Elle ne bouleversera sans doute pas l’avenir de la planète, mais la voiture électrique est au moins censée améliorer la qualité de l’air, là où elle est utilisée. C’est vrai pour les polluants d’échappement, mais en termes de particules fines, il en émettrait presque autant qu’un diesel ou une essence. Explications.

Ne rêvons pas, la voiture électrique a un impact sur l’environnement comme tout objet fabriqué industriellement. Mais de plus en plus d’études montrent qu’au-delà d’un certain kilométrage, les émissions de CO2 dégagées pour produire la chère batterie sont amorties, la voiture électrique devenant ainsi plus vertueuse qu’une thermique qui continue à brûler des carburants fossiles toute sa vie. Évidemment, cela ne s’applique que si la recharge se fait avec un mix énergétique bas CO2 (renouvelable, nucléaire). En revanche, force est de constater que la voiture électrique présente l’avantage de réduire la pollution au niveau local, là où elle est utilisée. Cependant, les émissions de polluants (oxydes d’azote, monoxyde de carbone, etc.) et les aérosols tels que les particules fines doivent être clairement séparés. Sur ces polluants indéniablement nocifs pour la santé, il semblerait que l’électrique n’ait quasiment aucun avantage sur un diesel ou une essence.

La faute aux pneus, surtout

La faute aux pneus, surtout

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) dévoile en avril une étude sur les émissions des véhicules routiers. A voir aussi : Biocarburant : un record mondial d’autonomie pour une voiture à hydrogène. Et rappelle une chose qu’on a tendance à oublier : « alors que les émissions de particules à l’échappement ont baissé de manière très significative avec la généralisation des filtres à particules, celles hors échappement issues de l’abrasion des freins, des pneus et des trottoirs deviennent prédominantes et représentent en France 59% ». de PM10 et PM2,5″.

Malgré l’absence de combustion dans le moteur, la voiture électrique serait donc tout aussi nocive si l’on ne tenait compte que de ces deux types de particules fines. Comment est-ce possible ? Premièrement, la part de plus en plus faible des gaz d’échappement dans les émissions totales de particules PM10 et PM2,5. Cela réduit l’écart entre le thermique et l’électrique. Ensuite, les données de l’Ademe montrent que si l’électrique s’illustre avec des particules issues du freinage beaucoup moins importantes (grâce au freinage récupératif du moteur électrique), elles sont en revanche légèrement plus émettrices à cause de leurs pneumatiques.

« Leur masse étant supérieure à leur équivalent thermique et cela est d’autant plus vrai que l’autonomie du véhicule électrique est importante, cela impacte la largeur des pneumatiques et donc augmente les émissions de pneumatiques/particules de la route (61 et 47% des PHE PM10) et ceux remis en suspension (36 et 28% des PHE PM10). Il n’y a donc pas de différence significative d’émissions totales de particules entre les véhicules électriques longue distance et les nouveaux véhicules thermiques actuels qui n’émettent quasiment plus de particules à l’échappement « , précise l’étude. Ce n’est évidemment pas valable pour des voitures comme la BMW i3 avec des pneus très fins, mais ils sont très rares.

L’Ademe n’invente rien en proposant des solutions simples de bon sens, mais toujours difficiles à appliquer. Et notamment la réduction du poids des véhicules, notamment électriques, qui permettra d’avoir des monte-pneus plus étroits. L’avantage serait double : moins de particules émises du fait de l’usure des pneumatiques et moins de particules remises en suspension au passage du véhicule. D’autres pistes sont à explorer, comme la réduction de la vitesse ou la réduction des déplacements individuels, mais elles affectent alors directement notre mobilité et la place acquise par la voiture dans nos sociétés.

Publié le 28/04/2022 Mis à jour le 04/05/2022

Les futurs e-3008, e-308 e-c3 et e-DS4 devraient apparaître en 2022. Tous ces modèles sont équipés d’un moteur électrique de 110 à 136ch. Renault propose actuellement sa voiture restylée Renault Zoé en premier prix, qui devrait disparaître d’ici 2024.

Voitures électriques à 100 euros par mois : le dispositif ne s'adressera pas "à tous les Français"
Voir l’article :
Le système de location devrait permettre à la plupart des foyers d’utiliser…

Quelle est la durée de vie d’une voiture électrique ?

La durée de vie d’un moteur de voiture électrique moderne est estimée à plusieurs millions de kilomètres(2). Pour une utilisation moyenne (30 à 40 km par jour, soit 20 000 km par an), le moteur pourrait donc fonctionner parfaitement pendant plus de 50 ans ! Lire aussi : Biocarburant : un record mondial indépendant pour le véhicule à hydrogène.

Combien coûte une batterie pour une voiture électrique ? Quels sont les prix d’achat des batteries électriques ? En moyenne, le prix du kwh est estimé à 140 euros, ce qui signifie qu’une batterie de 52 kwh comme la voiture Renault Zoe coûte environ 8 100 euros.

Est-ce une bonne idée d’acheter une voiture électrique ?

Selon une étude menée par l’UFC-Que Choisir, l’achat d’un véhicule électrique est le choix le plus rentable depuis 2020. Pour arriver à cette conclusion, plusieurs points ont été comparés, à savoir le prix prix d’achat, prix de revente, énergie, entretien et Assurance.

Quelle est la durée de vie moyenne d’une voiture électrique ?

Sachez que son état ne dépend pas du kilométrage mais du nombre de cycles de charge et décharge. Vous pouvez compter entre 1000 et 1500 recharges avant de voir l’autonomie totale fondre. Avec une moyenne comprise entre 15 000 et 30 000 km par an, votre batterie pourra tenir une dizaine d’années.

Quel est le kilométrage maximum pour une voiture électrique ?

L’autonomie moyenne des voitures électriques actuellement sur le marché est de 150 à 600 km en cycle WLTP, soit environ 100 à 500 kilomètres réels, ce qui permet de faire face à de nombreux trajets quotidiens même si effectuer de longs trajets reste encore problématique pour les petites puissances. des modèles…

A voir aussi :
Le constructeur automobile sud-coréen avait prévu de commencer la production et les…

Quelle est la meilleur voiture électrique en 2021 ?

MAQUETTEPART DE MARCHÉ
1TESLA MODÈLE 315,37 %
2RENAULT ZOE14,54 %
3PEUGEOT-E-20811,02 %
4DACIA RESSORT7,02 %

Quelle voiture électrique a la plus longue autonomie en 2021 ? L’imbattable Tesla Model S Plaid Un record tout aussi époustouflant que son catalogue à 149 000 €. La deuxième marche du podium est occupée par la Tesla Model X « longue autonomie », loin derrière avec 580 km d’autonomie. Jaguar complète le classement avec son i-Pace, qui offre jusqu’à 470 km d’autonomie.

Quelle est la meilleure voiture électrique en ce moment ?

Si vous souhaitez découvrir l’ensemble du secteur, nous vous conseillons la lecture de notre guide dédié.

  • Tesla Model Y Le SUV de référence.
  • MG ZS EV (2021) Le VUS puissant et abordable.
  • Hyundai Kona électrique L’alternative à Tesla.
  • Renault ZOE La citadine par excellence.
  • Peugeot e-208 La version GT de la citadine.

Quelle est la voiture électrique la plus fiable du marché ?

La Tesla Model 3 est une berline américaine. Elle est même devenue l’une des voitures les plus importantes du 21e siècle. C’est la voiture sur laquelle nous avons le plus de recul et où la fiabilité des ensembles batterie/moteur est la plus éprouvée.

Quelles sont les meilleures voitures électriques en 2022 ?

Top 10 des véhicules électriques 2022 avec la meilleure autonomie, et le reste

  • Hyundai Ioniq 5 2022 Photo : Hyundai.
  • Tesla Model S 2021 Photo : Tesla.
  • Tesla Modèle X Photo : Tesla.
  • Performances de la Tesla Model 3 2018 | Photo : Matt St-Pierre.
  • Tesla modèle Y 2020 | Photo : Tesla.
  • Ford Mustang Mach-E 2021. …
  • Hyundai IONIQ 5 | Photo : Hyundai.

Quelle est la meilleure voiture électrique du moment ? Le Tesla Model Y est probablement le meilleur SUV électrique du moment et aussi l’un des modèles les plus « raisonnables » chez Tesla d’un point de vue prix. Comptez entre 58 000 euros et 78 000 euros selon les versions.

Quel véhicule choisir pour 2022 ?

Composé de journalistes sélectionnés de toute l’Europe, ce jury devra départager les sept finalistes de la sélection 2022 : La Peugeot 308, la Skoda Enyaq iV, la Cupra Born, la Hyundai Ioniq 5, la Kia EV6, la Renault Mégane E -Tech et la Ford Mustang Mach-E.

Quel est le coût pour recharger voiture électrique au Québec ?

Coût du plein d’électricité Au Québec, recharger son véhicule coûte entre 200 et 300 dollars par année pour parcourir 20 000 km. Les coûts énergétiques d’un véhicule électrique sont environ huit fois inférieurs à ceux d’un véhicule à essence, calculant le coût d’un litre d’essence à 1,35 $.

Quel est le prix du kilowattheure pour recharger une voiture ? Voici une estimation moyenne des tarifs de recharge : Pour un véhicule électrique dont la consommation est de 12 kWh/100 km, le coût de la recharge pour 100 km en heure pleine varie entre 1,75 euro et 2,30 euros, et entre 1,40 euro et 1,50 euro en heures creuses .

Est-ce que les bornes de recharges sont gratuites ?

La majorité des bornes de recharge pour voitures électriques accessibles au public sont situées dans des parkings publics. Ces derniers réservent très souvent des places aux véhicules électriques, proposent la recharge gratuite, mais payant le stationnement.

Quel est le coût moyen pour recharger voiture électrique ?

Globalement, le prix au kilomètre d’une voiture électrique rechargée à domicile est environ trois à quatre fois inférieur à celui d’un véhicule thermique, selon les temps de recharge. Ainsi, le coût de recharge d’une voiture électrique avec une capacité de batterie de 50 kWh est compris entre 8 et 11 €.