Confronté à de nombreux défis sans précédent, notamment le Covid-19, le monde a reculé de cinq ans dans le développement humain, alimentant la « méfiance » et la « confusion » à travers le monde, s’alarme l’ONU dans un rapport publié ce jeudi 8 septembre.

Pour la première fois depuis sa création il y a plus de 30 ans, l’Indice de développement humain, qui prend en compte l’espérance de vie, l’éducation et les conditions de vie, recule depuis deux années de suite, en 2020 et 2021, s’inquiète le rapport des Nations Unies. Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Pollution chimique, climat… Quelle est la « 5ème frontière de la planète » traversée par l’homme ?

« Ça veut dire qu’on meurt plus tôt, qu’on n’est pas scolarisé et que nos salaires baissent », affirme son directeur Achim Steiner lors d’un entretien avec l’AFP. « Avec ces trois éléments, vous pouvez avoir une idée de la raison pour laquelle les gens commencent à se sentir dépassés, confus, inquiets pour l’avenir », insiste-t-il.

« Un recul majeur pour le développement de l’humanité »

« Un recul majeur pour le développement de l’humanité »

Bien que l’indice augmente lentement depuis des décennies, en 2021, il est revenu à son niveau de 2016, « effaçant » des années de développement. Sur le même sujet : « Comme le climat, nous avons besoin du ‘GIEC de la santé planétaire' ». On parle beaucoup, le Covid, mais aussi les catastrophes climatiques qui se propagent, et les catastrophes qui se multiplient sans laisser aux gens le temps de reprendre leur souffle.

« Nous avons eu des catastrophes avant, nous avons eu des conflits avant, mais la combinaison de ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui est un obstacle majeur au développement humain », a insisté le chef du PNUD.

« Pouvons-nous nous permettre de nous tromper dans le monde de la guerre ? : Comment gérer les problèmes de conflit en Ukraine

Cette réduction est quasi universelle, touchant plus de 90% des pays de la planète, même si l’inégalité entre pays est encore visible. En tête de liste figurent toujours la Suisse, la Norvège et l’Islande. Et en bas, le Soudan du Sud, avant le Tchad et le Niger.

La chute des grands projets pour le secteur de la santé
A voir aussi :
Début octobre, une grande consultation sur le système de santé sera lancée,…

Une baisse de l’espérance de vie

Une baisse de l’espérance de vie

Et tandis que certains pays commencent à se remettre des effets de cette épidémie, de nombreux autres en Amérique latine, en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud ou dans les Caraïbes n’ont pas encore eu le temps de se remettre de la crise nouvelle : la guerre en Ukraine. Lire aussi : Bilan Santé : La 15ème édition des Rencontres de la Pharmacie – 11/06.

Avec un impact majeur sur la sécurité alimentaire et énergétique – pas encore sur liste d’attente en 2021 – « sans aucun doute, les perspectives pour 2022 sont sombres », estime Achim Steiner.

La baisse de l’indice de développement humain est largement portée par une baisse de l’espérance de vie de plus d’un an et demi entre 2019 et 2021 (71,4 ans en 2021 contre 73 ans en 2019) alors que plusieurs mois se retrouvent chaque année.

La biodiversité est bonne pour la santé mentale

L’écrivain Pedro Conceiçao a déclaré lors d’une conférence de presse: « Malgré l’amélioration significative de l’économie en 2021, l’espérance de vie diminue », a déclaré l’écrivain Pedro Conceiçao lors d’une conférence de presse, qualifiant le déclin de « menace jamais vue ». « Aux États-Unis, il y a eu une baisse de l’espérance de vie de deux ans, dans d’autres pays, la baisse est encore plus importante. »

Pourquoi numériser les données de santé ?
Ceci pourrez vous intéresser :
Faciliter le parcours de soins L’échange de données est non seulement nécessaire…

« Les gens ont perdu confiance »

Le rapport décrit également un monde avec des citoyens « désemparés » par ces catastrophes croissantes et « l’incertitude ». « Les gens ont perdu espoir », « nos voisins sont parfois une grande menace, que ce soit localement ou entre les nations. Et cela nous paralyse », a déclaré Achim Steiner, craignant cette « confusion ». Tout cela peut conduire certains à des propos extrêmes et violents.

Alors « on ne peut plus continuer avec les règles du jeu du siècle dernier, centrées sur la croissance économique », plaide-t-il. « Le changement dont nous avons besoin nécessite de nouveaux indicateurs : bas carbone, moins d’inégalités, plus de stabilité… ».

En particulier, le rapport suggère de se concentrer sur trois domaines : l’investissement dans les énergies renouvelables et la préparation aux futures pandémies, l’assurance (y compris la sécurité sociale) pour faire face aux chocs, et les nouvelles infrastructures pour renforcer les capacités à faire face aux futures catastrophes.

Le PNUD souhaite également que la tendance actuelle à la baisse de l’aide au développement aux pays les plus vulnérables ne se poursuive pas. Ce serait une « grave erreur », qui limiterait « notre capacité à travailler ensemble », insiste Achim Steiner. Même si « le changement climatique, la pauvreté, la cybercriminalité, les épidémies nous obligent à travailler ensemble en tant que communauté internationale ».