L’art, tout l’art, influence de plus en plus le développement du numérique. Comment s’est construite cette conférence biministérielle ? Qu’est-ce que la scène artistique numérique ? Et où pour l’art numérique à l’école ?

L’enseignement artistique est partagé par l’éducation nationale et la structure développée sous la tutelle du ministère de la culture. Ces derniers, parfois très locaux, associatifs voire privés, mais aussi publics, contribuent ainsi au développement de la culture en général et au développement de l’art en particulier. Dans les écoles, quelle est la dotation pour « tout » l’enseignement artistique ? Ainsi, le ministère de l’Éducation joue son rôle même s’il semble que les choses aient changé depuis quelques années. Quant au ministère de la culture, nous sommes surpris par ce site qui sort actuellement en 2007… dont une recherche de haut niveau sur le site lui permet d’avoir un impact sur chir car il est beaucoup plus récent dans le domaine de l’art et de la culture .

Dans l’espace numérique de ce lieu d’art et de culture, on sent qu’il y a beaucoup à faire. En novembre, l’Association française de musique a organisé une table ronde pour les enseignants dans le domaine du numérique. Ce sont de telles rencontres que je comprends que le monde de l’art et de l’éducation (pas seulement scolaire) sont très proches. De même, une table ronde récemment organisée par la Gaité Lyrique a également été l’occasion de découvrir cette proximité. Cependant, il est nécessaire de classer les actions réalisées selon les modèles artistiques. C’est notamment la question de l’apprentissage de la musique par le biais d’une structure indépendante de l’éducation nationale, dépendant du ministère de la culture ou des collectivités, mais c’est aussi le cas de nombreux organismes ou institutions culturelles qui assurent les services, la formation et la jeunesse et les adultes. Support.

Rencontre art et numérique

L’art connexe, le numérique et l’école peuvent sembler des priorités inappropriées. De plus, si nous regardons les différentes définitions du mot culture, nous sommes confrontés à une sorte de conflit cognitif entre une définition qui définit la culture et une définition de la culture et du mouvement humain. Il faut donc définir l’axe que nous avons, ici dans l’art, mais sans négliger la définition définitive. L’expression de la culture artistique interroge le monde de l’enseignement pour plusieurs raisons : d’une part, le monde de l’enseignement rend un service important à la « culture de l’art » et, d’autre part, la culture artistique et la culture artistique sont encouragées par l’administration. En effet, tant le ministère que les administrations régionales soutiennent et promeuvent depuis longtemps des initiatives dans les domaines des arts, de la culture et de l’éducation. Qu’il s’agisse d’un soutien à des projets éducatifs et culturels ou d’un soutien structurel soutenant des artistes pour les faire intervenir dans le monde scolaire, les propositions sont nombreuses. Du collectif d’artistes au lieu d’artistes (tous arts confondus) en passant par les centres d’expositions temporaires des centres (FRAC par exemple) ou encore les interventions d’artistes dans le projet de l’Institut, les possibilités sont immenses.

Ce qui est nouveau (relatif) vient de l’avènement du numérique et de l’avènement de l’art. De nombreux artistes se sont emparés du numérique depuis l’avènement des premiers ordinateurs. Cependant, aborder la question de la relation entre l’art et le numérique est également considéré comme largement en dehors de “l’art numérique” tel que présenté ici “Cependant, toute création d’art utilisant un ordinateur ou un dispositif technologique est un art numérique. premier élément de l’art à être considéré comme un art numérique. qu’il est numérique.” Même si ce salon semble être le plus populaire, il faut aussi reconnaître que le numérique entre dans l’art de bien des manières. C’est ce qu’a démontré un atelier organisé par l’Association Musicale Française à l’automne dernier (voir image ci-dessus) autour du numérique dans la musique musicale (étude musicale par exemple) ou la gestion des professionnels de l’éducation musicale (groupe facebook des musiciens de la piscine ). ). Cette structure et ce format numériques ouvrent toute une gamme de perspectives artistiques. Ces modes d’utilisation du numérique utilisés par les artistes sont très similaires à d’autres secteurs de l’économie et du marché. Ce milieu professionnel s’apparente à d’autres touchés par le développement du numérique notamment pour « faciliter », « le rendre pertinent », au-delà de la création d’activités artistiques, professionnelles.

En ce qui concerne le monde scolaire, cela ne touche pas toujours directement les élèves sauf dans les cas de mise en contact d’artistes et d’élèves ou de cours à distance. Ce n’est pas nouveau (les articles numériques de l’auteur ont fait l’objet d’une présentation en 1996 par le CRDP de Poitiers sur l’école de Viville) et se poursuit. Cela s’applique bien sûr à l’enseignement des arts lui-même, mais aussi aux enseignants qui s’intéressent à ces questions ou qui sont souvent responsables des arts et de la culture, comme les professeurs de bibliothèque. Divers documents sont mis en ligne pour promouvoir ces conférences, comme celui de l’académie de Nantes de 2016 qui permet d’appréhender les multiples facettes de ce lieu.

Terminons cette démarche en pointant le travail de nombreux professeurs d’art qui ont su profiter de tous les aspects du numérique pour développer, « étoffer », leur formation : de la rencontre technique des métiers jusqu’à la création numérique. les dangers des arts sans oublier les enseignants qui ont profité du B2i pour développer des activités numériques pour leurs élèves. Créer, modifier des jobs, analyser de la musique électronique etc… de nombreux aspects ont été réalisés. Laissons de côté l’idée de convertir l’art en machines comparables à des professeurs d’informatique. L’être humain, la création, l’art sont parfois étonnants, déroutants, mais ils montrent aussi une forme émotionnelle et surtout humaine qu’une machine ne peut qu’imiter en donnant pà¢ à € â € šÂ¬ Ã…