Vaibhav Chhabra est le créateur de l’un des premiers laboratoires de fabrication (ou makerspaces) en Inde, des lieux où les gens peuvent se rencontrer, échanger des idées et créer. Son espace s’appelle Maker’s Asylum, « parce que c’est un endroit fou pour les makers », rigole-t-il. Pendant la pandémie, le laboratoire s’est retrouvé sous les projecteurs internationaux grâce à ses instructions open source publiées en ligne pour fabriquer des écrans faciaux puis réparer des concentrateurs d’oxygène alors que le pays traversait une grave pénurie.

Geneva Solutions l’a rencontré lors du festival Let’s Take Care Together, qui s’est déroulé en marge du Geneva Health Forum. Il s’agissait de la première édition du festival participatif créé par des acteurs de la société civile pour inclure des manières alternatives de penser le secteur de la santé. Pendant une semaine à Genève, il a réuni une communauté de plus de 100 personnes de tous horizons, dont Vaibhav Chhabra.

« Nous sommes ici non seulement pour partager notre histoire, mais aussi parce que c’est un endroit formidable pour découvrir ce qui se passe dans le monde de la santé. Le simple fait de parler de nouveaux sujets vous fait penser à des solutions », dit-il.

Pour lui, avoir une ville communautaire rattachée au forum santé est une façon d’accueillir des personnes diverses et d’inclure des personnes qui, comme lui, ne sont pas nécessairement issues du milieu de la santé, mais qui veulent la même aide pour trouver des solutions. « Le fait que nous soyons tous dans la même pièce ouvre la voie à la collaboration », dit-il.

Vaibhav Chhabra est un ingénieur en mécanique passionné par la menuiserie. Alors qu’il était étudiant à Boston, il a pris goût aux fabuleux laboratoires du MIT. Là, il accède à des espaces de fabrication et rejoint un projet de diagnostic des maladies oculaires avec une machine portable et économique. Assez rapidement, compte tenu de la nature de l’appareil, ses supérieurs lui demandent de poursuivre le projet en Inde, d’où il se trouve, pour continuer les tests, collecter des données et développer la machine.

Même si l’aspect administratif de la tâche était beaucoup plus facile à réaliser à Bombay qu’à Boston, « il n’y avait pas de laboratoires ou de sites de prototypage, pas de communauté à rencontrer et à partager », raconte l’ingénieur, qui explique avoir dû passer par le service. fournisseurs pour faire avancer leurs tests. C’était en 2013.

Un jour, après l’effondrement du toit de son bureau, Vaibhav Chhabra s’est tourné vers les réseaux sociaux pour l’aider à construire de nouveaux meubles. Six personnes ont répondu. « Nous avons eu une toute petite version de ce festival », dit-il. Nous avons fait trois tables et c’était très amusant. Surtout, nous avons discuté d’idées simples et l’excitation de la création était là. »

«Nous avons le parfait mythe du garage»

«Nous avons le parfait mythe du garage»

C’est là que Chhabra a décidé qu’il était temps d’ouvrir le premier makerspace indien. « Nous avons l’histoire de garage parfaite », plaisante-t-il, faisant référence aux débuts de Steve Jobs et Steve Wozniak d’Apple et d’autres entreprises technologiques dans des endroits dégradés. Lire aussi : Santé. Pourquoi le rire nous fait-il du bien ?. L’espace a été installé dans le garage d’un propriétaire de restaurant qui a simplement dit à Chhabra et à ses amis de commencer à payer dès qu’ils le pouvaient. « Cela a permis une certaine flexibilité pour tester notre concept », explique le fondateur.

Un concept qui n’avait pas de business plan ni vraiment sa place en Inde, où le besoin prime sur la créativité, selon l’ingénieur. « À l’époque, personne ne pensait que cet espace pouvait exister, mais cela a fonctionné », dit-il. Alors que l’espace était destiné à partager des équipements tels que des imprimantes 3D données par des organisations et les outils de menuiserie de Chhabra, assez tôt les gens ont commencé à arriver pour apprendre à utiliser les instruments du premier espace de construction communautaire de Chhabra.

Des artistes, des architectes, des ingénieurs, des cinéastes accessoires et des comptables qui n’avaient jamais vu un tel espace auparavant se sont tous réunis dans Maker’s Asylum avec une passion commune pour la création.

Au fil du temps, l’espace s’est agrandi, a trouvé des partenaires – dont le gouvernement français – et a déménagé plusieurs fois, jusqu’à s’installer à environ 600 km au sud de Bombay à Goa, où de nombreux designers et artistes avaient déménagé pour se rapprocher de la nature, explique-t-il. Vaibhav Chhabra. Maker’s Asylum a créé un véritable campus qui combine l’impression 3D, la découpe laser, le travail du métal et du bois, et suffisamment d’espace pour accueillir jusqu’à 150 personnes. Mais cette décision est intervenue juste avant que la pandémie ne frappe. « Notre espace n’a cessé de grandir, mais tous nos programmes ont été soudainement annulés », explique le fondateur.

S’il admet que la situation était assez désastreuse au début, il estime maintenant que la pandémie lui a permis, à lui et à son équipe, de repenser beaucoup de choses, comme rendre le contenu plus accessible en le mettant en valeur. « Lorsque nous avons vu que les équipements de protection étaient rares, nous avons commencé à réfléchir à la façon de fabriquer 1 000 visières de protection pour le personnel médical, sans aucun matériel. »

Il leur a fallu 21 tentatives et l’installation de l’ingénieur et de deux de ses collègues dans le makerspace pour qu’ils puissent utiliser leurs outils, malgré le confinement. Une fois leurs instructions publiées en ligne, vingt autres créateurs ont rejoint l’espace. Parmi eux se trouvaient des pédiatres qui ne travaillaient pas à l’époque, des cinéastes et même des chefs.

Des makerspaces dans plus de 42 villes ont emboîté le pas et ont uni leurs forces pour créer le collectif M-19, qui signifie « Makers fight COVID-19 ». En 49 jours, ils ont fabriqué 1 million de visières avec des panneaux en mousse et en plastique faciles d’accès, des compétences de base en matière de montage et des machines de découpe laser. Le plus jeune du groupe était un garçon de 12 ans qui a ouvert un espace dans la maison de ses parents. « Ce n’était pas une rue à sens unique, nous apprenions aussi d’autres espaces », explique Vaibhav Chhabra. Dans le monde, les makerspaces ont fabriqué environ 48 millions de masques, dont au moins 1 million pour l’Inde.

Le projet a été soutenu par un financement participatif et des programmes de responsabilité sociale des entreprises. De nombreux hôpitaux et postes de police ont acheté des visières directement auprès des fabricants pour 25 roupies pièce (environ 30 centimes suisses). « Il s’agissait de faire ce qui était juste pour ce projet, sans but lucratif », explique Vaibhav, qui a également organisé des convois de camions de police et d’ambulances pour transporter l’équipement.

Téléconsultation, résultats d'analyses... : comment gérer sa santé en ligne ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Qu’est-ce que « Mon Espace Santé » ? Que faire si on est perdu…

La connexion suisse de Maker’s Asylum

La connexion suisse de Maker's Asylum

Alors que les cas de Covid-19 augmentaient à l’échelle nationale, il y avait une pénurie d’oxygène à partir de mai 2021. Les concentrateurs d’oxygène, petits appareils qui fournissent de l’oxygène supplémentaire, manquaient cruellement. Lire aussi : Enfin un plan environnement de travail pour les fonctionnaires !. De nombreux pays ont envoyé du matériel pour soutenir l’Inde, dont la Suisse, qui a envoyé 50 fans et 600 hubs. Mais les machines tombaient facilement en panne, soit à cause de l’usure, soit à cause de l’humidité.

Une fois de plus, Maker’s Asylum a activé son réseau pour non seulement réparer mais aussi fabriquer des concentrateurs d’oxygène. L’équipe a reçu une subvention de l’UE et a collaboré avec l’Université de Cambridge sur ce projet. C’est aussi l’une des principales questions que Vaibhav Chhabra a abordées à Genève, avec les responsables des organisations de santé et des grandes organisations de développement qui ont envoyé de tels hubs.

Maker’s Asylum s’est associé à Open Source Medical Supplies, un consortium de fabricants du monde entier travaillant sur des projets open source pour répondre aux besoins créés par la pandémie. Grâce à ce travail, ils ont lancé le concentrateur d’oxygène M-19 O2, une machine domestique à usage local.

A Genève, Vhaibav Chhabra a également organisé une session à l’université pour fabriquer des visières, dont il porte fièrement un prototype sur son insigne du festival. « L’écologie n’était pas la priorité à l’époque en raison de l’état d’urgence, mais nous avons tout de même veillé à ce que nos produits soient réutilisables dès le premier jour de notre conception », précise-t-il en désignant la partie visière en question.

Voir l’article :
Publié le 28 juin 2022 à 15h47 Source : JT 13h pendant…

«La création, c’est comme le yoga – sans pratiquer, on ne peut pas apprendre»

Alors que l’espace est devenu un lieu d’apprentissage, la réutilisation des matériaux et le soin de la planète deviennent de plus en plus importants pour la mission Maker’s Asylum. Aujourd’hui, les étudiants peuvent suivre un cours sur les objectifs de développement durable des Nations Unies et même obtenir des crédits universitaires. Le programme préféré du fondateur est un cours de bricolage pour les enfants jusqu’à huit ans. « Très vite, on fabrique des objets, et la création, c’est comme le yoga : ça ne s’apprend pas, il faut pratiquer », explique-t-il. Les enfants qui participent à ce cours fabriquent des objets amusants tels que des lance-roquettes et des petits robots. Selon le fondateur, au bout de deux ou trois mois, les jeunes fabricants ne veulent plus acheter de jouets, ils veulent les fabriquer eux-mêmes, et ajoute : « Ça va de l’humeur du consommateur à celle du fabricant. »

Une humeur que Vaibhav Chhabra affiche fièrement avec son pin’s « Make, Break, Create » attaché à son cou. « La philosophie de Maker’s Asylum est que ce n’est qu’en faisant et en cassant que vous pouvez commencer à créer », dit-il, ajoutant : « Lorsque vous passez le test, vous ne vous sentez pas qualifié au début, mais ensuite vous commencez à sentir que vous pouvez faire plus. « 

Cette philosophie a également été appliquée au « développement organique de l’organisation fluide », comme l’appelle son fondateur. Bien que né d’un projet de santé, l’espace est maintenant une organisation éducative alternative qui se concentre sur l’apprentissage par la pratique sur les questions d’impact social. Il est financé par les revenus des programmes éducatifs et des subventions. Avec des collaborations en vue, dont la réouverture d’un centre à Bombay, Vhaibhav Chhabra conclut en disant : « Nous essayons maintenant de grandir en utilisant des espaces qui existent déjà pour faire ce que nous faisons le mieux, créer des choses.