Pour les investisseurs et entreprises occidentaux, se retirer de Russie pourrait être plus difficile dans les mois à venir. La Russie a en effet adopté un décret le 5 août, signé par Vladimir Poutine et progressivement annoncé, afin d’empêcher les Occidentaux de vendre leurs actifs aux projets financiers et énergétiques russes.

Des investisseurs étrangers sont attendus des pays qui ont pris des mesures « inamicales » envers la Russie « destinées à imposer des mesures restrictives aux citoyens russes et aux personnes morales russes », précise l’ordonnance publiée sur le site du Kremlin.

Le projet pétro-gazier Sakhaline-1 ciblé

Le projet pétro-gazier Sakhaline-1 ciblé

Dans le détail, les restrictions sont liées à la vente de fonds dans des entreprises et des projets énumérés dans la loi. Lire aussi : VIDEO – Qu’est-ce que l’énergie « mortelle » (et comment la récupérer) ?. Les projets pétroliers et gaziers Sakhalin-1 et Kharyaga, dans lesquels des investisseurs étrangers ont toujours une participation, sont clairement mentionnés.

Selon l’agence de presse Tass, reprise par le Wall Street Journal, le géant américain Exxon Mobil serait directement concerné par cette interdiction. Sa filiale Exxon Neftegaz détiendrait une participation de 30% dans le projet Sakhalin-1. Le japonais Sodeco et l’indien ONGC Videsh en détiendraient respectivement 30% et 20%. Le reste appartient à la compagnie pétrolière russe Rosneft.

Outre ces projets qui rassemblent un groupe d’acteurs internationaux, ces restrictions concernent l’ensemble du secteur énergétique russe : les entreprises qui produisent de l’électricité ou les raffineries de pétrole, ainsi que les entreprises qui s’occupent de la maintenance des équipements nécessaires à la branche.

Lire aussi :
Au même titre que la majorité de l’électronique portable, la génération actuelle…

UniCredit et Raiffeisenn visées

L’article se concentre également sur les arrestations occidentales dans les banques russes. Si Société Générale avait le nez vide en cédant au printemps sa filiale domestique Rosbank, d’autres groupes bancaires, comme l’Italien UniCredit et l’Autrichien Raiffeisenn, cherchent toujours à se départir de la Russie. A voir aussi : Éradiquer les nuisibles. Pendant ce temps, HSBC a trouvé son chemin fin juillet. La banque sino-britannique a annoncé avoir conclu un accord avec la banque russe Expobank pour rétablir ses opérations en Russie.

Le Kremlin s’accorde 10 jours à compter de la publication de l’arrêté pour lister les banques et organismes de négoce d’énergie concernés par l’interdiction de transfert d’actions. Actuellement, ces restrictions se poursuivent jusqu’à la fin de 2022. Mais l’ordonnance autorise le président russe à la prolonger.

Sibel Energie, des solutions sur mesure pour atteindre l'indépendance énergétique
Sur le même sujet :
Depuis sa création en 2010, Sibel Energie accompagne les particuliers et les…

Comment affronter la montée des incertitudes ?

L’inflation, la hausse des taux d’intérêt, l’Ukraine et l’instabilité politique actuelle, l’infection augmente. Pour évoluer dans un environnement de plus en plus complexe, l’expérience éditoriale des Echos est précieuse. Chaque jour, nos recherches, critiques, chroniques et articles accompagnent nos abonnés, les aident à comprendre les changements qui bouleversent notre monde et les préparent à prendre les meilleures décisions.

Quel pays soutient Poutine ?

Outre la Biélorussie, un autre fervent partisan de Vladimir Poutine est la Syrie. Et pour cause : Bachar al-Assad lui doit une grande partie de son attention.

Quels pays soutiennent l’Ukraine ? Les deux premiers gouvernements de l’UE, l’Allemagne et la France, viennent juste derrière, le premier principalement pour son aide humanitaire et le second pour son soutien financier. Paris a en effet accordé un prêt de 300 millions d’euros à Kyiv et envoyé plus de cent millions d’euros d’aide humanitaire.

Quelle pays soutien la Russie ?

Ces pays soutiennent la Russie

  • Syrie. …
  • Venezuela. …
  • Biélorussie. …
  • Chine. …
  • L’Iran. …
  • Brésil. …
  • Cuba.

Qui est avec la Russie 2022 ?

Carte de la guerre russo-ukrainienne. L’invasion russe de l’Ukraine en 2022, également connue sous le nom de guerre russo-ukrainienne de 2022 ou – de manière réductrice – guerre d’Ukraine, est une campagne militaire qui a débuté le 24 février 2022 sur ordre du président russe Vladimir Poutine.

Quelles sont les sanctions européennes ?

L’UE a établi différents types de sanctions:

  • mesures préventives individuelles.
  • sanctions économiques.
  • mesures diplomatiques.
  • restriction des médias.
  • restrictions sur les relations économiques avec la Crimée et Sébastopol.

Quel pays a autorisé la Russie ? Le 25 février 2022, la Pologne et la République tchèque ont été les premiers pays à annoncer la fermeture de leur espace aérien aux avions russes, une décision suivie dans la journée par la Bulgarie et le Royaume-Uni.

Quelles sont les sanctions de l’Europe contre la Russie ?

La fermeture des vols européens aux vols russes. Les ports de l’UE sont fermés aux navires russes. Fermeture des routes de l’Union vers les transporteurs russes. Interdiction de vendre des avions et des équipements aux compagnies aériennes russes.

Quels sont les différents types de sanctions ?

Types de sanctionsPénalitésSanctions civiles
ExemplesAmendes, emprisonnement, révocation ou suspension du permis de conduire, travaux d’intérêt généralDommages, nullité de contrat, éviction, saisie immobilière

Quelles sont les sanctions de l’Union européenne ?

Des images différentes La politique commerciale, la plus ancienne politique d’exportation de l’UE, peut aussi être le signal de mesures restrictives : l’abolition des systèmes électoraux universels, l’interdiction de certains produits étrangers ou des importations en sont un exemple.

Est-ce que la France est en guerre avec la Russie ?

Officiellement, non. Il n’y a pas de déclaration de guerre contre la Russie. En pratique oui, puisque nous envoyons des armes en Ukraine et participons à la « guerre économique ».

.