L’accès à l’énergie en Afrique, où 600 millions de personnes vivent sans électricité, a encore baissé depuis le Covid, et pourtant d’ici 2030 l’ensemble du continent pourrait être équipé des énergies propres nécessaires au prix de quelques terminaux gaziers, l’Agence internationale de l’énergie (AIE ) c’est noté.

Depuis 2021, l’Afrique compte 25 millions de personnes supplémentaires sans électricité : la pandémie puis la crise ont mis fin à dix années de progrès, note l’Africa Energy Outlook 2022 de l’AIE. « Nous avions vu beaucoup d’évolutions positives au Ghana, au Kenya , Rwanda… mais « la tendance s’inverse. Environ 4% d’Africains de plus vivent aujourd’hui sans électricité par rapport à 2019 », a déclaré Fatih à l’AFP. Birol, directeur de l’Agence. « Et quand j’attends avec impatience 2022, avec les prix élevés de l’énergie et le fardeau économique que cela signifie pour les pays africains, je ne vois aucune raison d’être optimiste. »

Selon l’AIE, l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’expansion des réseaux électriques et des capacités renouvelables sont à la base de l’avenir énergétique du continent. Elle possède 60% des ressources solaires mondiales, mais n’abrite que 1% des centrales photovoltaïques, plus petites que les Pays-Bas.

Les énergies renouvelables, avec l’éolien, les barrages et la géothermie, devraient représenter 80% de la capacité électrique installée d’ici 2030, tant pour les objectifs énergétiques que climatiques, souligne le Scénario Afrique durable de l’AIE.

Mais pour cela, il faudra « doubler l’investissement », précise M. Birol. « Les institutions financières internationales, en particulier les banques multilatérales de développement, doivent recevoir un mandat fort des pays pour faire de l’Afrique une priorité absolue (…) capable d’attirer des capitaux privés ».

Aujourd’hui, l’Afrique ne reçoit que 7% des financements de l’énergie verte apportés par les économies avancées aux pays en développement, insiste l’économiste.

Mais « cette question peut être résolue avant la fin de cette décennie avec un investissement annuel de 25 milliards de dollars, la somme nécessaire pour construire un nouveau terminal méthanier chaque année », précise-t-il. « On lit tous les jours dans le journal qu’un pays construit un terminal méthanier, un autre un autre un autre terminal… Avec la même somme, on pourrait régler le problème énergétique en Afrique pour que tout soit à portée de main. »

Plus inattendu dans le cadre d’un appel général à la décarbonation, l’AIE souligne également le rôle potentiel du gaz, mais uniquement pour un usage transitoire et national.

« L’Afrique possède plusieurs gisements de gaz naturel identifiés qui n’ont pas encore été exploités. S’ils l’étaient, cela rapporterait 90 milliards de m3 par an pour produire des engrais agricoles, du ciment et de l’eau potable à partir de l’eau de mer », expliquent de nombreuses industries énergivores, explique Fatih Birol. . « L’Afrique représente moins de 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si ce gaz était exploité, il tomberait à moins de 3,5% alors qu’il représente 20% de la population humaine ».

« Pour le gaz comme pour tout, on ne peut pas mettre l’Afrique dans le même panier que les autres », poursuit l’économiste. « L’urbanisation, par exemple : 70 millions de lotissements doivent être construits d’ici 2030. Cela signifie du ciment et de l’acier, et vous pouvez le faire non seulement avec l’énergie solaire » au niveau actuel.

D’autre part, la transition mondiale vers l’énergie verte est prometteuse.

Ayant été largement exposé à l’ère des énergies fossiles – tant par leur coût que par leur rôle dans le réchauffement climatique – le continent pourrait figurer parmi les « premiers bénéficiaires » de ce nouveau chapitre avec son potentiel solaire et le potentiel industriel associé aux besoins de métaux et d’hydrogène vert, souligne l’AIE.

40% des réserves mondiales de métaux stratégiques s’y trouvent, ce qui sera crucial pour équiper des voitures électriques ou des rotors d’éoliennes.

« Et il y a d’énormes stocks qui ne sont toujours pas découverts », ajoute le directeur de l’AIE. « Mais tout cela nécessitera de nouvelles études géologiques, des gouvernements forts et tout faire pour minimiser les impacts sociaux et environnementaux » des activités minières.

Quant à l’hydrogène issu de l’électricité renouvelable, il sera très recherché dans le monde pour décarboner l’industrie et les transports lourds.

Mais d’ici 2030, l’hydrogène renouvelable produit en Afrique sera moins cher que celui produit en Europe, frais de transport compris, estime Fatih Birol, qui espère qu’enfin, « la COP27 en Egypte (en novembre, ndlr) mettra les progrès énergétiques de l’Afrique » au premier plan. cœur des débats ».

Quel est le plus populaire en Afrique ?

ClassementMonde 7
1
PaysNigeria
Population195,87 millions

Quel est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique ? Avec une population estimée à 100 millions d’habitants en 2017, l’Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique. Sur le même sujet : Moins de 20 ans et déjà innovateurs. Comme la plupart des pays africains, l’Éthiopie compte de nombreux jeunes et une importante population rurale.

Quel est le meilleur pays d’Afrique 2021 ?

Quel est le plus beau pays d’Afrique en 2021 ? La Tanzanie reste en tête de nombreuses listes liées au tourisme. Voir l’article : Le web : terrain du video mapping. Ses destinations balnéaires, telles que Zanzibar et Pemba, possèdent certaines des meilleures plages et sites de plongée au monde.

Quels sont les 10 pays les plus peuplés d’Afrique ?

La liste des 10 pays les plus peuplés d’Afrique

  • Nigeria. Situé en Afrique de l’Ouest, le pays compte près de 187 millions d’habitants. …
  • Ethiopie. …
  • L’Égypte, l’un des pays les plus peuplés d’Afrique. …
  • République Démocratique du Congo. …
  • Tanzanie. …
  • Afrique du Sud. …
  • Kenya. …
  • Soudan.
Le scanner de l’innovation “Objets”
Sur le même sujet :
Le monde en 3D dans vos smartphones   La 3D, ce n’est…

Quels sont les 10 pays les plus peuplés d’Afrique ?

La liste des 10 pays les plus peuplés d’Afrique

  • Nigeria. Situé en Afrique de l’Ouest, le pays compte près de 187 millions d’habitants. …
  • Ethiopie. …
  • L’Égypte, l’un des pays les plus peuplés d’Afrique. …
  • République Démocratique du Congo. …
  • Tanzanie. …
  • Afrique du Sud. …
  • Kenya. …
  • Soudan.

Quel pays est le plus peuplé d’Afrique en 2022 ? Les États les plus peuplés d’Afrique sont le Nigéria, l’Éthiopie, l’Égypte, la République démocratique du Congo et la Tanzanie. Les pays les moins peuplés du continent sont les Seychelles, Sao Tomé et Principe, le Cap-Vert, le Sahara Occidental et les Comores.

Sur le même sujet :
Publié le 25/09/2022 20:42 Mis à jour le 25/09/2022 20:42C. Becwort, M.…

Quel est le pays qui consomment le plus d’énergie par habitant ?

La Chine et les États-Unis sont les deux pays au monde les plus consommateurs d’énergie : Ils représentaient respectivement 23,5 % et 15,3 % de la consommation mondiale d’énergie primaire (1) en 2019, selon les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). . .

Pourquoi on dit Afrique noire ?

L’Afrique subsaharienne a par le passé – et souvent encore aujourd’hui – été appelée « Afrique noire » par les Européens et les Arabes car peuplée de personnes à la peau noire, mais cette terminologie est fondamentalement idéologique. L’étude géographique de l’Afrique remonte aux Grecs, mais « les écrivains arabes […]

Qui a créé le nom Afrique ? Selon Michèle Fruyt, le terme Afrique est apparu dans les langues européennes par les intermédiaires romains, qui désignaient ainsi la partie nord du continent car l’Afrique en Campanie qualifiait le vent pluvieux qui venait de la région de Carthage.

Quels sont les pays de l’Afrique noire ?

Voici les 15 pays sélectionnés par Coface dans son rapport : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Namibie, Mozambique, Nigeria, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal et Tanzanie.

Quel est le pays le plus ancien de l’Afrique ?

Dans le riche décor de ses églises et dans son imagerie populaire, l’Éthiopie célèbre des traditions qui font remonter ses lointaines origines au royaume de Saba.