La Section Santé du Conseil National de la Reconstruction a été installée lundi 3 octobre au Palais des Congrès du Mans. Tout au long de la journée, élus, soignants, représentants de patients, ainsi que le ministre de la Santé François Braun et Agnès Firmin Le Bodeau, ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire et des professions de santé, ont écouté les premières propositions des acteurs de terrain. L’objectif de cette grande concertation, qui va se poursuivre dans d’autres départements : améliorer le système de santé français et affronter, au plus vite, la désertification médicale galopante.

« Il ne s’agit pas de répéter les constats », a confirmé le ministre de la Santé, qu’il a indiqué à France Bleu Maine le vendredi 30 septembre. « Le diagnostic, on le connaît. C’est courant », a rappelé François Braun. « Nous devons parler de solutions, pas de problèmes. » Et cela, alors qu’environ un Sarthois sur cinq n’a pas de médecin, comme environ 6 millions de personnes en France.

Gagner du temps avant l’arrivée du SAMU 

Parmi les innovations sarthoises évoquées aujourd’hui, qui peuvent servir d’exemple, figure l’innovation des équipes médicales d’urgence : l’EPMU. La Sarthe en compte trois en zone rurale. A voir aussi : Brest. Premier diplômé d’une nouvelle profession de santé. Ce sont quelques types de SAMU avancés. Un duo de soignants et d’infirmières, en contact téléphonique avec un médecin urgentiste, prend en charge une personne en danger de mort et prodigue les premiers soins avant l’arrivée d’une ambulance ou d’un hélicoptère.

Un an et demi après et l’installation de la première équipe à Château-du-Loir, ce système fonctionne bien, assure son initiateur. A tel point que le Dr Joël Pannetier est consulté par de nombreux confrères. « J’ai dû être appelé par une trentaine de Samuis en France, et j’ai même affaire à des collègues, notamment en Vendée ou en Dordogne. Nous travaillons main dans la main. Pas une semaine ne se passe sans un appel d’un collègue. Nous diffusons tous nos documents sans aucune restriction, car l’idée est que notre expérience puisse être utile à d’autres », explique le directeur médical adjoint du SAMU Le Mans.

Le guide de l'étudiant, partie 2 : la santé, une étape incontournable
Ceci pourrez vous intéresser :
Afin d’être bien pris en charge et de ne pas perdre de…

« Ils ont de très bons résultats »

Lui-même urgentiste il y a quatre mois, le ministre de la Santé est bien conscient de cette innovation sarthoise. L’intention est de se généraliser dans le cadre de la refonte du système de santé, confirme François Braun. « Nous en parlons dans la communauté de la médecine d’urgence depuis des années. Sur le même sujet : Qu’est-ce que l’accès à la santé demain ?. Ils ont de très bons résultats. Ils ont montré que nous avions 20 minutes ou 25 minutes après l’arrivée de l’équipe de réanimation. C’est donc typiquement quelque chose qu’il faut maintenant encadrer d’un point de vue réglementaire et permettre à d’autres territoires de l’utiliser ». Dans la Sarthe, après Château du Loir, Saint-Calais et Le Bailleul, une quatrième équipe médicale d’urgence sera bientôt constituée à La Ferté-Bernard.

Santé mentale : le centre de santé de Lamballe-Armor a ouvert un nouveau centre de conseil
A voir aussi :
Qu’est-ce que l’hospitalisation complète ? Hospitalisation à temps plein ou hospitalisation adéquate.…