FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Économie

Russie : Quelle est la trajectoire de l’économie russe ? – Jacques Sapir

Russie : Quelle est la trajectoire de l'économie russe ? - Jacques Sapir

Analyse du bulletin n°54 de l’IPE-ASR

La question de l’évolution de l’économie russe après le choc de la guerre et des sanctions est aujourd’hui une question centrale pour l’évolution de la situation géostratégique autour de l’Ukraine. Sur le même sujet : Parce que l’économie tricolore crée encore autant d’emplois.

L’Institut des prévisions économiques de l’Académie des sciences de Russie (IPE-ASR) vient de publier ses données au 25 mai, qui correspondent à ce qu’ils appellent le « scénario inertiel » dans le Bulletin n°54 [1]. Ils offrent une vision intéressante, basée sur le modèle QUMMIR que nos confrères utilisent régulièrement pour leurs appréciations de la situation économique.

Voir l’article :
Posté Il y a 6 heures, Mis à jour il y a…

Le contexte

Il est clair que le développement de l’économie russe cette année a été divisé, et sera, en deux parties : avant et après le début de la guerre en Ukraine. Les sanctions qui ont été imposées à la Russie par les pays de l’OTAN et leurs alliés, désormais appelés « pays hostiles à la Russie », ont imposé un changement radical dans les interactions de la Russie avec le monde extérieur. Sur le même sujet : L’économie sociale et solidaire : les forces fédératrices des neuf coopératives. Cela pose la question de « l’isolement » de la Russie et de ses effets. Nous savons que de nombreux pays ont refusé de prendre des sanctions économiques contre la Russie, que ce soit la Chine, l’Inde ou des pays plus petits comme la Malaisie (un important fabricant de microprocesseurs) ou le Vietnam.

Nous savons également que la position de la Russie en tant que fournisseur de matières premières pour l’économie mondiale, des produits de base allant des hydrocarbures aux céréales, en passant par les métaux rares et certains gaz utilisés dans la production de composants électroniques, est au cœur de l’économie mondiale. Par ailleurs, le fait que l’Arabie saoudite n’ait pas accédé aux exigences américaines d’une forte augmentation de la production [2] pose la question de la capacité des États-Unis et des pays de l’OTAN à « isoler » un autre pays.

La solidarité entre les producteurs de pétrole, l’OPEP, et le groupe OPEP + qui comprend la Russie semble désormais plus importante que la traditionnelle loyauté de l’Arabie saoudite envers les États-Unis. En effet, force est de constater que le pétrole russe continue de se vendre sur le marché mondial [3]. C’était à prévoir, comme je l’écrivais dans le numéro d’avril 2022 du magazine World Oil [4].

Dans ces conditions, l’impact économique des sanctions et plus généralement des perturbations du commerce mondial qu’elles provoqueront sera nécessairement important. Nous comprenons également que cet impact affectera non seulement la Russie, mais aura également des conséquences importantes pour les pays européens et dans le monde pour de nombreux pays. C’est aussi un point sur lequel on peut critiquer le travail extraordinaire accompli par nos collègues russes. En n’établissant pas de prévisions pour le reste du monde (ne serait-ce que pour des groupes de pays), ils se privent d’un outil d’analyse des effets potentiels de « second tour » sur l’économie russe.

Car c’est l’impact sur l’économie russe qui fait naturellement l’objet des prévisions de l’IPE-ASR. Cet impact nécessitera des changements de politique économique intérieure, changements que nos confrères commentaient déjà début mai dans le magazine russe EKSPERT [5]. Ils reviennent sur cette situation au début du Bulletin n° 54 :

« Il faut admettre que nous vivons un choc extérieur qui n’a pas d’analogue dans le monde moderne et dans l’histoire russe. Par conséquent, la réponse à ce qui se passe devrait provenir de la mise en œuvre d’une série de mesures qui pourraient, pour la plupart, atténuer la sévérité des restrictions imposées à l’économie russe. Il est important non seulement de stimuler la demande et d’atténuer la crise, mais aussi de véritablement reconstruire l’économie, d’augmenter les investissements pour soutenir la substitution des importations et d’accroître la transformation des matières premières au sein de l’économie. [6] « 

Les économies des grands pays, comme la Russie, ont vraiment une grande inertie. Comme le soulignent nos collègues de l’IPE-ASR, cela signifie que, même sous l’effet de chocs exogènes ou endogènes sévères, le retournement de l’activité économique ne se produit pas instantanément, à moins bien sûr qu’il ne se manifeste. l’économie, comme cela s’est produit pendant la pandémie pendant les confinements. Il faut en tenir compte pour comprendre les prévisions formulées par l’IPE-ASR.

Lire aussi :
Le secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann, lors d’une conférence de presse,…

Les prévisions à court et moyen terme

Les résultats économiques du premier trimestre 2022 se sont donc avérés assez favorables pour l’économie russe sur la base de la dynamique qui se développait à partir du second semestre 2021. La première estimation de la croissance du PIB, réalisée par Rosstat, indiquait une croissance de 3,5 % par rapport à la même période de l’année précédente. L’analyse des données disponibles montre qu’il s’agit probablement d’une prévision pessimiste.

Selon les collègues de l’IPE-ASR, il se situe à la limite inférieure des estimations possibles de la dynamique économique à la fin de l’année dernière et au début de cette année. Cependant, même si l’on utilise cette estimation, cela implique que pour que l’économie russe recule de 10 % en 2022 comme le prédisent les experts occidentaux (qui avancent même des chiffres extravagants comme 12 %), il faudrait une baisse de 15 % du PIB sur une base sur une base annuelle au deuxième trimestre et pas de croissance aux troisième et quatrième trimestres.

Les auteurs de l’estimation soulignent ensuite qu’il convient de noter à cet égard que selon la dynamique des indicateurs indirects de l’activité économique telle qu’observée en avril et mai 2022, il est peu probable qu’il y ait également une baisse de 15% de la PIB enregistré. De plus, il est important de rappeler que ces estimations sont faites dans l’hypothèse qu’il n’y aurait pas de réaction du gouvernement russe à la détérioration de la situation.

Tableau 1.1 : Données consolidées d’une année sur l’autre et prévisions IPE-ASR (hypothèse inertielle)

Tableau 1.2 : Données basées sur 100 en 2018

Résultats consolidés

Estimations faites par Rossat

Prévisions à court terme de l’IPE-ASR, sans intervention gouvernementale

Prévisions à moyen terme de l’IPE-ASR, sans intervention de l’État

On voit que, même si le gouvernement russe n’a rien fait pour remédier à la situation créée par les sanctions, la baisse du PIB russe en 2022 ne serait pas comprise entre -12% et -10% comme annoncé en Occident mais -7,4%. En revanche, la croissance estimée pour les années 2023-2025 serait faible. Cela amène les confrères de l’IPE-ASR à écrire dans le bulletin n°54 :

« Cependant, dans une large mesure, la limitation de la récession de l’économie russe cette année sera déterminée par le volume du paquet de mesures anticrise et la rapidité de sa mise en œuvre au profit de la population et des entreprises.

La principale caractéristique de la situation actuelle est que les importations auront le plus grand impact sur l’ampleur de la baisse de l’activité économique à court terme. À long terme, la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations essentielles sera importante pour la stabilité de l’économie russe, mais d’ici un an ou deux, la sécurité des approvisionnements importés déterminera à la fois les paramètres de production, principalement dans l’ingénierie, la fabrication pharmaceutique et chimique, et la consommation. demande intérieure et d’investissement « [7].

Changements dans la répartition des revenus

La principale question est donc l’ampleur et la rapidité de la réaction du gouvernement russe. On voit dans le tableau 1 que le choc des sanctions sera absorbé principalement par la consommation des ménages mais aussi par les investissements. Cela a des conséquences importantes pour la croissance ultérieure, mais cela pourrait aussi avoir des conséquences importantes sur l’acceptabilité de la guerre et la situation qui en résulte pour la population.

Tableau 2 : Indicateurs macroéconomiques à prix courants, mille milliards de roubles

A noter également qu’en cas d’inaction du gouvernement russe, le PIB par habitant calculé en PPA ne reviendrait au niveau de 2021 qu’en 2025 et que l’économie russe régresserait par rapport à l’américaine. C’est là, précisément, que l’absence de prévisions sur l’impact international des sanctions (on sait déjà que l’économie de l’UE sera lourdement affectée) constitue une limite aux travaux évoqués dans le Bulletin n°54.

Un point important doit être noté ici. Si l’économie suit ce que les collègues appellent le « scénario d’aubaine », la part du PIB se déformera progressivement en faveur des revenus des ménages. Cependant, ce qui apparaît comme une « bonne » évolution est immédiatement lié au fait qu’à volumes constants, la consommation des ménages serait encore inférieure de 8,7 % en 2025 à celle de 2021.

Tableau 3 : Part de la valeur ajoutée (PIB) dans le scénario inertiel

Calculs effectués par l’auteur sur la base des résultats du bulletin n°54

Ceci conduit alors les collègues de l’IPE-ASR à formuler le constat suivant : « L’impossibilité de satisfaire une partie de la demande intérieure par des importations conduira en 2022 à une situation où la baisse de la demande finale de la part des entreprises et de la population sera baisse plus probable de leurs revenus « [8].

Cependant, un autre problème se profile à l’horizon : celui causé par le renforcement du rouble. En effet, le renforcement du taux de change du rouble par rapport au dollar ou à l’euro a naturellement un effet positif sur le contrôle des prix intérieurs car ils sont formés sur la base des exportations (et ces dernières sont majoritairement constituées de matières premières). Mais, si le raffermissement du taux de change a certes permis de maîtriser l’inflation de mars à mai, il peut aussi avoir des conséquences négatives sur l’économie. Ceci conduit alors les auteurs du Bulletin n° 54 à faire les constats suivants :

« Dans les conditions actuelles, les fluctuations des prix relatifs sont le facteur le plus important affectant la situation financière et économique d’une partie importante des entreprises à vocation nationale.

L’adaptation de l’économie russe

Cependant, il y a le problème qu’un renforcement aussi rapide du taux de change, d’une manière ou d’une autre, affecte négativement les recettes du système fiscal et les coûts des exportateurs. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le facteur de la compétitivité-prix de la production nationale, même s’il est peu pertinent aujourd’hui »[9].

De plus, et paradoxalement, la contraction des importations a créé des problèmes non seulement pour la demande intérieure, mais aussi pour la balance des paiements. Une forte augmentation de l’excédent commercial, avec des restrictions désormais en place sur l’utilisation des monnaies de réserve telles que le dollar ou l’euro, crée de nouveaux déséquilibres dans l’état actuel de l’économie.

Il y a un problème avec une offre excédentaire de devises étrangères sur le marché intérieur, ce qui conduit à un renforcement du rouble. Apparemment, il sera possible d’assurer l’équilibre de tous les facteurs grâce à une levée progressive des restrictions sur les transactions en devises pour la population et les entreprises, ce que fait, entre autres, la Banque centrale russe. Selon les estimations de confrères de l’IPE-ASR, la valeur d’équilibre du change se situerait désormais entre 60 et 65 roubles/dollar.

La question des approvisionnements et des importations critiques est évidemment le point clé pour l’ajustement de l’économie russe à la situation créée par le régime des sanctions.

Il est clair que la sécurité des importations, essentielle au développement économique, nécessite un travail important pour construire des chaînes d’approvisionnement protégées des effets des sanctions, qu’il s’agisse de sanctions actuelles ou de sanctions futures hypothétiques. Pour cela il faut rechercher de nouveaux fournisseurs de produits mais aussi concevoir de nouveaux mécanismes de paiement protégés par ces éventuelles sanctions.

C’était d’ailleurs l’un des thèmes du mémorandum que les dirigeants de l’IPE-ASR avaient publié début mai dans la revue EKSPERT [10]. Bien sûr, ces changements prendront du temps. Mais, étant donné que les entreprises et l’État se sont activement engagés dans ce travail depuis le début du mois de mars, il est fort probable que les premiers résultats se feront sentir dès le début de l’été (juillet), c’est-à-dire lorsqu’il y aura de plus il pourrait y avoir une réduction considérable des stocks chez les producteurs et dans le commerce.

Conclusion

L’une des directions de la transformation économique imposée par le régime des sanctions est donc la formation de nouveaux besoins pour le secteur des ressources naturelles. Les restrictions imposées par les pays de l’OTAN et leurs alliés au secteur russe des matières premières réduisent naturellement la demande pour ses produits. Ces restrictions peuvent cependant être largement contournées par le développement des exportations vers de nouveaux clients, notamment en Asie. Mais cela aura forcément un coût. Bien sûr, avec la hausse actuelle des prix des hydrocarbures, ce coût, représenté par la remise offerte par les producteurs russes à leurs nouveaux clients, sera contenu.

On peut parler ici d’un « coût d’opportunité » (c’est-à-dire d’une perte par rapport à un gain potentiel) plutôt que d’un coût au sens propre du terme. Il est donc clair que, dans les 18 prochains mois ou les trois prochaines années, la Russie changera profondément la direction de ses exportations et favorisera grandement l’Asie. Mais une partie de la demande pourrait également être redirigée vers le marché intérieur. Dans cette logique, le secteur des matières premières pourrait servir d’instrument pour subventionner l’économie russe, assurant sa compétitivité dans un large éventail d’activités. Cependant, une telle stratégie exigerait certainement des changements dans la politique économique, y compris les principes de taxation dans le secteur des matières premières.

Les auteurs du Bulletin n°54 soulignent alors : « … d’une manière générale la population mondiale continue d’augmenter, la demande d’énergie augmente. Par conséquent, il faut partir du fait que l’économie mondiale ne se passera pas des hydrocarbures et autres matières premières russes »[11].

Une première conclusion se dégage de la lecture du Bulletin n°54 de l’IPE-ASR. Dans le scénario qualifié d’inertie, caractérisé par l’inertie du gouvernement russe face à la nouvelle situation créée par les sanctions, le choc sur l’économie russe, bien que bien inférieur aux estimations occidentales, sera tout de même important. En particulier, l’impact sur la croissance au cours des trois prochaines années sera significatif.

Une deuxième conclusion s’impose donc : il est donc évident que l’activité de l’Etat sera déterminante pour façonner la dynamique économique des années à venir. Soutenir la demande de consommation et d’investissements pendant la période de restructuration visant à adapter l’économie russe au nouveau contexte international déterminera la vitesse de réduction de la dépendance aux importations essentielles, et donc le passage de l’économie à la phase de développement durable.

Le soutien du revenu est certainement le mécanisme qui a l’effet positif le plus puissant sur l’économie à court terme. Dès lors, les actions d’indexation des cotisations sociales et des salaires dans le secteur public, ainsi que les mesures de soutien à l’emploi, revêtent une importance fondamentale. On sait que la Présidence a annoncé des mesures d’ici début juillet. Les collègues de l’IPE-ASR ajoutent : « Selon nos estimations, le gouvernement a les moyens de mettre en place un paquet de mesures anti-crise en 2022 égal à 4-5 % du PIB. Les ressources pour lui seront les soldes des comptes du Trésor, l’excédent budgétaire accumulé au début de l’année en cours et le Fonds national de richesse.

NOTES

[1] IPE-ASR, Квартальный прогноз экономики. Выпуск №54, https://ecfor.ru/publication/kvartalnyj-prognoz-ekonomiki-vypusk-54/

Ces mesures, si elles étaient mises en œuvre rapidement, auraient un effet expansionniste significatif à partir du second semestre. Dans ces conditions, il est possible, à en juger par l’expérience des actions gouvernementales en Russie et ailleurs, et en faisant des hypothèses raisonnables sur le multiplicateur d’investissement de l’économie russe, que la baisse du PIB pour l’année 2022, actuellement prévue autour de -7, 4%, est réduit de 2% à 4%, ce qui donnerait donc une baisse de -5,4% à -3,4%.

Dans les années suivantes, selon les auteurs du bulletin n. Compte tenu du faible niveau actuel de la dette intérieure, cette source peut financer une part importante de la restructuration économique. Les collègues de l’IPE-ASR concluent ainsi :

« Malgré la complexité de la situation actuelle, l’économie russe dispose d’un potentiel de croissance, basé principalement sur la taille du marché intérieur et les facteurs de croissance existants. La présence de ce potentiel nous permet de nous fixer pour tâche de parvenir à une dynamique économique positive dès 2023 et de surmonter les principales conséquences négatives de la crise actuelle dans la période allant jusqu’en 2025-2026 »[13].

[2] https://worldoil.com/news/2022/5/24/saudi-arabia-says-it-s-done-all-it-can-for-the-oil-market/

[3] https://worldoil.com/news/2022/5/23/russia-s-seaborne-crude-oil-exports-keep-coming/

Quelle est la force militaire de la Russie ?

[4] https://worldoil.com/magazine/2022/april-2022/columns/oil-and-gas-in-the-capitals-casualties-of-war/

[5] https://expert.ru/expert/2022/20/memorandum-suvrennogo-rosta/?mindbox-click-id=960284c6-e235-476c-91ee-6c49216c88c0&utm_source=email&utm_medium=анонс_;ксampaign= utm_campaign = 47_2020 & amp; utm_content = неактивные

Est-ce que l’armée russe est puissante ?

[10] https://expert.ru/expert/2022/20/memorandum-suvrennogo-rosta/?mindbox-click-id=960284c6-e235-476c-91ee-6c49216c88c0&utm_source=email&utm_medium=анонс_;ксampaign= 47_2020 & amp; utm_content = неактивные

Pourquoi la Russie est si puissante ?

7ème puissance militaire mondiale Notre puissance militaire, avec un budget de 41 milliards d’euros (près de 2% de notre PIB), nous place au 7ème rang mondial, loin derrière les Etats-Unis. La Russie compte 850 000 soldats actifs, ainsi qu’une réserve de 250 000 hommes et femmes, selon le site Internet Global Fire.

Quelle est l’armée la plus forte d’Europe ?

Quelle est la puissance militaire russe ? La Russie est la deuxième plus grande puissance militaire au monde (non nucléaire) après les États-Unis selon le classement GFP.

Quels sont les atouts de la Russie ?

Sur le papier, la Russie est la deuxième puissance militaire du monde.

Bien que la Russie ne soit plus l’une des grandes puissances économiques mondiales comme elle l’était au temps de l’Union soviétique, elle reste l’une des économies les plus importantes au niveau international (11e en 2020), avec des ressources naturelles sans précédent, une population de plus de 140 millions d’habitants. habitants, compétences…

Pourquoi la Russie est si puissante ?

La Russie se classe au premier rang des États européens en termes de puissance militaire, devant la France, le Royaume-Uni, l’Italie et la Turquie. Les pays les moins puissants du continent sont le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine et l’Albanie.

Quel est l’atout le plus important pour la Russie aujourd’hui ?

a) Avantages et contraintes L’immensité du territoire lui permet de disposer de ressources énergétiques telles que le pétrole, le gaz et le charbon, mais aussi de ressources minérales telles que le cuivre, le fer, l’or et les diamants.

Quels sont les atouts de la puissance russe ?

Quelle richesse en Russie ? 12e : Russie, 1,703 milliard de dollars.

Pourquoi la Russie est une puissance pauvre ?

Bien que la Russie ne soit plus l’une des grandes puissances économiques mondiales comme elle l’était au temps de l’Union soviétique, elle reste l’une des économies les plus importantes au niveau international (11e en 2020), avec des ressources naturelles sans précédent, une population de plus de 140 millions d’habitants. habitants, compétences…

Aujourd’hui, la Russie dépend de ses ressources naturelles. La taille même de la Russie est un avantage : le pays est doté de ressources naturelles impressionnantes.

Pourquoi Russie PIB faible ?

L’énergie, un levier de puissance considéré comme la grande ressource de la Russie. Aux yeux du gouvernement russe, l’économie est l’une des grandes forces structurantes des relations internationales et l’un des principaux atouts de la Russie.

Est-ce que la Russie est une puissance ?

Cette dépendance technologique a des origines lointaines, même à l’époque soviétique, car – si l’URSS exportait plus de machines et de machines-outils en nombre qu’elle n’en importait – la valeur de ces importations dépassait de 7 voire 10 fois la valeur de ses exportations de machines.

Related posts

Club de l’économie du « Monde » : « La sobriété s’imposera »

7 mois ago

Poumon économique

5 mois ago

Comment l’économie russe résiste au choc des sanctions

1 mois ago
Quitter la version mobile