FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain

Science et technologie : avec CogEngines, votre bras droit est un robot

Je suis M. CPublié le 05/10/2022 à 14h47 Mis à jour le 05/10/2022 à 18h16

Spécialisé dans les robots interactifs, CogEngines fabrique des logiciels qui rendent les robots plus intelligents

Dirigé par Sébastien Lissarre et Ulysse Michon, CogEngines, ou Cognitive Engines, a récemment embauché un second ingénieur. Cette embauche confirme la progression de cette entreprise spécialisée dans la cobotique (robots articulaires). Créé en 2019…

Dirigé par Sébastien Lissarre et Ulysse Michon, CogEngines, ou Cognitive Engines, a récemment embauché un deuxième ingénieur. Cette embauche confirme la progression de cette entreprise spécialisée dans la cobotique (robots articulaires). Introduit en 2019, il est passé de 12 000 à 100 000 euros l’an dernier et vise 350 000 pour 2022. L’idée avancée par Sébastien Lissarre est de créer un bras robotique intelligent. Cette main produit un geste à l’infini, ou accompagne l’action de l’opérateur, qui peut se concentrer sur la meilleure qualité de travail, de gestion ou de recherche.

Équipés d’une tête avec des yeux 3D, les robots CogEngines fonctionnent sans commande numérique. C’est la main droite de l’ouvrier qui donne des ordres à ses mains. « Ma vision du futur avec la cobotique ?, demande Sébastien Lissarre, ce sera d’augmenter les capacités du robot, afin d’aider les gens dans des tâches désagréables et physiquement dommageables, mais aussi de permettre aux entreprises d’être compétitives et aux pays où les coûts sont élevés. Il se contente de l’aide apportée par le District et la BPI et compte sur une levée de fonds, fin 2022, de 600 000 euros.

Si Sébastien Lissarre ne peut donner le nom de son 4e client, une PME parisienne, il continue de développer ses robots VDLV. Ce fabricant de e-liquide, No. 2 La France, qui produit 120 000 barils par semaine, accueille l’équipe de CogEngines dans ses locaux de Cestas. Exxelia, son deuxième client, qui produit une large gamme de condensateurs magnétiques, de résistances, de bagues collectrices et de pièces mécaniques de haute précision, réalise un bénéfice de 150 000 millions. Cette entreprise de Pessac commercialise ses produits en France et dans toute l’Europe. La mesure se confirme également chez Boehringer, dans le domaine de la santé animale. Présente dans 130 pays, cette entreprise vaut 15 milliards.

Quitter la version mobile