La question des sanctions imposées à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine le 24 février a fait couler beaucoup d’encre. Ces sanctions n’ont pas été bien pensées et mal appliquées. Ils provoqueront une grave crise énergétique dans les pays de l’UE.

En effet, compte tenu de la dépendance de certains pays de l’UE vis-à-vis de la Russie sur les questions énergétiques, entrer dans une impasse avec le dernier pays sur cette question est une stratégie globalement perdante. De plus, plus généralement, l’efficacité des sanctions économiques pour forcer un pays à arrêter la guerre contre un autre a toujours été très faible. Même sans vouloir remonter à la période 1920-1939, avec le cas de la guerre du Chaco (Bolivie-Paraguay)[1] ou de l’invasion italienne de l’Abyssinie (Éthiopie) en 1935[2], les statistiques ne soutiennent pas. peine.

La stratégie des dirigeants des pays de l’Union européenne, mais aussi des dirigeants de l’Union européenne tels que Mme. Von der Layen, semble sans fondement et dangereux. Malheureusement, la population des pays de l’UE en paiera très probablement le prix.

1. L’ampleur de la dépendance énergétique de l’UE face à la Russie

1. L’ampleur de la dépendance énergétique de l’UE face à la Russie

Pour mesurer l’ampleur de la crise d’approvisionnement énergétique des pays européens, au sens de l’UE-27, il faut commencer par mesurer leur dépendance aux importations russes. Lire aussi : L’énergie fatale, un concept renouvelé.

Tableau 1:

Importations énergétiques de l’UE en provenance de Russie en milliards d’euros

On constate donc que la dépendance vis-à-vis de la Russie est très variable selon les produits. Très élevé pour le gaz naturel, faible pour le gaz naturel liquéfié ou le pétrole obtenu à partir de condensat, et modéré pour le pétrole brut, le charbon, la tourbe et le coke.

Le deuxième point à examiner est la capacité des pays de l’UE à remplacer les importations en provenance de Russie par d’autres importations. Des problèmes se posent clairement pour le gaz naturel importé par gazoducs. La seule substitution vient du GNL. Cependant, les importations de GNL, hors Russie, se sont élevées en moyenne à 11,3 milliards d’euros pour 2017-2019, tandis que pour le gaz russe, elles étaient de 26,4 milliards d’euros.

Converti en quantités, sachant qu’un mètre cube de GNL vaut environ 30% de plus qu’un mètre cube de gaz « gaz », l’UE importe, en volume, trois fois plus de « gaz » russe que de GNL hors importations depuis la Russie. De plus, il existe très peu d’installations de regazéification (20 au total, dont 4 en France et aucune en Allemagne), remplacer complètement le gaz russe par du GNL impliquerait de construire trois fois plus d’installations existantes. Ce n’est pas possible à court terme et prendra, si c’est fait, entre 3 et 5 ans. Il faut ajouter qu’il faut non seulement construire des installations de regazéification, mais aussi une flotte de méthaniers complexe et coûteuse. En bref, en matière de gaz, il existe une réelle dépendance de l’UE vis-à-vis du gaz russe.

Capacité nominale, situation et évolution des livraisons par les gazoducs russes

Source : Institute for Economic Forecasting – Russian Academy of Sciences, (INP-RAN) Moscou (communication au Séminaire franco-russe 27-29 juin 2022)

Force est de constater que si l’on ne se dirige pas aujourd’hui vers un arrêt complet des exportations de gaz par la Russie, la mauvaise prévision affichée par les confrères de l’INP-RAN fin juin n’est plus envisageable.

Pour le pétrole, la dépendance apparaît moindre (30,3 %) et le pétrole semble plus facile à remplacer. Mais, d’une part, le « pétrole » en tant que produit générique n’existe pas. Nous avons du brut « léger » et du brut « lourd ». Le second intéresse la pétrochimie tandis que le premier est utilisé comme carburant. Or, les pays qui peuvent augmenter leur production, les pays du Golfe ou le Venezuela, produisent majoritairement du pétrole « lourd ». De plus, ces pays ne sont pas avérés vouloir vraiment augmenter leur production. Pour l’instant, les observateurs du marché pétrolier sont au moins sceptiques quant à la volonté du groupe dit OPEP+ d’augmenter significativement la production[3].

Enfin, nous avons le charbon. Cependant, plus de 30 % du charbon (et du coke) sont importés de Russie. Là aussi on peut penser que la substitution de source serait aisée. Mais les mines aux États-Unis, en Pologne et en Australie fonctionnent déjà à pleine capacité. Les importations de charbon des États-Unis équivalent à 38 % des importations de Russie et d’Australie jusqu’à 30 %. Il montre l’ampleur de l’augmentation nécessaire de la production, et il ne tient pas compte de l’affrètement de nouveaux navires. Bref, augmenter la production pour remplacer un producteur de la taille de la Russie prendra aussi du temps, entre 18 mois et 2 ans, et coûtera cher.

Il faut donc rappeler que ces produits énergétiques sont aussi des matières premières industrielles. C’est le cas du gaz naturel, très consommateur chimiquement, du pétrole mais aussi du charbon nécessaire à la sidérurgie. Par conséquent, la question de la dépendance des pays de l’UE doit être envisagée non seulement du point de vue énergétique, bien que ce soit un problème évident, mais aussi du point de vue de l’approvisionnement industriel. On parle beaucoup d’un éventuel black-out pour l’hiver 2022-2023, mais on a tendance à oublier l’impact sur l’industrie.

Energie importée : 11 pays les plus exposés

Après cela, la question des pays les plus ouverts devient complexe. Le FMI s’est également penché sur cette question[4].

Si l’on prend le volume d’énergie importé comme indicateur et mesure de l’économie du pays, force est de constater que les pays les plus exposés sont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la France. On voit alors que ce niveau d’exposition est aussi un facteur source d’énergie. L’Allemagne est clairement la plus exposée tant en termes de volume d’énergie importée que de type d’énergie. Pour la France, les questions se posent surtout pour le fioul, et moins pour l’électricité. Pour l’Italie, le problème semble presque le même que pour la France, mais il y a aussi une dépendance particulière au gaz.

Si l’on regarde maintenant l’exposition par habitant (tableau 2), on se rend compte que 3 petits pays (Belgique, Autriche et Pays-Bas) étaient fortement exposés. En fait, l’exposition ne devrait pas seulement considérer l’énergie mais, comme je l’ai dit, l’utilisation de l’industrie pétrolière et gazière. Très clairement, ce sont l’Allemagne et l’Italie qui sont les plus menacées.

Des robots chirurgiens
Ceci pourrez vous intéresser :
EMISSION #5 Nous partons à la rencontre de Bertin Nahum. Après ses…

2. Existe-t-il une alternative à la dépendance vis-à-vis de la Russie ?

Dans l’ensemble, nous voyons que cette crise énergétique, qui a été causée à l’origine par les sanctions de l’UE contre la Russie avant que la Russie ne décide d’utiliser son approvisionnement énergétique, est une crise mondiale. Cela affecte non seulement la production d’électricité et de chaleur, mais aussi la production industrielle en raison de l’utilisation du gaz et du pétrole comme matières premières industrielles. A voir aussi : L’impression 3D en Afrique, petite ou grande révolution ?. Elle affectera donc tous les pays hautement industriels dotés de grandes industries chimiques et métallurgiques.

Il existe bien sûr des alternatives crédibles à long terme au gaz russe. De l’importation de GNL de divers producteurs à la substitution partielle du gaz par l’énergie nucléaire. Mais ces alternatives ne font que souligner l’incohérence des politiques de l’UE : cette dernière entend atteindre des résultats à court terme (une fin « immédiate » de l’intervention russe) alors que la capacité de l’UE à émettre des produits énergétiques russes ne sera fixée qu’à long terme. disposition. En fait, il semble que les calculs effectués dans différents gouvernements fin février soient que les sanctions vont bientôt peser sur l’économie russe. Ce calcul est faux. Que la Russie utilise des armes à énergie face aux sanctions imposées par les pays de l’UE est clair. L’erreur stratégique ici est très grande et grande.

Dans 5 à 10 ans, en revanche, il n’y a pratiquement plus d’obstacles techniques aux stratégies de substitution énergétique, à l’exception d’un seul : le coût. En effet, le prix du m3 de GNL est entre 30% et 50% supérieur au prix du gaz issu des gazoducs. Si l’UE maintient une économie fortement dépendante du gaz pendant les vingt prochaines années – ce qui est probable – et si elle remplace le gaz russe (mais aussi le gaz néerlandais qui s’épuise rapidement) par du GNL, elle devra faire face à une augmentation globale de la consommation de gaz des coûts qui ne devraient pas être évités, moins de 25 %, voire plus.

Cette augmentation aura un impact significatif sur la compétitivité des industries européennes, principalement parce que non seulement les prix du gaz vont augmenter mais aussi les prix du pétrole et leurs dérivés. En effet, la Russie fournira des hydrocarbures à un prix non négligeable aux pays qu’elle considère comme « amis », c’est-à-dire la Chine et l’Inde.

C’est déjà Demain - 36 : 3 start-ups au service de la cybersécurité
Ceci pourrez vous intéresser :
LIMA, la start-up créée par Séverin Marcombes et Gawen Arab, ambitionne de…

3. La crise énergétique qui vient

C’est ce qui a permis de comprendre la logique du choix du gaz russe dans un premier temps, et notamment dans des pays comme l’Allemagne ou l’Italie. Les dirigeants savent très bien qu’ils construisent une dépendance vis-à-vis de la Russie en basant leur système énergétique sur les gazoducs russes. Mais, ils font ce choix pour se procurer une énergie bon marché afin de favoriser la compétitivité internationale de leur économie. Dès lors, l’incohérence ne réside pas dans ce choix, mais dans le fait qu’il n’établit pas de relations amicales stables avec la Russie et ne résout pas les conflits potentiels avec ce pays, que ce soit entre l’UE et les pays de l’ex-Union soviétique ou qu’il s’agisse de l’élargissement de l’OTAN. Les erreurs stratégiques étaient plus recherchées dans la politique de l’UE vis-à-vis de l’Ukraine fin 2010. Entrer en conflit avec la Russie sur la question ukrainienne n’avait aucun sens. Le soutien apporté par l’UE et certains pays de cette organisation au mouvement dit « Maidan » est une erreur tragique.

Par conséquent, il est probable que la situation continuera de se détériorer entre l’UE et la Russie et que les exportations russes de produits énergétiques continueront de baisser. Mais, est-ce supportable ? L’hypothèse « défavorable » retenue par les collègues de l’INP-RAN pour le gaz, et que j’évoque dans le tableau 2, serait désastreuse pour certains pays, et notamment pour l’Allemagne et l’Italie. Et le gaz n’est pas le seul coupable. Le pétrole, les produits pétroliers – comme le diesel, qui est nécessaire pour le transport terrestre et le chauffage – sont concernés. Au-delà de la contestation de l’unité et de l’adhésion aux règles communes de l’Union européenne, il faut se rendre à l’évidence.

Même avec la socialisation des différentes réserves d’énergie entre les pays de l’UE, il faut savoir dès le début de l’hiver quels consommateurs ou producteurs subiront le choc des restrictions d’approvisionnement énergétique. immédiatement remplacé. Si nous décidons d’aider l’industrie, c’est-à-dire les producteurs, les coupes affecteront sévèrement la population et risquent de provoquer un mouvement social fort. Si on décide d’aider les consommateurs, certaines succursales ne pourront pas fonctionner, sauf à basse vitesse, l’hiver prochain. Cela aura des conséquences économiques importantes, conduira à une baisse de la production et, en retour, à une baisse des salaires, qui ne sera pas bien supportée par certaines parties de la population, surtout en période d’inflation. Naturellement, l’État pourra venir en aide aux plus démunis, ce que le FMI a recommandé[5]. Car, un arrêt – ou quasi-arrêt – des livraisons par la Russie pourrait, selon une étude du FMI, coûter 7 % de la consommation des ménages[6], et cela a été obtenu dans le cadre d’un scénario de prix datant de mai dernier[7], qui pourrait être trop optimiste….

Dans l’ensemble, l’impact économique de l’interruption des livraisons de gaz, de pétrole et d’autres produits pétroliers à la Russie, ainsi que de charbon, sera considérable.

Le FMI vient de publier une étude sur la dépendance des pays de l’UE au gaz russe. Cette révision est limitée car elle est basée sur 2020 et prend UNIQUEMENT en compte l’énergie (et non l’utilisation du gaz industriel)[8]. Cependant, cette étude montre quels pays sont les plus dépendants et souligne que la vulnérabilité maximale se situe à l’est de la ligne Danemark/Allemagne/Autriche/Italie. Le calcul de l’impact sur le PIB est effectué avec deux hypothèses : parfaite solidarité entre les pays de l’UE et fragmentation des marchés de l’énergie. On constate que dans cette hypothèse la baisse du PIB pourrait atteindre -5% pour l’Italie, -2,8% pour l’Allemagne, -2,5% pour l’Autriche et -1,3% pour la France.

Ces chiffres sont en fait assez « optimistes » et ne reflètent peut-être pas l’ampleur des dommages infligés à l’économie de l’UE par la perturbation des approvisionnements énergétiques en provenance de Russie. Ils excluent l’effet de « second tour » causé par la baisse de la croissance chez les voisins (si le PIB de votre voisin avec qui vous commercez baisse, votre PIB baissera également) et ignorent l’utilisation industrielle (hors énergie) du gaz. Cependant, gardez à l’esprit que le gaz n’est pas seulement une source d’énergie, c’est aussi une matière première industrielle importante pour la production de produits chimiques et d’engrais. Une étude montre qu’il représente au moins 25% de son utilisation. En cas d’arrêt des livraisons ou de « forte baisse », l’impact sur le PIB pourrait être bien plus fort que les estimations du FMI. L’Allemagne pourrait alors connaître une baisse de -3% à -4% de son PIB.

4. L’erreur de stratégie concernant les sanctions comme instrument pour « dissuader » la Russie de poursuivre la guerre

Il est donc clair que tous les pays de l’UE sont actuellement menacés d’une grave récession à l’horizon de l’hiver 2022-2023, une récession qui pourrait durer jusqu’en 2023 et sans doute déborder au-delà.

Les sanctions prises par l’UE, souvent plus sévères que celles prises par les États-Unis, ont échoué pour une raison simple : l’efficacité des sanctions économiques a été historiquement faible.

Les succès et les échecs des sanctions économiques internationales

Sources : Hufbauer G.C., Schott J.J., Eliott K.A., Oegg B., Economic sanctions reconsidered, Washington DC, The Peterson Institute for International Economics, 3e éd., 2007

Entre 1945 et 2000, nous avons eu 13 cas de sanctions prises pour arrêter des opérations militaires, et seulement 2 cas ont abouti, soit un rapport échec/succès de 5,5. De plus, la disproportion de pouvoir entre les pays qui reçoivent des sanctions et les « cibles » de ces sanctions est énorme. Cependant, la Russie, qui bénéficie d’un soutien implicite ou explicite de la Chine et de l’Inde, est dans une position bien plus favorable que les 13 « cibles » des sanctions.

Au-delà, la pertinence d’utiliser des sanctions pour « empêcher » un pays d’utiliser la force armée est également problématique[9]. Le raisonnement suppose que l’agresseur acceptera la logique économique « coût-bénéfice ». Mais cela est douteux[10].

En effet, l’efficacité des sanctions de politique étrangère a été remarquablement stable au cours du XXe siècle, le taux de réussite moyen dans chacune des trois sous-périodes post-Seconde Guerre mondiale étant presque le même que celui observé pour l’ensemble de la période. L’expérience américaine, cependant, a donné des résultats beaucoup plus diffus, en particulier lorsque les sanctions ont été appliquées unilatéralement. Cependant, un fait doit être pris en compte. La prolifération des sanctions économiques au début des années 1990 a suscité des réactions négatives considérables, non seulement aux États-Unis mais aussi aux Nations Unies et parmi les partenaires commerciaux des États-Unis. De plus, les expériences de l’Irak, de la Yougoslavie, d’Haïti et d’autres ont créé une « lassitude des sanctions » parmi de nombreux membres de l’ONU.

Cela ne signifie pas qu’il faille accepter les soi-disant « opérations militaires spéciales » de Moscou, mais l’idée qu’on puisse influencer son déroulement, voire l’arrêter, avec des sanctions économiques, est d’emblée illusoire.

5. Que faire ?

Par conséquent, les pays de l’UE doivent trouver un moyen de sortir de la situation actuelle avant que l’impact de l’interaction entre sanctions et contre-sanctions n’expose leurs systèmes politiques à une tension insupportable et ne provoque une énorme et irréparable crise « européenne ».

On peut toujours dire que les populations occidentales ont traversé des épreuves pires que celle-ci dans leur histoire. C’est vrai, mais pas vraiment pertinent. Nous avons oublié de dire qu’ils sont en guerre. Cependant, aucun gouvernement de pays de l’UE ne serait tenu pour responsable de dire qu’il est « en guerre » contre la Russie car, s’il existe une sympathie formelle pour l’Ukraine, nous voyons régulièrement des symptômes de « fatigue » d’aide et de compassion pour l’Ukraine. Cette « fatigue » de l’aide ne pourra que s’accroître à la rentrée scolaire lorsque les effets négatifs de la politique de sanctions sur la Russie se feront sentir et que dans le même temps l’opinion publique prendra conscience que le gouvernement ukrainien n’est certainement pas un modèle. vertus expliquées par la propagande occidentale.

Dans ce contexte, il n’est pas exclu que certains gouvernements résistent aux mesures de promotion des réserves d’énergie et mettent en œuvre les politiques de chacun pour soi. Bien sûr, des pays comme l’Allemagne et l’Italie, mais aussi la Belgique et l’Autriche, seront les plus touchés par la scission de facto de la solidarité européenne. La deuxième étape – et cela a déjà commencé avec la Hongrie, mais le voyage de G. Schroeder à Moscou fin juillet 2022 pourrait indiquer que l’Allemagne est également impliquée – est celle où certains gouvernements décident de négocier, directement ou indirectement, avec la Russie pour mettre fin à sanctions et contre-mesures.

S’il faut en venir là, mieux vaut que ces négociations soient menées par une alliance d’États, voire sous le couvert de l’UE, pour éviter une désintégration complète de l’UE et une course au « chacun pour soi ». « .

[1] Farcau B.W., Guerre du Chaco. Bolivie et Paraguay 1932-1935, Westport Connecticut et Londres, Praeger, 1996.

[2] Baer, ​​G. W., The Coming of the Italo-Ethiopian War, Cambridge, MA : Harvard University Press, 1967. Voir aussi, par Juniac G., The Last King of Kings. L’Ethiopien Haile Selassie, Paris, L’Harmattan, 1994.

[3] https://worldoil.com/news/2022/8/2/oil-watchers-skeptical-opec-will-heed-biden-s-call-for-oil/

[4] https://blogs.imf.org/2022/07/19/how-a-russian-natural-gas-cutoff-could-weigh-on-europes-economies/

[5] https://blogs.imf.org/2022/08/03/how-europe-can-protect-the-poor-from-surging-energy-prices/

[6] Ar, A., N. Arregui, S. Black, O. Celasun, D. Iakova, A. Mineshima, V. Mylonas, I. Parry, I. Teodoru et K. Zhunussova, « Surging Energy Price in Europe after the War: How to Support the Vulnerable and Accelerate the Transition Away from Fossil Fuels », WP 22/152 Working Paper, Fonds monétaire international, Washington DC., juillet 2022.

[8] https://blogs.imf.org/2022/07/19/how-a-russian-natural-gas-cutoff-could-weigh-on-europes-economies/

[9] Hufbauer, G.C., Schott J.J. et Elliott. KA Les sanctions économiques reconsidérées : historique et politique actuelle. Washington : Institut d’économie internationale. 1985

[10] George A.L. et Simons W.E., Les limites de la diplomatie coercitive. Boulder, Colorado : Westview Press. 1994