FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Robotique

Robot Cuma : est-il techniquement et économiquement pertinent ?

Mis à jour le 11 juillet 2022 à 20h19

La marque Occitanie investit dans l’expérimentation de solutions robotiques avec cuma. Robot agriculteur pour le travail, robot porteur d’outils dans les cultures, démonstrations, tests et manipulations, réflexion avec les groupes sur le partage d’un robot en collectif… Précurseurs ou en partenariat, de nombreuses actions ont été initiées par le cuma et le sien compagnons en Occitanie.

La robotique est en plein développement dans le secteur agricole et suscite de fortes interrogations et attentes. La robotique pourrait être notamment une réponse pour réduire l’utilisation des herbicides en agriculture et optimiser l’organisation du travail. Cependant, l’intégration d’un robot dans le parc d’équipements pose de nombreuses questions d’ordre technique et sur l’organisation du travail : manutention, performance de l’outil, aménagement des parcelles, efficacité du chantier, maintenance, transport, coût d’usage. , etc.

Robot en cuma: des démonstrations pour se préparer

Acteurs incontournables pour l’accompagnement et la diffusion des innovations, les cumas sont des espaces pertinents pour tester ce type d’équipements. Depuis deux ans, le réseau Cuma d’Occitanie s’est engagé dans la technologie. De plus, il organise des démonstrations de l’équipement sur le terrain. Notamment deux journées d’innovation, en septembre 2020 en cultures rurales, et en mai 2021 en viticulture. Sur le même sujet : Accenture : la présence robotique du Canada. Des événements qui ont rassemblé près de 1000 visiteurs. Un succès qui montre que les nouvelles technologies et la robotique attisent la curiosité. Ces journées permettent également des partenariats avec des producteurs, notamment VitiBot et AgroIntelli. Mais aussi pour identifier l’intérêt d’expérimenter ces solutions.

Chaque année, le réseau Cuma d’Occitanie organise une vingtaine de manifestations et journées techniques de vulgarisation des techniques agricoles innovantes et de diffusion des nouvelles technologies en agriculture. Pour plus d’informations, contactez votre fédération départementale et suivez-nous sur Facebook ‘Fédération Régionale des cuma Occitanie’.

Lire aussi :
Pourquoi la Chine est avec la Russie ? Le rapprochement sino-russe a…

Première approche d’un robot en cuma

Après une démonstration du robot Bakus de VitiBot en mars 2021, arrivé à Gaillac pour la première fois, la commune de Mailhoc (Tarn) a expérimenté l’installation d’un robot pour l’entretien du vignoble dans le cadre du projet régional Agri’Num* . Les objectifs étaient d’évaluer la technologie, de calculer le coût d’utilisation collective et la pertinence économique de ce type d’outils, et d’évaluer la faisabilité de partager un robot commun. A voir aussi : Noidans-lès-Vesoul. Cinq trophées remportés au concours de robotique.

Une première réflexion avec le groupe a été organisée pour caractériser leurs pratiques actuelles en matière de labour et de tonte (outils utilisés, nombre de passages effectués dans la saison, nombre de personnes mobilisées, consommation de carburant, etc.). Objectif : définir le nombre d’hectares et d’heures de travail pour l’utilisation du robot, ainsi que la période. Une journée d’essai avec cuma en juillet 2021 a permis aux membres de se familiariser avec le robot.

Les premières impressions sont positives, même s’il reste encore des obstacles techniques et économiques à surmonter.

Voir l’article :
Des chercheurs italiens ont présenté un bras robotique composé de très petits…

Un projet de trois ans pour tester un robot

Par ailleurs, le fruit d’Occitanie est partenaire du projet Duravitisol. Un projet porté par l’Institut Français de la Vigne et du Vin pour une durée de trois ans. Son objectif est de trouver des solutions durables en viticulture pour une gestion des sols sans herbicides.

Une des actions concerne la mise en place de la robotique. Solution intéressante pour l’entretien des sols, l’exercice mécanisé libère du temps de travail. Principal frein aujourd’hui à l’adoption d’alternatives au désherbage chimique. Les technologies sont techniquement parfaites, mais elles sont encore très coûteuses à utiliser. Notamment à cause de son prix d’achat et de la difficulté d’amortir l’investissement sur de grandes surfaces.

Le projet vise également à développer une démarche participative, associant des viticulteurs membres de la communauté, pour définir le cahier des charges dans lequel ils peuvent utiliser un robot de désherbage collectif et évaluer les performances du matériel dans cette situation : cadence de travail, efficacité, logistique pour mettre en œuvre pour les changements de tracé, etc.

Deux ou trois territoires pilotes seront ciblés dans le Tarn, l’Aude et l’Hérault. L’expérimentation débute en 2022 avec la cuma tarnaise de Mailhoc.

L’efficacité du désherbage, le temps d’astreinte pour la gestion et la maintenance du robot, les coûts d’utilisation, la surface maximale d’engagement en cum, etc. Il s’agira de caractériser les performances technico-économiques du robot et de définir la gestion collective autour de cette matière. L’expérimentation permettra de dresser un bilan de l’utilisation d’un robot cuma en se basant sur le retour d’expérience du groupe de vignerons.

Le réseau cuma d’Occitanie partenaire du Fira

La frcuma Occitanie est également partenaire du Forum International de la Robotique Agricole (Fira) depuis sa création en 2017. Evènement incontournable de la robotique en agriculture, le salon permet de découvrir les nouvelles solutions du marché, de rencontrer les producteurs et partenaires collaborateurs. pour développer ce secteur. Le Fira se déroule chaque année à Toulouse et propose trois jours : des débats, des tables rondes, des ateliers scientifiques et un espace d’exposition.

Un nouveau format est prévu pour la prochaine édition. Précédemment organisée début décembre, l’Exposition universelle se tiendra à la fin de l’hiver 2023 en intégrant une nouvelle dimension avec des démonstrations de robots sur le terrain, organisées avec le concours du réseau cuma d’Occitanie.

Essai 2022: simuler l’arrivée d’un robot dans une cuma

C’est notamment lors de la Fira qu’une collaboration avec le constructeur AgroIntelli s’est forgée. Ce fabricant danois propose un robot outil de transport pour grandes cultures (Robotti). Il avait été invité à participer à la journée de l’innovation du 22 septembre 2020 à Saint-Paul-de-Baïse dans le Gers. Pour pouvoir présenter les retours d’une foule lors de l’événement, le robot devait semer le maïs au printemps et le biner quelques semaines plus tard.

Malheureusement, la fermeture des frontières due au Covid avait empêché la réalisation de ce test. Le lendemain, une démonstration exclusive du robot avec quelques agriculteurs de la région de Rozès pourrait également être organisée. Après une présentation détaillée du robot, les agriculteurs ont pu observer la réalisation d’une semence de blé. L’occasion d’échanger avec le constructeur et de comprendre le fonctionnement du robot et les prérequis. Par ailleurs, la frcuma Occitanie a présenté son étude du prix du robot par rapport à l’utilisation d’un tracteur et de semence. Les premières impressions étaient vraiment très bonnes et les agriculteurs ont voulu essayer l’outil en une saison.

Observer le robot en conditions réelles

Le test est reconduit au printemps 2022. Il s’agit de simuler l’arrivée d’un robot au sommet du Rozès. Après avoir démarré l’outil avec le groupe, le robot sèmera du soja pour deux ou trois agriculteurs début mai. L’occasion d’observer le robot en conditions réelles et d’évaluer la faisabilité du partage de l’outil. Une séquence d’échanges autour du coût d’utilisation et de la pertinence économique du robot est attendue à l’issue du test.

Assurance obligatoire pour les robots ?

Test vidéo du robot AgroIntelli avec des plants de blé.

Performances, prix et disponibilité : ce qu’il faut savoir sur l’AgBot.

*Projet régional AgriNum (2020-2022), porté par la Chambre d’agriculture d’Occitanie et mis en œuvre par six chambres départementales d’agriculture, frcuma Occitanie, Idèle et lycées agricoles. L’objectif est de favoriser l’utilisation des nouveaux outils numériques par les groupements d’agriculteurs.

La CUMA offre aux agriculteurs un cadre propice au partage et à l’échange de bonnes pratiques. Un lieu de formation et de diffusion des nouvelles pratiques. Un cadre légal qui garantit le bon fonctionnement de la structure et l’entente entre les membres. Gestion démocratique.

Comment radier une entreprise agricole ?

La déclaration de cessation d’activité doit être adressée au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de la Chambre d’Agriculture dont dépend l’entreprise. Il est également possible de remplir sa déclaration en ligne, directement sur le site de la chambre d’agriculture.

Quel document pour la cessation d’activité ? Le formulaire de déclaration de radiation de l’entreprise (formulaire M4) doit être rempli et déposé ou envoyé par voie postale ou en ligne au centre de formalité commerciale (CFE) dont dépend l’entreprise en fonction de l’activité exercée.

Où envoyer le p4 agricole ?

La déclaration de résiliation doit être adressée au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) dont dépend l’entreprise. Il est également possible de remplir votre déclaration de désinscription en ligne, directement sur le site de la CFE.

Comment arrêter une entreprise agricole ?

Tout agriculteur qui a l’intention d’arrêter son activité agricole doit en informer l’autorité administrative. Cette déclaration permet de connaître les opérations à reprendre et facilite leur prise en main pour les nouveaux opérateurs.

Comment arrêter l’activité d’une société ?

C’est donc à la CFE que vous devez adresser votre déclaration de cessation d’activité, en utilisant le Cerfa n° 11685*02 si vous êtes chef d’entreprise (SARL ou SA par exemple) ou le Cerfa n° 11679*04 pour une entreprise individuelle.

C’est quoi la Cuma ?

Les 13 100 Coopératives d’Utilisation de Matériels Agricoles (CUMA) regroupent des agriculteurs qui investissent dans du matériel et s’organisent pour utiliser ce matériel sur leur exploitation, employant éventuellement du personnel.

Comment faire un Cuma ? La création de Cuma doit être prouvée par un acte authentique ou un acte sous seing privé signé par tous les souscripteurs du capital social. Déposer une demande d’immatriculation de Cuma au greffe du tribunal de commerce. Demander l’agrément du Conseil Supérieur de la Coopération Agricole.

Qui peut adhérer à une Cuma ?

Peuvent adhérer toutes les personnes physiques ou morales qui ont la qualité d’agriculteurs ou qui ont des intérêts agricoles dans le domaine de compétence de la CUMA.

Comment arrêter une Cuma ?

Il n’est pas possible de quitter la CUMA pendant la période d’engagement. « … sauf cas de force majeure dûment justifié et soumis à l’appréciation du conseil d’administration… (article 9, alinéa 1er) Ce dernier apprécie les motifs invoqués à l’appui de la demande de démission pendant la période d’engagement

Quel statut pour une ETA ?

D’un point de vue juridique et social, vous serez considéré comme un opérateur, un entrepreneur individuel. Ce statut vous protège car il vous permet de protéger votre patrimoine personnel en le séparant de votre patrimoine professionnel, quelle que soit l’activité exercée.

Quels sont les différents états agricoles ? Statut juridique d’une ferme

Qu’est-ce qu’un ETA agricole ?

L’entreprise d’emploi agricole (ETA) dispose des équipements et du personnel pour offrir des services aux agriculteurs, éleveurs, entreprises agro-alimentaires de première transformation, etc.

Comment devenir ETA ?

Comment devenir entrepreneur agricole (ETA) ? Pour devenir un ETA, tout ce que vous avez à faire est d’obtenir votre licence. Pour cela, rendez-vous dans l’onglet Matériaux, puis dans le menu déroulant ETA, cliquez sur Définir mes tarifs. Il vous suffit d’acheter votre licence pour 5000 euros virtuels.

Quelle est l’utilité d’une Cuma ?

C’est une forme de société coopérative agricole qui permet aux agriculteurs de mettre en commun leurs ressources pour acquérir du matériel agricole. Cuma doit fournir du matériel à ses membres lorsque ceux-ci s’engagent à les utiliser.

Qui peut rejoindre un Cuma ? Peuvent adhérer toutes les personnes physiques ou morales qui ont la qualité d’agriculteurs ou qui ont des intérêts agricoles dans le domaine de compétence de la CUMA.

Related posts

La robotique est un signe de puissance économique

1 mois ago

Amazon présente Proteus avec son premier robot d’usine 100% autonome

5 mois ago

Ce crabe est le plus petit robot marcheur du monde

6 mois ago
Quitter la version mobile