FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Culture numériques

Un « éloge du paysage » au festival MUTEK

Un « éloge du paysage » au festival MUTEK

Jusqu’au dimanche 28 août, Montréal redeviendra la capitale mondiale de l’art numérique de pointe et de la musique électronique grâce à la 23e édition du festival MUTEK, son exposition virtuelle d’art numérique, son forum, ses conférences et ateliers et cours, une affiche bordée de performances musicales et audiovisuelles par la crème de l’avant-garde électronique internationale et locale.

Jeudi soir, la prolifique compositrice Automatisme et artiste numérique polyvalente Marilou Lyonnais Archambault créera un « hommage [numérique] au paysage » à la Société des arts technologiques (SAT).

« Nous sommes tous les deux de grands fans de jazz », confie William Jourdain, alias Automatisme, du duo qu’il forme avec Marilou Lyonnais Archambault. « Nous sommes deux mélomanes, deux passionnés d’arts visuels qui ont étudié [le domaine] à l’université », et qui jeudi uniront à nouveau leurs forces et leurs idées pour, comme le résume son collègue, étudier notre rapport au paysage, « William sonorement, et moi plus visuellement. »

Les deux artistes s’intéressent « aux paysages dématérialisés, à l’idée de nature, à la tension entre la machine et la nature et donc aux paysages numériques, explique Marilou. Ce que nous préparons jeudi, c’est une performance où, pour ma part, je réutiliserai des images utilisées lors de nos précédentes collaborations, en y ajoutant du matériel original, mais toujours sur le thème des paysages. Le tout présenté via l’abstraction, à mi-chemin entre le réel et le virtuel ».

S’interroger sur l’empreinte écologique

Marilou Lyonnais Archambault, diplômée en histoire de l’art et en enseignement des arts visuels et médiatiques à l’UQAM, porte également un regard critique sur nos vies numériques – « critique mais paradoxale » par rapport à la nature, selon elle. « Les prélèvements d’images [de paysage et de nature] que je retravaillent viennent toujours du web, par exemple d’archives numérisées, mais du fait de cette approche web je fais partie du problème, car j’utilise des ressources, de l’énergie pour créer. C’est très paradoxal : je critique notre état numérique actuel, mais je laisse moi-même une empreinte écologique en le faisant. »

Marilou et William ont discuté de leurs concepts et pratiques artistiques respectifs pendant quelques années avant d’entamer une première collaboration ; en 2020, elle a conçu la couverture de l’album Alter-Vol. 2, qu’il a enregistré avec le vétéran Pheek, un duo appelé Viatorism. En mai dernier, William Jourdain lançait deux albums à quelques jours d’intervalle, pour lesquels Marilou a imaginé des images vidéo : le sec et puissant Statique sorti par le mythique label allemand Mille Plateaux, puis l’harmonieux et contemplatif Gap/Void, collaboration avec l’artiste sonore suisse Stefan Paulus, publié par Constellation Records.

Le matériel frais de ces deux albums constituera l’essentiel de la bande originale de l’émission. « Je suis content, MUTEK me donne l’opportunité de réunir ces deux albums très différents. Ce sera un beau défi. Si les structures rythmiques linéaires d’Automatisme sont détaillées sur chacun de ces albums, l’apport du compositeur suisse vient adoucir les et des sonorités strictes auxquelles nous expose Jourdain sur Statice, un album né dans l’inquiétude et le froid de l’hiver.

Entre l’abstrait et le concret

« Pour faire court, j’ai eu un fils il y a un an qui est né avec une malformation cardiaque », a déclaré William. Avant et pendant son opération, je n’ai pas dormi, alors j’ai fini de produire l’album – avec beaucoup de saturation [dans le son], de grain, de bruit. Il y a une intensité très émotionnelle dans cet album, très sec et très brut. »

Marilou poursuit : « Son album Gap/Void fait plutôt référence aux paysages des Alpes suisses », Paulus a contribué à la musique avec ses enregistrements de la nature. « Mes photos seront parfois inspirées par la Boréalie et par l’idée de vertige. Visuellement, je veux présenter des paysages plus naturels qu’urbains », explique l’artiste qui s’adonne également à la création musicale à travers le duo dub/ambient Saudade qu’elle forme avec la compositrice Nela Paki — un autre EP du duo devrait voir le jour. jour en 2023.

« Nous essayons tous les deux [dans nos démarches] de trouver un espace entre l’art concret et l’abstrait, tente de résumer William. Il y a quelque chose dans notre travail qui est dépourvu de référents, mais en même temps une sublimation du paysage, de sa force. , ce qui implique certaines références picturales. Le mélange de ces deux choses me touche, car beaucoup de ce que je fais dans le son, travaillant beaucoup à partir de paysages sonores, d’enregistrements de terrain. C’est comme si nos ordinateurs jouaient du jazz et que nous allions capter instants de ce qu’il joue ; c’est très complexe, comme l’est la nature. »

À l’affiche de MUTEK

1&#xD ;

&#xD ;

Le compositeur et DJ équatorien Nicola Cruz s’avère être une prise de luxe, ajoutée à la dernière minute à la programmation du festival – et son concert sera présenté gratuitement aux côtés de Ramzilla et AGUMA.

&#xD ;

23 août, à partir de 18h30, esplanade Tranquille

&#xD ;

Pourquoi la Corriveau est une légende ?

&#xD ;

3&#xD ;

Comment la Corriveau a tué ses maris ?

&#xD ;

Comment la Corriveau a tué ses maris ?

Le vétéran britannique de la techno Luke Slater arrive à MTelus avec du matériel de son alias le plus célèbre, le projet Planetary Assault Systems. Cora Novoa, Aquarian et Nicolas Bougaïeff complètent la programmation.

26 août à partir de 22, MTelus&#xD ;

Où a été pendu la Corriveau ?

&#xD ;

&#xD ;

Related posts

La première des Heures Numériques à Dangé-Saint-Romain

2 ans ago

Remise du rapport de mission sur l’évolution du métaverse

1 an ago

Tokens non échangeables (NFT) et culture : l’urgence de sécuriser les nouveaux usages

2 ans ago
Quitter la version mobile