Dès le 21 mai, grâce à la micro-folie, pousser les portes de l’espace Boris-Vian, à Montluçon (Allier), permet de pousser un peu même celles de certains des plus grands musées nationaux – sans faire la queue et sans avoir à se couder – et même être aux premières loges de l’Opéra de Paris ou de la Philharmonie.

« Comme pour l’artothèque ou les téléspectateurs de réalité virtuelle, on reste dans la même logique de culture pour tous, en accès libre et gratuit », explique Alric Berton, sous-directeur de la culture. Tout le monde n’a pas la chance ou le luxe de pouvoir se rendre à Paris. Avec ce système nous ouvrons la culture au plus grand nombre et dans les meilleures conditions possibles. « 

1. Comment se présente le dispositif ?

La micro-folie est installée au premier étage de l’espace Boris-Vian dans la salle Shéhérazade, où des événements tels que le temps de l’histoire ont été et seront toujours proposés. Voir l’article : Dompierre-les-Ormes. 108 collégiens ont participé au projet « classe de culture numérique »..

Recevez notre newsletter loisirs par mail et trouvez des idées de sorties et d’activités dans votre région.

L’espace, d’une superficie d’environ 70 mètres carrés, a évidemment fait l’objet de travaux. Les murs ont été peints en blanc pour servir d’écran. Des vidéoprojecteurs et un serveur informatique ont été installés qui donnent accès aux œuvres. Le tout en 4K, ou en très haute définition.

En plus des contenus projetés sur ce mur d’environ 5×3 mètres, les visiteurs ont également à leur disposition des tablettes (15 en tout) pour en savoir plus sur les œuvres.

Défis numériques dans le secteur culturel africain (Philippe Wang, Huawei)
A voir aussi :
(HUAWEI) – Après les touristes, la culture a été l’un des groupes…

2. Quels contenus sont visibles ?

Plus de 2 100 œuvres sont actuellement disponibles, mais ce chiffre continue d’augmenter à mesure que le contenu est numérisé. Outre la cité des sciences et de l’industrie de La Villette, onze autres sites culturels ouvrent leurs collections : le Centre Pompidou, l’Institut du Monde Arabe, le Louvre, Orsay, le Musée Picasso-Paris, le Musée du Quai Branly, le RNM Grand Palais Musée, le Château de Versailles, le Festival d’Avignon, l’Opéra de Paris et la Phiharmonie de Paris. A voir aussi : La Maison de la Culture et de l’Innovation Numérique se présente.

Le public peut voir des peintures, des sculptures, ainsi que des concerts ou des pièces de théâtre. Avec la possibilité pour certaines de ses oeuvres de s’agrandir pour distinguer le moindre détail.

« L’idée est de créer une forme d’intimité avec l’œuvre alors qu’elle n’est pas là. Donner accès à ces musées et en même temps l’envie d’aller les découvrir par soi-même »

Arnaud Saez (Directeur de la Médiathèque Boris-Vian)

Le rôle des NFT dans la culture : entre ouverture et excès
A voir aussi :
Les NFT ont changé le monde de la culture, et en particulier…

3. Quels modes de diffusion des oeuvres ?

Il existe deux modes différents : un mode libre dans lequel les œuvres sont projetées de façon aléatoire et un mode conférence qui permet des présentations plus précises sur des artistes, des courants ou des styles.

Deux projets de micro-folies confirmés à Montluçon et Commentry (septembre 2021)

4. Qui peut accéder à la micro-folie ?

Tous. La salle est ouverte et gratuite pour tout le public de la médiathèque. L’idée de la ville est aussi d’ouvrir ses portes aux scolaires « avec des propositions d’oeuvres qui adhèrent à leur programme », précise Alric Berton.

5. Les jours et horaires d’ouverture

Ce sont ceux de la médiathèque. ou lundi, mardi et vendredi de 14h00 à 18h00 ; mercredi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 ; Samedi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h00

Un créneau horaire est également ouvert aux groupes de scolaires et d’adultes en formation, les jeudis de 14h à 16h.

6. Un système de projection à 360°

La ville de Montluçon a profité de l’installation de microfolie pour équiper la salle Shéhérazade d’un système de cartographie à 360°. « On pourrait le faire car on a la chance d’avoir une salle aveugle », précise Arnaud Saez.

Le but est à la fois de pouvoir proposer des animations plus immersives avec, par exemple, la projection d’environnements en lien avec la narration pour les plus petits. Mais aussi, « comme le souhaitaient les élus, pouvoir proposer des médiations sur la base de nos collections, tant issues de l’artothèque que de nos archives », explique le directeur.

Le lieu pourrait également servir de support à des projections d’œuvres d’artistes résidant à Montluçon.