Le CPME juge « un peu facile » l’appel d’Emmanuel Macron aux entreprises à ne pas signer de nouveaux contrats énergétiques qui leur sont proposés au vu des prix. Il estime que la solution est un « price cap » au niveau européen.

« 150.000 entreprises sont en danger de mort » en raison de la hausse des prix de l’énergie, a averti Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), samedi 15 octobre sur France Inter. « C’est colossal », dit-il inquiet.

« La hausse des prix de l’énergie représente un tsunami imminent. »

Selon lui, ces entreprises pourraient « fermer assez rapidement ». « On va tout faire pour essayer de l’éviter », mais « c’est quelque chose de systémique. On n’est pas dans une situation économique », pointe-t-il. Jean-Eudes du Mesnil craint que cela ne change « le visage de l’industrie en France à l’heure où l’on parle beaucoup d’efforts pour tenter de réindustrialiser notre pays ». Un retour « retour si nous ne trouvons pas de solution » est prévu.

Le patron de petites et moyennes entreprises a donné l’exemple d’une scierie : « Ils avaient une facture d’électricité de 400 000 euros par an. Ce qu’on leur propose en 2023, c’est 6 millions d’euros », a-t-il témoigné.

>> Selon le gouvernement, plus de 300 entreprises en France risquent d’être en difficulté cet hiver

Emmanuel Macron a appelé les entreprises et les collectivités locales à ne pas signer de nouveaux contrats énergétiques au vu des tarifs proposés : « C’est un peu facile. Quand on a besoin d’électricité pour fonctionner, attendre, c’est s’exposer au risque de coupures, donc on n’a pas d’autre choix que pour signer les contrats », a-t-il déclaré. Selon lui, la réponse est à Bruxelles : « Il faut obtenir une limitation du prix de l’électricité et du gaz. Sinon, on ne s’en sortira pas », dit-il.

nouvelles

une analyse

vidéos

Quelle offre d’électricité choisir ?

Développez votre lecture sur ce sujet Sur le même sujet : Le fonctionnement du viagra.

Selon l’analyse de la Commission de régulation de l’énergie de 2016, la consommation mensuelle moyenne d’électricité par ménage en France est de 390 kWh, soit 4 679 kWh par an.

Quel est le fournisseur d’électricité le plus avantageux ?

offre d’électricité classique d’Ohm Énergie, avec -6€ de remise par MWh ; Offre Vattenfall Eco New Green, qui garantit -5% sur le prix du kWh ; Offre d’un an Engie Green Reference, qui vous assure de toujours payer le même prix pendant une durée d’un an (la partie « fourniture » de votre contrat). A voir aussi : Lutter contre la pollution sonore.

Quel est le fournisseur d’énergie le moins cher en France ?

Quel fournisseur d’électricité choisir en 2022 ?

Crise énergétique : quels efforts pourraient encore porter leurs fruits ?
Lire aussi :
Les prix de l’essence, du gaz et de l’électricité sont à un…

Est-ce que EDF va augmenter ses tarifs ?

En 2021, les vainqueurs sont Mint Energie, Mega Energie et ilek/Planète Oui à égalité. Ce classement est le résultat d’une évaluation basée sur un certain nombre de critères, tels que la facilité de souscription, les commentaires des clients, la source d’alimentation, etc.

En France, le fournisseur d’électricité le moins cher est actuellement OHM Energie, avec une baisse de 11% du prix du kWh HT par rapport au tarif réglementé.

Naviguer grâce au soleil
Ceci pourrez vous intéresser :
ÉMISSION #18 Faire le tour du monde en bateau, sans voile ni…

Quel est le prix de 1 kWh 2022 en Belgique ?

Le tarif réglementé est en hausse de 1,6 % par rapport à février 2021. Début 2021, le prix du kWh d’électricité augmente de 1,93 % hors taxe, ou de 1,61 % avec taxe pour les personnes physiques.

.

Quel est le prix du kWh actuel ?

Le prix de l’électricité en Belgique est parmi les plus élevés d’Europe. Le prix moyen de l’électricité en Belgique en juin 2022 était de 0,3377 € par kilowattheure, le prix a augmenté de 0,0383 €/kWh, 12,79 % depuis le semestre dernier.