FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Énergie

Vivre sans emballages

Vivre sans emballages

Verre, papier, aluminium… Les 70 millions de tonnes d’emballages ménagers produits dans le monde chaque année prennent différentes formes. Et parmi eux, les plastiques font mouche. Saviez-vous qu’ils représentent à eux seuls 10 % de nos déchets ? 99 % d’entre eux sont par ailleurs fabriqués à base de pétrole, et mettent ainsi des centaines d’années à se dégrader dans la nature… Les déchets forment même ce que l’on appelle communément le “7ème continent”, un amas de déchets équivalent à sept fois l’Allemagne. Pour enrayer cette machine infernale, entreprises, chercheurs et designers se mobilisent pour trouver des solutions. Thierry Ferreira, généticien à l’Université de Poitiers a mis au point avec son équipe un tout nouveau type de plastique : le bio-plastique. Pour cela, ils ont intégré des enzymes responsables de la détérioration naturelle directement dans le plastique. Résultat : après quelques semaines passées dans un bac à composte il ne reste plus rien de vos emballages. captures ecrans em1 17 001 1 1 Il existe d’autres initiatives pour lutter contre la surconsommation d’emballages et celle-ci pourrait bien vous impressionner. Le jeune designer Aaron Mickelson a retourné le problème dans tous les sens et a créé cinq emballages intégrés directement au produit. Ces protections sont solubles, elles disparaissent donc au contact de l’eau.  Mais le but d’Aaron va bien au-delà des besoins écologiques, comme il l’expliquait au magazine WIRED : “L’objectif de The Disappearing Packaging est d’élargir le débat sur les emballages durables”. Le jeune homme espère ainsi démontrer qu’un conditionnement peut être esthétique et utile. D’autres vont encore plus loin dans la lutte contre les emballages. C’est le cas du mouvement européen “Unpackaged” : de Lyon à Berlin en passant par Londres, il propose une véritable remise en question de nos habitudes de consommation. Ses boutiques d’un nouveau genre vendent les produits en vrac afin de limiter la pollution. Pour y faire vos courses il faudra donc vous munir de vos propres contenants : une bouteille en verre pour votre huile d’olive, un sachet en papier pour votre riz ou un vieux flacon pour votre shampoing.

Par Michel Pari-Bonfils

voir le reportage diffusé dans Futuremag

Related posts

Les innovations, au secours des eaux polluées

admin
2 mois ago

Des maisons imprimées en 3D

admin
2 mois ago

C’est Déjà Demain – 13

admin
2 mois ago
Quitter la version mobile