Selon Vincent Grosjean, chercheur en bien-être au travail, ce qui est devenu aujourd’hui la qualité de vie et des conditions de travail (QVCT) cherche à approcher l’individu par son aspect positif. Elle permet de construire des politiques de santé dans les entreprises qui conjuguent ambitions individuelles et souci de performance autour de l’individuel, du collectif et de l’entreprise. Santé Partners s’est emparé du sujet en 2009 pour faire rimer travail avec bien-être, sécurité et santé.

Un changement de regard sur le bien-être au travail

« Il y a eu un avant et un après dans le développement commercial de nos activités, confie Frédérik Ughetto, fondateur de Santé Partners. La période post-covid a en effet créé de nouvelles attentes au travail, mais aussi des enjeux de croissance pour les entreprises. A voir aussi : Santé et environnement : la Mutualité française se mobilise. Certains des groupes de pilotage l’ont bien compris : « il y a une opportunité de nouvelle croissance, mais aussi de forme, à la fois pour fidéliser les salariés et attirer de nouveaux talents », indique l’entrepreneur.

Aujourd’hui, la tendance est forte à l’hybridation du travail et donc au travail à distance. La vision du travail est proche d’une évolution majeure dans son domaine, le bien-être et la santé sont des prérequis pour chacun et les entreprises qui embrassent ce sujet mettent une corde à l’arc. Trois thèmes principaux sont articulés ici :

Forts de 20 à 30 ans d’expérience, Santé Partners est expert dans de nombreux secteurs d’activité. Les intervenants sont indépendants et combinent différentes expertises sectorielles et sectorielles. Pour Frédérik Ughetto, « disposer d’un tiers de confiance, d’un retour d’expérience sur le diagnostic et d’un accès à un réseau de 300 freelances, permet aux acteurs que nous accompagnons d’être un vecteur de performance sociale et économique ».

Santé Partners réalise un diagnostic et un rapport surprise sur la politique QVCT de l’entreprise qu’il accompagne, puis entame un protocole de co-construction avec le client pour mettre en place des solutions qui ont du sens pour les salariés. Des indicateurs de mesure et de suivi sont également mis en place, avec des ajustements QVCT suivant engagement si nécessaire, ou encore coaching, conférences et webinaires, ateliers et formations professionnelles.

Un levier souvent nécessaire pour assurer la sécurité au travail et éviter les accidents avec, par exemple, un diagnostic comportemental et situationnel.Selon une enquête du ministère du travail, 90% des salariés se disent « globalement satisfaits de leur travail » . Mais selon le baromètre de l’absentéisme et de l’engagement publié par Ayming, la maladie au travail reste un véritable problème de santé publique et représente désormais 42 % des arrêts de travail. Un coût social, mais aussi financier, la CNAM confirme que ces arrêts représentent pour les entreprises plus de 10 milliards d’euros.

Ce contenu a été produit en collaboration avec OpenMedias. La rédaction de BFM Business n’a pas participé à la production de ce contenu.

Ceci pourrez vous intéresser :
Après Green20, Agri20 et DeepNum20, il s’agit du quatrième programme lancé par…

Comment évaluer son environnement de travail ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu lors de l’évaluation de la qualité de l’environnement physique de travail, notamment : l’ergonomie du bureau, l’ameublement et l’aménagement, la propreté, l’équipement, l’espace, la température, l’éclairage, la ventilation, l’acoustique, l’hygrométrie, la qualité de l’air. Lire aussi : Le guide de l’étudiant, partie 2 : la santé, une étape incontournable.

Qu’est-ce qu’un bon environnement de travail ? Qu’est-ce qu’un bon environnement de travail ? L’environnement de travail comprend tous les éléments matériels et humains qui peuvent avoir une influence sur vos tâches quotidiennes. Cela comprend également les conditions de sécurité, d’hygiène et d’accessibilité.

Quelle est la qualité la plus importante pour vous dans un environnement de travail ?

Une bonne ambiance, une bonne cohésion d’équipe et un fort sentiment d’appartenance sont essentiels pour motiver vos collaborateurs. Des employés motivés sont des employés performants. Alors pour améliorer l’ambiance de travail dans votre structure, pensez aux activités et sorties collectives.

Quels sont les types d’environnement de travail ?

Le cabinet de conseil londonien Leesman a réalisé une étude sur quatre catégories d’environnements de travail.

  • Espace clos…
  • Poste de travail séparé dans un espace ouvert. …
  • Lieu de travail flexible, mais choix très limité…
  • Lieu de travail flexible avec de nombreuses opportunités. …
  • Mobilier dynamique.

Quel est l’environnement idéal pour votre équipe ?

la culture de l’entreprise : le type de management, les avantages et services proposés aux salariés (restaurant, salle de sport, garderie, etc.), les pressions exercées, l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, etc. ; hygiène et sécurité : nombre suffisant de toilettes, locaux propres et salubres, etc.

Santé. Doctolib établit 17 profils de naturopathes dans le cadre du litige
A voir aussi :
Des professionnels de santé et des patients ont reproché à Doctolib de…

C’est quoi une politique HSE ?

La politique HSE de TDF et de ses filiales repose sur l’identification et la qualification en amont des risques liés à ses activités, la focalisation sur les dangers à haut risque, la définition de règles de sécurité applicables à ses parties prenantes internes et externes (salariés, clients, sous-traitants) , …

.

Quelles sont les 5 obligations de l’employeur ?

Voici 5 obligations légales pour les employeurs.

  • Offrir un travail rémunéré…
  • Exécuter le contrat de travail de bonne foi. …
  • Assurer la formation des employés…
  • Assurer la santé et la sécurité des employés…
  • Offrir un soutien au développement professionnel.

Quelles sont les obligations de l’employeur en matière de qualité de vie au travail ? La négociation QVT est également une obligation légale pour certaines entreprises. Cette négociation a pris un nouveau tournant avec la loi « santé au travail » du 2 août 2021 : QVT devient QVCT, et peut désormais intégrer des questions sur les conditions de travail depuis le 31 mars 2022.

Quelles sont les principales obligations de l’employeur ?

L’employeur doit assurer la santé et la sécurité de ses travailleurs en mettant en place des mesures de prévention, d’information et de formation. Il doit également évaluer le risque professionnel à chaque poste de travail.

Qui sont les acteurs de la QVT ?

Qui sont les différents acteurs de QVT ? Direction, managers, partenaires, médecine du travail, partenaires sociaux ! Toutes les parties prenantes de l’entreprise ont un rôle à jouer dans l’amélioration de la qualité de vie au travail.

Qui s’occupe de QVT dans l’entreprise ? Managers QVT : profils RH reconvertis.

Qui est responsable de la QVT ?

Qu’est-ce qu’un gestionnaire QVT ? Le responsable de la qualité de vie au travail est chargé de veiller à la mise en œuvre des mesures visant à améliorer les conditions de travail dans l’entreprise. J’essaie d’éviter les inconforts légers ainsi que les risques psychosociaux (RPS) plus graves, comme le burn-out.

Quels sont les sujets pris en compte par la QVT ?

La loi Rebsamen oblige les entreprises de plus de 50 salariés à négocier annuellement sur la QVT et énumère les sujets pertinents : équilibre entre vie professionnelle et vie privée, lutte contre les discriminations, accès au travail des personnes handicapées, droit d’expression direct et collectif des salariés, . ..