En 2018, Safran Electronics & amp; La défense avait remporté le Furious Science and Technology Project (PST) de la Direction générale de l’armement (DGA), dans le but de développer trois robots de démonstration. Après le dernier effort de terrain, la DGA a récemment attribué un nouveau volet de contrat dit « volet option » du programme FURIOUS (FUturs Innovative Robotic Systems as AIMS pour aider les marins et les soldats épuisés).

Safran Electronics & amp; La Défense, l’une des principales organisations de Safran, est un leader mondial de l’optronique, de l’avionique, de l’électronique et des logiciels spécialisés pour les marchés civils et de défense. Il orne plus de 1 000 navires, vingt-cinq mille véhicules et dix mille avions dans le monde.

Ses connaissances lui permettent d’améliorer les forces autonomes des plateformes terrestres (robots) et aérospatiales (droniques) : planification et conduite automatiques, navigation et géolocalisation, environnement visuel 3D sémantique, traitements basés sur l’IA, logiciels électroniques et spécialisés.

Le programme FURIOUS

Le programme FURIOUS

Dans le cadre du projet FURIOUS, qui a abouti au succès de la formation des pilotes de Safran à la guerre urbaine (camp militaire de Sissone), l’entreprise a été amenée à « travailler sur un concept modulaire, matériel et logiciel, visant à fournir n’importe quelle puissance mondiale. A voir aussi : L’épaule robotique peut « entraîner » les cellules tendineuses pour améliorer la flexion., occupée ou occupée . »

Ce bâtiment est installé sur trois plateformes du système FURIOUS.

Pour mener à bien cette première étape, Safran Electronics & amp; La sécurité est entourée des PME Effidence, Kompai, Sominex, Technical Studio et 4D Virtualiz. Il a également travaillé avec de grands laboratoires de robotique français : CNRS, Institut Pascal, IRSTEA, LORIA, Mines de Paris ainsi qu’un siège sur un soldat supplémentaire, logé au sein du laboratoire de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint. -Cyr Coëtquidan en 2017.

Le PST Furious consiste à concevoir trois robots d’affichage de tailles différentes, conçus pour différentes missions dans un large éventail d’endroits. Le plus gros des trois robots est le Rider, un 4×4 multimission indépendant développé par Safran Electronics & amp; Protégé en partenariat avec Valeo et PSA en 2016, il pourrait, par exemple, transporter des blessés et du matériel. Les deux autres sont équipés de vers et de petits, le plus grand peut monter les escaliers, ouvrir les portes et ainsi explorer les bâtiments. Les trois robots ont une balle réoptronique.

Rhône. Robot, numérique : le Sido est prêt à plonger dans la Tech du futur
Ceci pourrez vous intéresser :
La 8e édition du Sido aura lieu les 14 et 15 septembre…

La tranche optionnelle

Ce nouveau composant vise à optimiser la conception du système FURIOUS et permettre au robot de travailler plus dur (suivi du chemin, répétition des étapes, respect des consignes et indépendance des objectifs, etc. Voir l’article : Bourg-Argental. Le concours de robotique a réuni trois Collèges de la Loire.) pour évoluer dans des environnements complexes et non structurés.

C'est le micro-robot le plus rapide au monde
A voir aussi :
C’est un événement qui a récemment bouleversé le micromonde des robots :…

Anticiper les futurs programmes

Safran Electronics & amp; La défense a démontré la valeur et la fiabilité de ses solutions dans le cadre de programmes concrets tels que FURIOUS ou iMugs, un programme similaire sponsorisé par le Fonds européen de la défense, lancé en 2020.

« L’accent mis sur l’apport opérationnel est apporté par la facilitation des tâches dans de multiples scénarios applicatifs, l’importance d’une logique d’ajout et de basculement vers des solutions modulaires flexibles (kits) permet de penser à l’ouverture immédiate de projets de développement sur des briques clés, ainsi préparer les plans futurs. »

Le lancement de la Force Vulcain par l’état-major des armées (EMAT), avec pour objectif « d’envisager l’intégration de robots à intelligence artificielle en zone de guerre » vers 2040 est, pour Safran, un signal fort adressé aux acteurs de terrain. Les premières unités pilotes devraient être opérationnelles d’ici 2030.