Macron mercredi à l’ouverture du Conseil des ministres.

Dans son allocution d’un ton grave, le chef de l’Etat a dit croire « que ce que nous vivons est un ordre de grand changement ou de grand bouleversement » du monde. Au fond, nous vivons la fin de l’abondance, c’est-à-dire du cash sans frais – il faut en tirer les conséquences économiques – des produits et des technologies qui nous paraissent toujours disponibles, des ruptures de chaîne de valeur. La rareté de tel ou tel matériau ou technologie réapparaît, ainsi que l’eau. Nous prendrons des dispositions », a ajouté le président républicain.

Dans la foulée, le haut-commissaire au Plan François Bayrou s’est dit sur la même voie qu’Emmanuel Macron, quant à la crainte de « la crise la plus grave que la France ait connue depuis la guerre ». Catastrophisme ou clarté ? L’avenir nous le dira. Ce qui est certain, cependant, c’est que les événements des derniers mois ont affecté l’économie française et plus largement l’économie mondiale. Certains signes existent pour le prouver. Le risque de récession se renforce chaque jour.

• Inflation mondiale

• Inflation mondiale

Conséquence des perturbations du commerce mondial lors de la reprise post-Covid puis de la guerre en Ukraine, les hausses généralisées des prix touchent désormais toutes les régions du monde : 8,9% en zone euro en juillet pendant un an, 10,1% au Royaume-Uni, 8,5 % aux États-Unis, 7,8 % en Afrique du Sud. Des niveaux jamais vus depuis des décennies. Voir l’article : Pourquoi le ralentissement d’Internet affaiblit notre économie. En Asie, l’inflation est restée modérée mais a augmenté d’un mois sur l’autre. Plus précisément, il s’élevait à 2,7 % en Chine en juillet et à 2,3 % au Japon.

Face à la flambée des prix, la banque centrale est intervenue, bien que trop tard pour certains. Pour refroidir le moteur économique, au risque de freiner sérieusement la croissance, la Fed a annoncé fin juillet sa quatrième grande hausse de taux depuis mars outre-Atlantique. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a tiré plusieurs fois sur ce levier depuis décembre, tandis que la BCE a relevé les taux d’intérêt pour la première fois en dix ans il y a quelques semaines.

Si les actions de la banque centrale visent à ralentir l’inflation, la hausse des taux d’intérêt directeurs n’empêchera pas la hausse des prix du jour au lendemain. En France, le taux d’inflation devrait approcher les 7 % d’ici la fin de l’année, contre 6,1 % aujourd’hui (6,8 % en IPCH). La situation est encore plus préoccupante outre-Manche où la Banque d’Angleterre mise sur plus de 13 %.

Au final, l’inflation sera en moyenne de 6,6% dans les pays développés cette année et de 9,5% dans les pays en développement, selon les prévisions du FMI. Il s’agit d’une révision à la hausse de 0,9 et 0,8 points par rapport à la dernière prévision. L’institution monétaire s’attend également à ce qu’il « reste élevé plus longtemps ».

Ministère de l'Economie : Bruno Le Maire reste à Bercy
Sur le même sujet :
Bruno Le Maire reste ministre de l’Économie, renommé ministre de l’Économie et…

• Flambée des prix de l’énergie et risque de pénurie en Europe

Pétrole, gaz, électricité… Les prix de l’énergie ont culminé ces derniers mois. La poussée, qui a commencé au second semestre 2021 dans un contexte de forte reprise de l’économie mondiale, a été amplifiée par la guerre en Ukraine. A voir aussi : « La BCE alimente des bêtises qui nuisent à notre économie réelle ». Les prix du gaz naturel en Europe notamment ont explosé et quadruplé (+315%) depuis le début de l’année. Mercredi, il a brièvement dépassé les 300 euros par mégawattheure, un niveau jamais vu depuis le record historique établi en mars, au début de l’invasion russe de l’Ukraine.

C’est-à-dire l’annonce par Gazprom de la suspension de la fourniture totale de gaz à l’Europe via Nord Stream 1 pour une période de trois jours du 31 août au 2 septembre. Les prix ont également été soutenus par les conditions climatiques en Europe, entre sécheresse et vagues de chaleur, « qui ont entraîné une augmentation de la demande d’énergie pour le refroidissement de l’air », ont expliqué les analystes de Société Générale. Ils ont également cité parmi les facteurs haussiers une tentative des pays européens de reconstituer leurs stocks de gaz naturel avant l’hiver, un effort plus ambitieux « avec un flux de gaz encore faible à travers le principal gazoduc alimentant l’Europe de l’Ouest ».

La récente flambée des prix a également fait grimper les prix de l’électricité pour l’année prochaine en France et en Allemagne, sans atteindre les records historiques atteints plus tôt cette semaine. Désormais, le Vieux Continent, essayant de se passer du gaz russe, se prépare à un hiver difficile. Dans plusieurs pays européens, des restrictions de consommation d’énergie ont été mises en place pour limiter les risques de pénurie d’énergie. En France, alors qu’Emmanuel Macron parle de la « fin de l’abondance », le « grand plan calme » est sur le point d’être présenté.

Éco d'ici à éco d'ailleurs - 2023 : l'économie mondiale vers le fond ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Inflation, dette, changement climatique, blocus commerciaux : l’économie mondiale évitera-t-elle le précipice…

• Des prévisions de croissance révisées à la baisse

Fin juillet, le FMI a mis à jour ses prévisions de croissance, avec un constat clair : « les trois plus grandes économies du monde (Etats-Unis, Chine, zone euro) marquent le pas, et les conséquences sur les perspectives mondiales sont importantes ». Le Washington Institute table ainsi sur une croissance mondiale de 3,2% cette année et de 2,9% en 2023, soit des baisses de 0,4 et 0,7 points par rapport aux prévisions d’avril.

Dans le détail, l’activité aux États-Unis ne devrait croître que de 2,3 % cette année et de 1 % l’an prochain. À 3,3 %, la croissance de la Chine en 2022 sera à son plus bas niveau depuis plus de quarante ans (hors pandémie). Enfin, la zone euro devrait atteindre 2,6 % cette année et 1,2 % en 2023.

La prévision a été revue à la baisse, ce qui a été justifié par l’agence de Washington en faisant notamment référence à « l’impact négatif de la guerre en Ukraine » avec « une inflation plus forte que prévu » aux Etats-Unis et en Europe, ainsi qu’un « plus clair que prévu « Ralentissement en Chine » sur fond d’épidémie de Covid-19 et de confinement ». À tel point que la production mondiale s’est contractée au deuxième trimestre de cette année.

Couplé au resserrement de la politique monétaire, qui devrait accentuer le ralentissement économique mondial. Elle a même entraîné certains pays dans la récession. De plus, même si le sujet est évoqué outre-Atlantique, les États-Unis sont techniquement déjà en récession puisque l’économie américaine s’est contractée pendant deux trimestres consécutifs. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre prévoit une contraction de la production tous les trimestres entre les trois derniers mois de 2022 et les trois derniers mois de 2023. Après cela, « la croissance restera modérée ».

La zone euro évite toujours la récession. Mais Bruno Le Maire lui-même n’a pas exclu la possibilité d’une baisse sérieuse de l’activité dans les mois à venir : « tout dépendra de la décision de Vladimir Poutine sur le gaz. S’il décide de couper le gaz pour l’UE et la zone euro, on estime l’impact sur la croissance, pour la seule France, à un demi-point de PIB, et peut-être plus pour d’autres économies qui dépendent plus du gaz russe que la nôtre », a déclaré mercredi le ministre de l’Economie sur France 5. Le gaz russe qui participe à la croissance de L’Europe va se jouer dans les mois à venir », a-t-il ajouté.

En France, la croissance a rebondi plus fort que prévu au deuxième trimestre, à +0,5 %. Cependant, cette amélioration relative est due en partie au retour des touristes étrangers, alors que la consommation des ménages continue de baisser. Les signaux pour l’économie française dans les mois à venir sont également peu encourageants.

Regardez le dernier indice PMI publié par S&P Global. Ces indices sont les principaux indicateurs de l’activité du secteur privé, c’est-à-dire qu’ils prennent le pouls de l’économie avant la fin d’une certaine période, en enquêtant sur l’opinion des responsables des achats des grandes entreprises.

Le dernier indice PMI de la France, publié mercredi, s’est avéré pessimiste. En août, l’indice PMI composite, qui couvre l’activité dans les secteurs des services et de la fabrication, est tombé à un plus bas de 18 mois à 49,8. Un indicateur inférieur à 50 un mois donné signifie que l’activité s’est contractée. « La fin d’année 2022 s’annonce difficile pour l’économie européenne et la France ne fait pas exception », estime Joe Hayes, économiste chez S&P Global Intelligence.

Les chiffres pour la zone euro dans son ensemble ne sont pas meilleurs. Le PMI composite d’août pour la zone euro est tombé à un plus bas de 18 mois également pour la zone euro, à 49,2. Les économistes de la Barclays Bank ont ​​toutefois souligné que la France était le pays qui avait subi la plus forte crise en août. Au vu de ces indicateurs, les entreprises britanniques confirment qu’elles tablent sur une entrée en récession dans la zone euro au second semestre.

• Risque de crise alimentaire

Mercredi, le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en garde contre une augmentation spectaculaire du nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë depuis la crise du Covid-19. Ils seraient 345 millions aujourd’hui, contre 135 millions il y a trois ans.

Les pics sont liés aux conséquences de la pandémie, du changement climatique (sécheresse, inondations) et de la guerre en Ukraine qui fait grimper les prix alimentaires mondiaux et ralentit les exportations vers les pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

La crise économique mondiale de 2008, parfois appelée dans le monde anglophone The Great Recession (La Grande Récession, faisant référence à la Grande Dépression de 1929), était une récession qui a touché la plupart des pays industrialisés du monde, à l’exception du Brésil , la Chine et l’Inde, suite à l’effondrement. .

Qu’est-ce qui a provoqué la crise économique ?

l’instabilité politique causée par la guerre ou la rébellion ; Déficit public excessif résultant de mauvaises politiques économiques menées par un Etat qui, pour améliorer les comptes publics, mène des politiques budgétaires strictes pouvant conduire à la crise économique.

Quelle a été la cause immédiate de la crise économique de 1929 ? Causes de la crise de 1929. La crise de 1929 est liée à de profonds déséquilibres économiques. Après la Première Guerre mondiale, les dettes des pays européens participant au conflit les ont amenés à suspendre la convertibilité de leurs monnaies en or.

Quand a commencé la crise économique ?

La plus grave crise économique du XXe siècle, provoquée par le krach boursier de Wall Street aux États-Unis le 24 octobre 1929, s’est propagée au monde entier, l’entraînant dans une décennie de récession marquée par une augmentation massive du chômage et de la misère , mais aussi par profonde transformation…

Qu’est-ce qui a causé la crise économique de 2008 ?

La crise de 2008 a été déclenchée par la crise des subprimes. Les banques accordent des prêts immobiliers aux acquéreurs insolvables, et en même temps elles initient la titrisation de ces prêts.

Comment la crise A-t-elle commencé ?

La crise de 2008 a commencé par les difficultés rencontrées par les ménages américains à faible revenu pour rembourser les prêts qui leur ont été consentis pour l’achat de leur logement.

Est-ce que le gouvernement peut prendre notre argent ?

Que la somme soit sur un compte épargne, un compte bancaire ou une assurance-vie, tout est possible, avec cette loi, l’Etat peut désormais se secourir sans que personne ne puisse s’en plaindre.

Pourquoi devriez-vous retirer votre argent de la banque? Afin de protéger votre argent en cas de crise financière, il est important de placer votre argent de manière à sécuriser au maximum votre épargne tant que vous en disposez. La meilleure façon de vous protéger est de ne pas laisser tout votre argent dans un compte courant ou d’épargne.

Quelles sont les banques en danger ?

Parmi les banques qui ont fait l’objet du plus grand nombre de réclamations de la part des clients, on peut citer : Les caisses d’épargne qui représentent 16,2% des réclamations. Crédit Agricole, qui comptabilise 13,8% des réclamations. BNB Paribas qui comptabilise 11% des réclamations.

Où mettre son argent en cas de guerre ?

Avec des taux d’intérêt si bas et une inflation qui monte en flèche, la perte de valeur de votre épargne est inévitable. Dans ce cas précis, il vaut mieux investir que de garder son argent sur un compte épargne à la banque.

Comment lutter contre la crise économique ?

Il a de nouveau mis l’accent sur cinq priorités : parvenir à un assainissement budgétaire différencié et favorable à la croissance ; retour aux prêts bancaires à un taux satisfaisant pour soutenir l’économie ; promouvoir la croissance et la compétitivité d’aujourd’hui et de demain ; lutter contre le chômage et prendre…

Comment surmonter la crise économique ? Les quatre voies, qui sont des étapes importantes pour traverser la crise économique, sont les suivantes :

  • Comprendre la signification des indicateurs économiques.
  • Faire un diagnostic réaliste.
  • Préparez rapidement un plan d’action.
  • Exécutez le plan d’action rapidement et bien.

Comment se protéger de la crise financière ?

En réalité, pour protéger son argent de l’inflation, il n’y a qu’une seule stratégie vraiment efficace : celle qui consiste justement à sortir ses actifs des marchés financiers tendus.

Quelle est la plus grosse crise économique ?

1929. 24 octobre. L’effondrement de la Bourse de New York provoquerait la plus grave crise économique mondiale du XXe siècle. La nouvelle Grande Dépression est la deuxième crise grave de la mondialisation moderne.

Quelle est la plus grande crise économique ? 1873. 9 mai. Après deux ans d’intenses spéculations en Allemagne et en Autriche, le krach de la Bourse de Vienne a marqué le début de plus de vingt-cinq ans de stagnation économique mondiale. La Grande Dépression est considérée aujourd’hui comme la première crise majeure de la mondialisation.

Quels sont les crises economiques ?

Une crise économique est une détérioration soudaine de la situation économique et des perspectives économiques d’un pays ou d’un groupe de pays. Elle affecte tout ou partie du système économique du pays.