Publié le 7 septembre 2022 à 16h04

Les temps seront durs pour l’économie française. Ce mercredi, l’Insee a révisé ses prévisions pour la fin de l’année. L’institut s’attend désormais à une croissance moyenne de la production de 0,2% au troisième trimestre et à une croissance nulle au cours des trois prochains mois par rapport aux 0,3% toujours attendus en juin à chacun des deux trimestres.

Grâce à la hausse du printemps, qui a permis d’augmenter la performance de 0,5 % entre avril et juin, sous réserve de toutes les ruses susceptibles de perturber la situation, la croissance en 2022 devrait toutefois atteindre 2,6 %, celle de plus de 2,3 % alors attendus pour toute l’année. Un chiffre proche de l’objectif du gouvernement de 2,5%. La croissance à la hausse en 2023 sera toutefois limitée à 0,2 %, générant un froid sévère envers l’économie française l’an prochain.

Flambée des prix des produits alimentaires

La menace de la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine, la pérennité des réformes chinoises, la sécheresse, les contraintes de production n’ont jamais été aussi fortes. Ceci pourrez vous intéresser : La reprise économique du Vietnam se poursuit et s’accélère. Compte tenu du niveau élevé des produits finis, la production devrait se contracter à l’automne selon l’Insee.

L’inflation reste également à des niveaux historiquement élevés. L’aide publique devrait toutefois calmer un peu le jeu. Grâce au renforcement de la réduction automobile de 18 centimes à 30 centimes durant les mois de septembre et octobre, la hausse des prix devrait se maintenir autour de 6 % durant ces deux mois, pour éviter la crainte du pic de 7 %. Les boucliers tarifaires sur les prix du gaz et de l’électricité et les réductions de carburant ont réduit l’inflation de 2,5 points de pourcentage en septembre, a indiqué l’INSEE. Une baisse graduelle de 20 cents en novembre puis de 10 cents en décembre fera également remonter l’inflation. Il devrait se situer autour de 6,6 % il y a un an en décembre, soit 0,3 point de moins qu’attendu il y a trois mois et s’établir à 5,3 % en moyenne sur l’année.

Ceci pourrez vous intéresser :
Les économistes détaillent, dans leurs colonnes, les maux du pays : incapacité…

Stagnation du pouvoir d’achat en 2022

Alors que l’exécutif s’est efforcé de protéger la France de l’explosion des prix de l’énergie, des tensions risquent d’apparaître sous un autre visage : le prix élevé des produits alimentaires, avec une hausse attendue en décembre d’environ 12 %, chaque année, contre 7,7 % en août. . Conséquence directe de la hausse des prix des produits agricoles : ils ont augmenté de 35 % en deux ans. Lire aussi : Guerre en Ukraine : les sanctions ont fait reculer l’économie russe de 15 ans, selon l’IIF. Même si le prix est facile, il faudra une « petite » baisse pour être visible par le consommateur. La hausse des prix des produits manufacturés serait modérée, de l’ordre de 5 % par an.

Face à ces pressions inflationnistes, la question du pouvoir d’achat restera donc pendant de longs mois au cœur de l’attention française. L’amélioration de leurs revenus, stimulée par les mouvements salariaux (hausse du salaire minimum et du point d’indice pour les fonctionnaires), la revalorisation des prestations sociales et la baisse des impôts (taxe foncière, redevance audio) devrait entraîner une reprise. du pouvoir d’achat au second semestre.

Allemagne : le ministre de l'Economie exclut de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires
Lire aussi :
Le ministre vert a déclaré que les économies de gaz réalisées en…

Remontée de l’épargne

En mesurant chaque unité utilisée, elle augmentera « d’au moins 1,5% » au troisième trimestre et « d’au moins 0,5% » durant les trois derniers mois de l’année selon l’Insee. Après une forte fièvre au premier semestre, le pouvoir d’achat devrait toutefois rester stable durant l’année 2022, avec des écarts importants au niveau individuel.

Dans ce cas, les Français ne devraient pas être d’humeur à dépenser. L’activité dans les services, tirée par l’hôtellerie et l’agroalimentaire jusqu’au printemps, devrait encore renforcer l’activité économique à l’automne, mais l’impact devrait s’atténuer d’ici la fin de l’année selon l’Insee. La consommation de biens, qui est déjà en berne depuis le début de l’année, devrait rester sur la pente négative.

Face au ralentissement économique, les ménages pourraient prendre des précautions supplémentaires dans les mois à venir et décider de « simplifier leurs décisions d’achat ». C’est en tout cas la situation de l’Insee, qui s’attend après la remontée du taux de dépôt en deuxième partie, après la baisse enregistrée au printemps.

Quelles sont les solutions pour lutter contre l’inflation ?

L’inflation n’attend pas….

  • RÉDUCTION DES DÉPENSES PUBLIQUES. …
  • RÉDUIRE LES INVESTISSEMENTS PUBLICS ET PRIVÉS. …
  • Acceptation des paiements du solde courant. …
  • UTILISEZ DES GARANTIES ETRANGERES ET UTILISEZ, SI NECESSAIRE, DU CREDIT ETRANGER. …
  • AUGMENTATION DE LA PRODUCTION DE MATÉRIEL D’USAGE RAPIDE.

Comment le taux directeur affecte-t-il l’inflation ? Si l’inflation dépasse le niveau cible, la banque relève le taux directeur. Ce faisant, il encourage les institutions financières à augmenter les taux d’intérêt sur les prêts personnels et hypothécaires, et décourage les emprunts et les dépenses, ce qui atténue les pressions inflationnistes. »

Quels sont les effets d’une augmentation des taux d’intérêt ?

Une hausse des taux d’intérêt est une bonne nouvelle pour les épargnants (vous gagnerez plus d’intérêts sur votre épargne) et une mauvaise nouvelle pour les emprunteurs (votre prêt vous coûtera plus cher). À mesure que les taux d’intérêt augmenteront, les prêts hypothécaires ou les prêts à la consommation deviendront plus chers.

Quel est le taux de l’inflation en France ?

Croissance des prix à la consommation : actualité Taux d’inflation annuel dans la zone euro en hausse à 9,1% (pdf – 267 ko). Eurostat, 31 août 2022.

Qu’est-ce que l’inflation en avril 2022 ? En avril 2022, les prix à la consommation ont augmenté de 0,4 % en un mois et de 4,8 % sur un an Indice des prix à la consommation – résultats définitifs (IPC) – avril 2022.

Quel sera le taux d’inflation pour 2022 ?

En 2022, l’inflation devrait atteindre une moyenne de 5,5 %, du jamais vu depuis 1985, ce qui réduira le pouvoir d’achat de la famille de 1 % alors même que des mesures publiques de soutien sont mises en place ou annoncées, soit la récession la plus importante depuis 2013.

Quel est le taux d’inflation en 2021 en France ?

Remarque : variation annuelle. Lecture : en 2021, le taux d’inflation est de 1,6 %. Champ : France sauf Mayotte, toutes familles. Source : Insee, indice des prix à la consommation.

Quel impact de l’inflation sur l’immobilier ?

Avec la hausse de l’inflation et la hausse des prix de l’immobilier, le pouvoir d’achat des ménages français se réduit. La Banque de France a également souligné une augmentation de 10% des défauts de paiement en avril, sur une période d’un an.

Quand les prix de l’immobilier vont-ils baisser ? En 2022, les prix de l’immobilier (dans le passé) devraient baisser. Le marché immobilier pourrait reculer en 2022 et 2023. Ce sont les prévisions du groupe bancaire BPCE, présentées ce matin lors d’une conférence de presse.

Où investir en période d’inflation ?

Loyer immobilier : L’indice des loyers de référence (IRL) est indexé sur l’inflation et il est possible d’investir dans l’immobilier à moindre prix grâce aux SPI ; luxe, spiritueux nobles, valeurs technologiques, entreprises tournées vers la transition énergétique, etc.

Est-ce que le prix des maisons va baisser ?

Et ce n’est que le début. Le groupe Desjardins, qui s’attendait à une baisse de 12 % des prix au Québec en juin, prévoit maintenant une baisse d’environ 17 %, a indiqué Hélène Bégin, économiste principale. La baisse des prix se prolongera dans le temps jusqu’à fin 2023.

Pourquoi emprunter quand il y a de l’inflation ?

Nous avons cette affaire que nous pouvons faire de l’argent. « En fait, en période d’inflation, on dit que c’est intéressant d’acheter, car la mensualité du prêt est fixée pendant la durée du prêt, précise Vousfinancer.

Qui est le plus touché par l’inflation ?

Alors que le coût de l’énergie augmente à un rythme important – augmentation de 28 % du taux annuel en mai 2022 – les ménages touchés par l’inflation sont ceux qui ne peuvent réduire leur consommation à court terme.

Quelles sont les conséquences de l’inflation ? En cas de baisse des prix de l’immobilier, les locataires également touchés par l’inflation se retrouveront plus pauvres, ils pourront donc vouloir augmenter le montant des loyers, ce qui signifie aussi une perte de pouvoir d’achat des logements locatifs.

Quelle sera l’inflation en 2022 ?

En 2022, l’inflation devrait atteindre une moyenne de 5,5 %, du jamais vu depuis 1985, ce qui réduira le pouvoir d’achat de la famille de 1 % alors même que des mesures publiques de soutien sont mises en place ou annoncées, soit la récession la plus importante depuis 2013.

Quel pays a le plus haut taux d’inflation ?

Le paysPlus tardPremière
Pays-Bas10.38.6
Espagne10.410.8
Russie15.115.9
Argentine7164