Le choc de la guerre en Ukraine pourrait ébranler l’économie russe pendant des années. Prenant la décision d’engager son armée sur le sol ukrainien, Vladimir Poutine a plongé son pays dans une économie de guerre aux conséquences gigantesques. A ce stade, il est possible de mesurer les effets à court terme de ce conflit, mais les conséquences à long terme sont complexes à appréhender. En effet, tout dépendra de la durée et de l’évolution du conflit, de la réaction des pays occidentaux, de l’impact des sanctions, ou encore de la situation géopolitique de la planète.

A ces difficultés s’ajoute la nature des informations économiques diffusées par les autorités russes, qui peuvent plonger les économistes et les milieux d’affaires dans un épais brouillard. Cet exercice est d’autant plus dangereux que “la diffusion des données est sujette à de très fortes déformations politiques […] Des instructions ont été prises pour modifier la diffusion des informations économiques”, a prévenu l’économiste et vice-président de l’INALCO Julien. Vercueil, lors du colloque du CEPII, ce jeudi 12 mai.

Le sommaire

Une récession inédite depuis vingt ans, un “cygne noir”

Une récession inédite depuis vingt ans, un "cygne noir"

“C’est un événement de type ‘cygne noir'”, a prévenu l’universitaire, faisant référence au célèbre livre de Nassim Nicholas Taleb “Le cygne noir – Le pouvoir de l’imprévisible” (Les Belles Lettres, 2007). La plupart des grands instituts de prévision (FMI, Banque mondiale) prévoient déjà une profonde récession de l’activité en 2022. Après un plongeon de -3% en 2020 et un rebond à 4,7% en 2021, le PIB pourrait retomber à des niveaux vertigineux cette année . “Le produit intérieur brut (PIB) va chuter fortement, d’environ 5% mais pourrait être de 9% d’ici 2022. A voir aussi : Economie : “La France est déjà tombée en récession”. La Russie de Poutine n’a jamais connu une telle récession”, estime Julien Vercueil, l’un des rares économistes français spécialiste de la Russie.

Cette baisse d’activité pourrait évidemment causer d’énormes dégâts même si les autorités russes et la banque centrale continuent d’intervenir massivement. Cependant, il faut rester prudent avec ces prévisions. En effet, la pandémie a montré qu’une chute historique du PIB n’était pas forcément synonyme de Grande Dépression ou de catastrophe financière comparable à la violente crise économique des années 1930 aux États-Unis. Il s’agit donc d’aller au-delà des chiffres de la croissance pour mieux envisager les conséquences de cette guerre aux multiples facettes.

Les entreprises zombies, une « épidémie » menaçant l'économie française ?
Voir l’article :
Le coup d’envoi des plans sociaux de ce nouveau quinquennat a été…

L’inflation au sommet

La guerre a provoqué une hausse spectaculaire du taux des prix à la consommation sur le territoire russe, notamment en raison de la chute du rouble et des nombreuses pénuries sur le territoire. Lire aussi : avis | Inflation : alerte aux intempéries sur l’économie française. Alors que l’inflation a légèrement ralenti ces dernières semaines, les économistes s’attendent à ce qu’elle reste à nouveau élevée autour de 20% cette année.

La banque centrale de Russie a rapidement relevé ses taux autour de 17% pour freiner cette inflation galopante avant qu’elle ne commence à retomber (autour de 14%), mais l’instabilité géopolitique et la crise énergétique mondiale risquent de prolonger cette hausse fébrile des prix. “Il peut y avoir un effet d’hystérésis inflationniste”, poursuit Julien Vercueil.

Ces effets hystériques, parfois évoqués par les économistes, indiquent les conséquences à long terme d’une crise parfois difficiles à chiffrer. Les grands conflits mondiaux du XXe siècle ou la récente pandémie ont montré que le PIB de certains pays pouvait mettre des années à retrouver son niveau d’avant-guerre ou de crise d’avant-guerre même si les rebonds, le plus souvent mécaniques, sont parfois sensationnels.

Russie : La Banque centrale accélère la baisse de son taux directeur

E. Macron : "l'économie de guerre"
Ceci pourrez vous intéresser :
“Les clients d’AMETRA nous disent que demain, dans cette ‘économie de guerre’,…

Des difficultés sur l’offre et la demande

Le passage d’une économie de paix à une économie de guerre engendre des transformations majeures du système productif à l’échelle nationale. Une part importante des dépenses publiques passe du civil au militaire. L’industrie de l’armement tourne à plein régime avec la perspective d’un conflit prolongé. Cette réorientation pourrait ébranler le modèle économique russe, largement dépendant de ses exportations de pétrole et de gaz, d’autant plus que ces ventes contribuent au financement de l’effort de guerre.

De nombreux secteurs économiques dépendants de l’étranger pour l’exportation pourraient fortement souffrir de cette hausse continue des prix liée aux restrictions commerciales imposées par certains pays. La levée de l’embargo européen sur l’énergie russe fin mai pourrait également entraîner d’énormes pertes financières pour certains géants russes. Cette hausse des prix entraîne mécaniquement des difficultés d’approvisionnement.

“Il n’y a pas encore de chiffres pour avoir une vue d’ensemble de la situation dans le pays, mais il y a beaucoup de difficultés exprimées par secteurs. C’est encore difficile à quantifier, mais cet effet devrait être persistant”, estime le spécialiste russe.

En plus de la hausse des coûts pour les entreprises, la guerre a eu des effets gigantesques sur la demande. Face à l’inflation, les maisons sont à la pointe de cette économie de guerre. Le pouvoir d’achat des plus modestes en souffre : alors qu’ils ont souvent une propension à consommer plus élevée, ils ont déjà freiné leurs dépenses de consommation.

“Il y a un effet immédiat de l’inflation sur le pouvoir d’achat domestique. Dans un premier temps, les ménages font des achats obligatoires. Ensuite, ils puisent dans leur épargne. Enfin, ils sont contraints de faire des choix”, résume Julien Vercueil.

Enfin, les effets de cette guerre sur la demande “sont les plus importants […] Il y aura des effets de second tour avec des conséquences sur l’offre”, prévient l’universitaire.

Un système financier en crise qui s’est adapté

L’entrée de la Russie dans la guerre a perturbé les flux financiers à l’intérieur du pays. “Le premier secteur touché est avant tout le système financier”, a-t-il déclaré. Au début de la guerre, le marché boursier de Moscou s’est rapidement effondré à un niveau record, sans se redresser complètement. La Russie ferme ses marchés financiers depuis trois semaines. Les autorités ont rapidement mis en place un contrôle des changes interdisant les retraits en devises aux particuliers.

Il est vrai que la guerre aurait pu provoquer une fuite massive de capitaux étrangers. “D’abord, les Russes ont cherché à se débarrasser de leurs roubles afin de les convertir en biens matériels, en devises étrangères ou en crypto-monnaies. Bientôt il y a eu un effondrement des marchés financiers et une forte conversion du rouble en devises. Mais les décisions prises par les autorités budgétaires et monétaires ont limité ces sorties massives tant redoutées par le Kremlin. “Le contrôle des changes a permis de limiter les chances de conversion du rouble en devises étrangères. La fuite des capitaux a commencé à diminuer”, ajoute-t-il.

La rente du pétrole et du gaz sous pression

L’économie russe bénéficie depuis de nombreuses années des revenus des énergies fossiles, qui constituent le pilier de son modèle économique. En vendant son énergie à de nombreux États européens, la puissance russe a finalement créé une forme de dépendance particulièrement difficile à gérer pour les gouvernements du Vieux Continent. Si la France est relativement sous-exposée, l’Allemagne se tient actuellement aux quatre fers pour éviter que son économie ne s’effondre, le temps de trouver d’autres sources d’énergie sur la planète.

Les perspectives de l’économie russe vont en partie “dépendre des revenus pétroliers. Soit ils se tarissent, soit ils sont préservés. Ces revenus ont représenté environ un tiers du PIB dans le passé”, rappelle Julien Vercueil. Pour ce chercheur, “s’il y a un tarissement à court terme des loyers, cela pourrait provoquer une crise systémique. L’État est obligé d’intervenir fortement dans ce scénario. Il peut y avoir une crise sociale très forte et une grande instabilité politique.” L’économie peut devenir fortement étatique et dépendante de la Chine. Tant que les revenus pétroliers resteront à ce niveau, le scénario d’un bouleversement politique est écarté », a-t-il dit. Cette guerre pourrait ainsi réorganiser les cartes de la mondialisation au détriment de l’Europe et des États-Unis.

“Pour la Russie, se tourner vers l’Asie est devenu essentiel pour sa liberté de manœuvre” (Jacques Sapir)

Des contournements possibles de sanctions

Rappelons qu’avant même l’annonce des différents paquets de paix par l’Occident au printemps, la Russie était déjà dans le viseur de l’Europe et des États-Unis, surtout depuis 2014 et l’annexion de la Crimée. Parmi tous les récents paquets annoncés, la déconnexion de certaines banques russes du système de transaction Swift, la fin des achats de pétrole et de gaz annoncée par les États-Unis et le Canada figurent parmi les principales mesures.

La dernière annonce majeure concerne l’Europe, qui a indiqué qu’elle cesserait d’importer du pétrole russe. Dans le secteur privé, “près de 600 entreprises étrangères” ont décidé de quitter le territoire en vendant ou en rapatriant des biens. Ces décisions auront un impact sur l’investissement.

Sur l’efficacité des sanctions occidentales, les avis des économistes sont relativement partagés. En effet, certains experts estiment que la Russie a déjà anticipé les effets des sanctions en préparant des stratégies évitables comme les systèmes alternatifs à Swift pour faciliter les ordres de transaction.

Ukraine : les banques russes exclues de SWIFT, épée occidentale à double tranchant contre Poutine

1 million de personnes décimées pendant la pandémie et des pertes humaines militaires encore difficiles à estimer

Juste avant la guerre, la pandémie a fait des ravages dans la population russe. Sur ce point encore, les chiffres publiés par les autorités russes sont à prendre avec précaution, selon l’économiste. “On sait peu de choses là-dessus, mais la Russie est l’un des pays les plus touchés par la surmortalité de la planète : on estime qu’1 million de personnes sont mortes du Covid sur 140 millions. C’est énorme”, a déclaré le chercheur dans son allocution. .

A cette surmortalité s’ajouteront tous les soldats morts au combat. A ce sujet, il est très difficile d’avoir des chiffres fiables vu le silence du Kremlin sur ce dossier brûlant. Ces nombreuses pertes auront inévitablement un effet dévastateur sur le moral des familles et d’une partie de la population.

Une économie déjà en perte de vitesse avant la guerre et la pandémie

La Russie a déjà connu des difficultés majeures bien avant le déclenchement des crises de ces dernières années. La part de l’économie russe dans l’économie mondiale diminue depuis près d’une décennie. Après avoir grimpé à près de 4 % avant la crise de 2008, la part du produit intérieur brut de la Russie dans le PIB a chuté de près d’un point avant la pandémie (3,1 %).

Le PIB par habitant a également diminué au cours de la dernière décennie, tandis que le pourcentage de la population russe par rapport à la population mondiale a également diminué selon les statistiques du CEPII. D’ici fin 2021, cependant, les économistes s’attendaient à une importante reprise de l’activité en Russie dans un contexte post-Kovid. La guerre a complètement bouleversé l’horizon économique d’un pays secoué par une crise depuis la fin de l’Union soviétique. Enfin, même si le poids économique de la Russie dans l’économie mondiale est relativement faible, toutes les conséquences directes et indirectes de ce conflit pourraient considérablement fragiliser le système financier mondial instable et particulièrement fragile.

Suivez la tribune

Quelle est la cause de la guerre entre la Russie et Lukraine ?

Partagez des informations économiques, recevez nos newsletters

Cette entrée en guerre est le résultat de longs mois de tension entre les deux pays, la Russie n’acceptant pas l’approche de l’Ukraine vis-à-vis des démocraties occidentales, et encore moins sa volonté d’adhérer à l’OTAN, un point inacceptable pour Vladimir Poutine qui y voit une menace pour son les gens.les frontières. .

Pourquoi la lettre Z sur les chars russes ?

Quelle est la cause de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ? Il a commencé en février 2014 à la suite de la révolution digne d’Ukraine et s’est initialement concentré sur le statut de la Crimée et de certaines parties du Donbass, qui sont internationalement reconnues comme faisant partie de l’Ukraine.

Pourquoi un V sur les chars ?

Ces lettres représenteraient les districts militaires dont sont issues les unités militaires : « Z » pour le district militaire ouest (Ð — Ð ° пР° Ð´Ð½Ñ ‹Ð¹, Zapadny), « V » pour le district militaire est (Ð ‘Ð¾Ñ Ñ‚Ð¾Ñ ‡ Ð½Ñ ‹Ð¹, Vostochny) et” O “pour le district militaire central (Ð¦ÐµÐ½Ñ‚Ñ € Ð ° л ÑŒÐ½Ñ ‹Ð¹, Tsentral’ny).

Quelle est la signification de la lettre Z ?

Dans certaines régions, les chars lancés par Vladimir Poutine sont marqués d’un “V” et d’un “Os”. « Souvent, ces symboles sont basés sur la localisation et indiquent la destination géographique de chaque unité.

Pourquoi la guerre en Ukraine 2022 ?

En effet, la lettre Z ne fait pas partie de l’alphabet cyrillique utilisé par les Russes. Certains érudits décrivent le “Z” comme signifiant “Za pobedy” ou “pour la victoire” en russe. D’autres soutiennent que le “Z” pourrait signifier “Zapad” ou “Ouest”, également en russe.

Pourquoi Poutine fait la guerre en Ukraine ?

Vladimir Poutine a pris le prétexte de protéger Donetsk et Lougansk, où l’on parle majoritairement le russe, et non l’ukrainien, pour lancer l’invasion de toute l’Ukraine le 24 février 2022.

Est-ce que l’Ukraine fait partie de la Russie ?

Vladimir Poutine a proclamé que son armée se battait en Ukraine pour défendre “la patrie” contre une “menace inacceptable”, un discours pour nourrir le patriotisme des Russes et leur soutien à ce conflit prononcé à l’occasion des célébrations du 9 mai. de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie en 1945.

Quelles sont les solutions pour éviter la guerre ?

L’Ukraine est alors désintégrée. L’ouest se situe entre les Habsbourg – une autre tuile de la mosaïque des nationalités qui compose l’Empire autrichien – le reste appartient désormais à la Russie.

  • Gérer les conflits
  • Éduquer à la prévention des conflits.
  • Développer une culture de tolérance et de négociation pour gérer les conflits.
  • Établir des consultations multilatérales pour maintenir la paix.
  • Favoriser le rapprochement entre militaires et civils.

Mener des négociations préventives.

Quelles sont les causes de la guerre ?

Quelles sont les solutions aux conflits en Afrique ? Prévention (pour l’éducation à la démocratie et l’appui institutionnel aux processus démocratiques) Gestion (pour faciliter le dialogue entre les forces en présence) Résolution (en finançant la mise en œuvre des solutions convenues) des conflits.

Quel sont les conséquences de la guerre ?

Les causes des conflits sont aussi anciennes que le monde. Ils sont aggravés par des émotions et des sentiments humains tels que la peur, la cupidité, la haine et l’ambition, combinés à des intérêts politiques, économiques, ethniques, nationalistes et religieux.

Quelle est les causes et les conséquences de la guerre ?

Cours : L’après-guerre. Introduction : La Première Guerre mondiale, dans son ampleur, a touché à la fois les hommes combattant au front, mais aussi la population civile. Pleinement mobilisés dans l’effort de guerre, les pays d’Europe se retrouvent anéantis à la suite de ce conflit.

Comment la guerre c’est arrêter ?

Lorsque nous parlons des conséquences d’une guerre, nous avons tendance à penser à la vie des disparus aussi bien qu’à celle des blessés. Mais la guerre a également de nombreux effets économiques négatifs à long terme, dont certains peuvent conduire à de futurs conflits et à une misère accrue.

Quand s’arrête une guerre ?

Le 28 juin 1919, le traité de Versailles est signé. Elle met véritablement fin à l’état de guerre, qui durera sans interruption pendant quatre ans, trois mois et onze jours.

Pourquoi la guerre est inutile ?

L’armistice de la Première Guerre mondiale a été signé il y a 100 ans. Les combats cessent sur le front occidental. Les hommes et les femmes n’ont cependant pas mis fin à la guerre qui avait longtemps tourmenté leur monde, en même temps qu’elle les transformait.

Quelles sont les conséquences positives et négatives de la mondialisation ?

Qu’elles soient défensives, offensives, civiles, pour la paix, la loi pour la liberté, toutes les guerres sont inutiles. La séquence des guerres dans l’histoire prouve qu’elles n’ont jamais pris fin, car les guerres devaient toujours recommencer.

Les principaux avantages de la mondialisation pour les consommateurs sont des prix plus bas et un choix accru. Les principaux inconvénients de la mondialisation pour les consommateurs sont la perte d’emplois liés à la mondialisation et l’inégalité des salaires.

Quelles sont les conséquences positives de la mondialisation ?

Quel est le but de la mondialisation ? La mondialisation vise à promouvoir le développement économique.

Quelles sont les conséquences de la mondialisation ?

Améliorer le niveau de vie L’une des conséquences positives les plus importantes de la mondialisation est l’amélioration considérable du niveau de vie dans les pays en développement. Selon la Banque mondiale, l’extrême pauvreté a diminué de 35 % depuis 1990.

Quels sont les avantages de la mondialisation pour l’Afrique ?

La croissance économique mondiale et la productivité industrielle, qui sont à la fois le moteur et les principales conséquences de la mondialisation, ont également des conséquences environnementales importantes : épuisement des ressources naturelles, déforestation, destruction des écosystèmes.

Quelles sont les 3 phases de la mondialisation ?

Les nouvelles technologies et Internet constituent la première zone de transmission de la mondialisation et de l’intégration en Afrique. Ils facilitent la transmission d’informations et l’échange d’idées à l’échelle mondiale. C’est le domaine du “travail sans frontières”, disent les Africains.

Quels sont les 4 facteurs de la mondialisation ?

Les étapes de la mondialisation : internationalisation, transnationalisation, globalisation.

Quelles sont les étapes historiques de la mondialisation ?

La mondialisation implique l’interaction de 4 facteurs différents, le facteur économique avec le renforcement des échanges et la libéralisation, le facteur politique avec la régulation des Etats et les accords mondiaux (commerce, traités), le facteur technique avec…

Quelles sont les conséquences négatives de la mondialisation ?

Née au lendemain de la découverte de l’Amérique dans l’essor du commerce transatlantique, la mondialisation s’accélère au cours du XIXe siècle et connaît une première phase d’apogée entre 1880 et 1914 sous l’impulsion des grandes puissances européennes, dont le rayonnement devient planétaire.

Quelles sont les principales causes de la mondialisation ?

La croissance économique mondiale et la productivité industrielle, qui sont à la fois le moteur et les principales conséquences de la mondialisation, ont également des conséquences environnementales importantes : épuisement des ressources naturelles, déforestation, destruction des écosystèmes.

Est-ce que la mondialisation est bonne ou mauvaise ?

Les principales causes de la mondialisation sont les progrès techniques (notamment dans les communications et les transports) et les décisions politiques visant à libéraliser le commerce mondial. L’internationalisation est le premier degré de la mondialisation.

Quel sont les enjeux de la guerre en Ukraine ?

L’une des conséquences positives les plus importantes de la mondialisation est l’amélioration considérable du niveau de vie dans les pays en développement. Selon la Banque mondiale, l’extrême pauvreté a diminué de 35 % depuis 1990.

DESCRIPTION – Assiégé depuis le début de la guerre, Marioupol serait passé sous contrôle russe, selon Vladimir Poutine. Si elle est prouvée, cette capture offre à l’envahisseur des avantages militaires, politiques et géostratégiques.

Quels sont les enjeux économiques de la guerre en Ukraine ?

Pourquoi l’Ukraine fait-elle la guerre au Donbass ? La présence de nombreux russophones y est notamment liée à l’envoi de travailleurs russes après la Seconde Guerre mondiale. Cet héritage industriel et linguistique a formé l’identité du Donbass, qui a maintenu des liens économiques et culturels forts avec la Russie après la chute de l’Union soviétique et l’indépendance de l’Ukraine.

Quelles sont les conséquences de la guerre en Ukraine sur l’économie française ?

Selon le FMI, l’invasion russe de l’Ukraine affectera l’économie mondiale en ralentissant la croissance et en provoquant une hausse de l’inflation. Ce conflit pèse également sur la confiance des entreprises et des investisseurs.

Quelles sont les conséquence économique de la guerre en Ukraine ?

Cette rupture est surtout marquée dans l’industrie en raison des pénuries, des prix et des sanctions contre Moscou. Malgré le contexte, il faut noter que nous restons au-dessus de la moyenne de long terme et que l’économie est dans une phase de ralentissement et non de récession.

Quels sont les enjeux du conflit entre l’Ukraine et la Russie Hggsp ?

Les conséquences économiques de la guerre en Ukraine Hausse des prix de l’énergie et des matières premières, ralentissement de la croissance économique et turbulences sur les marchés financiers mondiaux : telles sont les principales conséquences économiques de l’invasion russe de l’Ukraine.

Quels sont les enjeux du conflit entre Ukraine et Russie ?

[Estimation] Bref, le conflit entre l’Ukraine et la Russie repose sur deux enjeux importants : pour l’Ukraine, c’est une question de survie face à son puissant voisin russe ; pour les pays occidentaux, il est essentiel de contenir les ambitions de la Russie en Europe.

Quelles sont les raisons du conflit entre la Russie et l’Ukraine ?

Guerre en Ukraine : quels enjeux économiques, énergétiques et géopolitiques ? Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les sanctions pleuvent sur Vladimir Poutine et ses proches. Il s’agit le plus souvent de sanctions économiques. Mais ces sanctions ont des conséquences sur le quotidien des Européens.

Quelles sont les causes et les conséquences de la guerre ?

La promesse bafouée de l’Otan Piétinement de la sécurité et de la défense collective en Europe, l’Alliance atlantique et son élargissement progressif ont toujours été perçus comme une menace par la Russie. Pour Vladimir Poutine, l’Ukraine et la Géorgie ne devraient jamais rejoindre l’OTAN.

Lorsque nous parlons des conséquences d’une guerre, nous avons tendance à penser à la vie des disparus aussi bien qu’à celle des blessés. Mais la guerre a également de nombreux effets économiques négatifs à long terme, dont certains peuvent conduire à de futurs conflits et à une misère accrue.

Quelles en sont les causes de la guerre ?

Quelles sont les conséquences de la guerre ? Cours : L’après-guerre. Introduction : La Première Guerre mondiale, dans son ampleur, a touché à la fois les hommes combattant au front, mais aussi la population civile. Pleinement mobilisés dans l’effort de guerre, les pays d’Europe se retrouvent anéantis à la suite de ce conflit.

Pourquoi les gens font la guerre ?

Les causes des conflits sont aussi anciennes que le monde. Ils sont aggravés par des émotions et des sentiments humains tels que la peur, la cupidité, la haine et l’ambition, combinés à des intérêts politiques, économiques, ethniques, nationalistes et religieux.

Quelles sont les causes de la guerre de 14 ?

La guerre est souvent un moyen de réunir une communauté contre un ennemi commun, de justifier le respect d’une discipline forte, voire d’acquérir ou de conserver un pouvoir charismatique.