Publié le 15 septembre 2022 à 7 h 20 Mis à jour le 15 septembre 2022 à 9 h 01

« Construire l’Amérique, acheter l’Amérique » – Fabriquer et construire en Amérique. Depuis novembre dernier et l’élection de Joe Biden aux Etats-Unis, trois lois décisives ont été votées pour l’industrie du véhicule électrique, dont le fil rouge est la délocalisation des activités du secteur. Le président Joe Biden, qui aime se présenter comme un « gars de la voiture« , est venu vendre ce disque mercredi au Salon de l’auto de Detroit, promettant des « emplois syndiqués bien rémunérés » grâce à ces efforts législatifs.

Près de 85 milliards de dollars ont déjà été investis dans la fabrication locale de véhicules électriques, de batteries et de chargeurs depuis que l’administration Biden a pris le contrôle. Dans un communiqué, la Maison Blanche note une accélération depuis le début de l’année (13 milliards), et recense 24 milliards annoncés dans les batteries, « plus de 28 fois l’investissement en 2020 » – certainement l’année du Covid.

Crédits d’impôts

La base de cette stratégie est la loi sur la réduction de l’inflation, votée fin août. Elle relance et prolonge les crédits d’impôt pour l’achat d’un véhicule électrique, qui avaient expiré fin 2021. Lire aussi : Hydrogène en poudre. Des scientifiques annoncent une découverte révolutionnaire. L’offre est désormais valable dix ans. Le montant maximal demeure à 7 500 $ par voiture, et le plafond de 200 000 immatriculations subventionnées par constructeur s’est évaporé.

De plus, un crédit d’impôt spécifique a été créé pour les flottes commerciales, un autre pour l’achat de voitures électriques d’occasion, et le crédit d’impôt pour l’installation d’une borne de recharge électrique résidentielle a été reconduit pour dix ans.

Cette générosité a des contreparties, qui n’existaient pas dans l’ancienne formule. Les personnes gagnant plus de 150 000 $ n’ont plus accès au crédit. Le véhicule ne doit pas dépasser 55 000 $ (80 000 $ pour un VUS, une fourgonnette ou une camionnette). L’objectif n’est donc pas de subventionner Tesla et ses modèles haut de gamme, mais de faire en sorte qu’un maximum de personnes roulent à l’électricité pour atteindre l’objectif présidentiel de 50% en 2030.

Le message à faire passer est avant tout celui du « made in America ». Seuls les véhicules dont les composants de batterie n’ont pas été fabriqués ou assemblés par des « entités étrangères problématiques » seront éligibles à la subvention. Par conséquent, ils doivent être produits aux États-Unis ou dans un pays sous un accord commercial. Les constructeurs devraient pouvoir s’approvisionner en lithium, mais pourraient manquer de nickel en raison de la part de marché combinée de la Chine, de l’Indonésie et de la Russie, selon Bank of America – ce qui pourrait à son tour réduire le pouvoir d’achat de l’impact

Toyota prouve par l'exemple que l'hydrogène peut être transporté
A voir aussi :
Quelle est la meilleure voiture hydrogène ? Toyota Mirai D’un design similaire…

500.000 stations de rechargement sur les autoroutes

Si la mesure inquiète les constructeurs européens, leurs homologues coréens et japonais devraient tirer leur épingle du jeu. LG a annoncé avec Honda un investissement de 4,4 milliards dans l’électricité aux États-Unis. Toyota réinjecte 2,5 milliards dans son usine de Caroline du Nord à Greensboro. A voir aussi : Voiture électrique ou hybride rechargeable après le diesel ?. Et Samsung prévoit des investissements encore plus importants dans l’électronique, à la suite de la loi bipartite sur les semi-conducteurs. Egalement voté en août, prévoit de dépenser 52 milliards pour soutenir la production de puces aux Etats-Unis.

Selon Goldman Sachs, les Américains Tesla et General Motors semblent également « bien positionnés », malgré le coût élevé des voitures Tesla, « grâce à leur localisation et leur capacité à assembler sur place et aussi à supprimer du prix du prix ». véhicules. », qui étaient presque arrivés. Idem pour Toyota.

De plus, l’ensemble de la filière électrique bénéficiera d’un autre texte voté en novembre, s’est félicité mardi Joe Biden lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche. « Grâce à la loi sur l’infrastructure, nous allons avoir 500 000 bornes de recharge électriques sur nos autoroutes, mises en place par IBEW [le premier syndicat électrique du pays]. Et elles seront toutes fabriquées en Amérique », a-t-il déclaré.

En effet, les tests de mise en œuvre en préparation prévoient que les chargeurs doivent être produits aux États-Unis pour bénéficier du financement fédéral, et ce, à partir de 2023. Dès 2024, ils doivent également être fabriqués avec plus de 55 % de composants locaux.

Voiture électrique : recharger à plus de 80 % peut être contre-productif
A voir aussi :
Les habitudes ont la vie dure : certains électromobilistes cherchent encore à…

Quel pays à inventé la voiture ?

En 1886, l’Allemand Karl Benz équipa un tricycle d’un moteur à combustion interne fonctionnant au mazout. Ce tricycle, qui possède une boîte de vitesses, atteint 15 km/h et est considéré comme la première automobile.

Où est née l’automobile ? En 1872, Amédée Bollée, cloche fondatrice du Mans, construit une voiture à vapeur, appelée « L’Obéissante », capable de transporter 12 passagers. En 1875, l’Obéissante relie Le Mans à Paris, soit 230 km en 18 heures. En 1879, une nouvelle voiture à vapeur surnommée La « Marie-Anne » tracte 100 tonnes à 10 km/h.

Quel pays a fabriqué la voiture ?

#paysL’année bissextile
monde2017
1Chine2017
2États-Unis1999
3Japon1990

Quelle a été la première marque de voiture au monde ?

Fondée en 1803, l’entreprise est née à l’initiative de Jean-Frédéric et Jean-Pierre Peugeot. Peugeot est la première marque automobile, et donc la plus ancienne de toutes.

Qui a construit les voitures ?

Quelle est la première voiture au monde ? Carl Benz partage, avec l’Allemand Gottlieb Daimler, la paternité de la construction en 1885 de la première voiture, un véhicule à trois roues équipé d’un moteur à combustion interne.

Qui vend le plus de voiture électrique au monde ?

Tesla et Volkswagen ont dévoilé leurs chiffres de ventes de début 2022. Tesla reste devant Volkswagen et dépasse même le groupe allemand.

Qui vend le plus de voitures électriques en France ? Renault domine le classement Si l’on prend le cumul des ventes depuis le début de l’année en France, c’est pourtant la Peugeot e-208 qui domine les débats avec 11 091 ventes. Elle commercialise également la voiture électrique la moins chère du marché, la Dacia Spring (9 864).

Quel est le pourcentage de voiture électrique dans le monde ?

Près de 3 millions de véhicules 100 % électriques ont été vendus dans le monde de janvier à mai 2022, contre 1,7 million sur la même période en 2021 (soit une augmentation d’environ 80 %).

Qui est le principal fabricant de véhicules électriques ?

Tesla est toujours le premier constructeur de voitures électriques au monde.

Quel est la voiture électrique la plus vendu au monde ?

En effet, avec pas moins de 45 165 exemplaires écoulés sur le Vieux Continent depuis le début de l’année, c’est la Tesla Model Y qui arrive sur la plus haute marche du podium. Le SUV électrique devance alors légèrement son frère, vendu à 40 179 unités sur la même période.

Pourquoi la voiture électrique n’a pas d’avenir ?

Manque de puissance La voiture électrique ne consomme pas beaucoup d’énergie, mais elle a besoin de puissance pendant la charge. Il est donc nécessaire d’avoir suffisamment de centrales électriques à charger. En effet, lorsqu’une voiture tombe en panne sèche, il faut faire le plein à la pompe, pas attendre.

Pourquoi être contre les voitures électriques ? Selon les « anti-électriques », les véhicules électriques émettent autant de gaz à effet de serre que les voitures thermiques car l’électricité produite pour leur fabrication et leur recharge provient des usines à charbon, les plus polluantes au monde.

Quel est le futur de la voiture électrique ?

Actuellement appelé Vision E, le concept-car sera l’une des cinq nouvelles voitures électriques de Skoda à être sur la route d’ici 2025. Il est basé sur les mêmes principes que la Volkswagen ID Cross et l’Audi e-tron Sportback. Il est donc susceptible d’avoir une autonomie de 500 km.

Quel est le problème des voitures électriques ?

Peu de problèmes propres aux véhicules électriques Au vu de l’analyse qui a été faite, la batterie 12V était la principale source de panne en 2020 sur les voitures électriques. 54% des pannes de ces voitures sont dues à cet élément contre 46,3% pour les modèles essence ou diesel.

Sources :