Le 16 juin, 20 Minutes sortait 20 Mint, son édition dédiée au Web 3 et aux métaverses. Le 28 juin, Filippi’s Primavera, chercheur au CNRS et au Berkman-Klein Center de Harvard, a prononcé un discours liminaire sur le métaverse lors d’événements USI. Pour pousser la réflexion, nous sommes allés lui poser quelques questions.

Le sommaire

Vous êtes engagée à l’Open Knowledge Foundation, qui vise à promouvoir des connaissances et des données ouvertes, vous êtes membre de l’association Creative Commons, qui œuvre à offrir des solutions plus ouvertes que la propriété intellectuelle… En quoi la blockchain et le Web 3 peuvent-ils aider à la promotion d’une culture du libre ?

Dans l’internet d’aujourd’hui, ce sont les plateformes qui contrôlent les ressources. Aujourd’hui, si je poste sur Twitter ou Facebook, je crée de la valeur pour eux mais je n’obtiens rien au contraire. La blockchain permet de développer des systèmes de récompense pour nos productions numériques. Voir l’article : L’application d’identité numérique sera bientôt visible. Sur le Web 3, vous pouvez créer un système de jetons (un jeton est un jeton, monétaire ou non, publié sur une blockchain) où, parce que j’ai créé quelque chose, j’obtiens autre chose en échange – de la finance si on adopte une méthode de récompense financière, le droit de participer au domaine de la plateforme si nous adoptons la perspective des organisations autonomes décentralisées, etc. Le Web 3 prend la forme d’une propriété sur nos œuvres et permet une intermédiation très intéressante.

NFT, intelligence artificielle... Comment la révolution numérique transforme le monde du vin
Ceci pourrez vous intéresser :
Nous n’avons plus de cave dans la maison, mais deux ou trois…

N’y a-t-il pas opposition entre la recherche de communs gérés grâce à des réseaux décentralisés et les applications les plus visibles de la blockchain, crypto-actifs, NFT, qui semblent précisément liées à l’expression d’un droit de propriété sur des éléments jusque-là partageables ?

Le problème est plutôt spéculatif. Le grand défi avec la communauté créative est leur modèle économique : les artistes qui utilisent ces licences et veulent vivre de leur art doivent faire confiance au monde réel – en organisant des concerts, en vendant du merchandising – ou utiliser des licences non commerciales pour obtenir des financements. . . de leurs droits d’auteur. Cependant, avec la blockchain, les NFT permettent de vendre des copies. Voir l’article : La Maison de la culture et de l’innovation numérique se dévoile. C’est la révolution : n’importe qui peut vendre et échanger des copies d’œuvres numériques, tandis que l’artiste conserve sa propriété intellectuelle. C’est comme les livres : n’importe qui peut acheter une version du texte, mais l’auteur conserve ses droits sur celui-ci. Et si l’on veut une version authentifiée et signée de la création, alors on se rapproche du modèle des photographies ou des lithographies qui sont vendues en plusieurs exemplaires, mais dont seul un nombre limité sont numérotés et signés.

En fait, les NFT permettent la création d’un système où le contenu peut circuler librement, mais où les artistes peuvent détenir des droits sur les copies numériques et rester maîtres du travail de l’esprit. Beeple, par exemple, est un artiste creative commons : ses œuvres sont accessibles à tous. Mais ce que les gens semblent vouloir absolument, c’est l’exemplaire unique signé par Beeple, au point de le débourser 69 millions de dollars. C’est très bon pour l’artiste, et cela n’affecte pas la liberté de diffusion, ni celle de réutilisation, etc.

Selon vous, qu’est-ce que le crash crypto en cours dit de la confiance dans la technologie, dans l’univers web3 ?

A mon avis, le krach reflète avant tout les problèmes de financement de l’environnement. C’est une question de confiance que les gens s’accordent entre eux : si on s’attend à ce que nos voisins vendent leurs crypto-actifs, alors on vend les nôtres un peu plus tôt et ainsi de suite… Mais ça ne montre rien de particulier sur la technologie elle-même, c’est seulement une bulle spéculaire qui a éclaté. Ce que ce krach révèle surtout, c’est la fragilité de certains systèmes dans le domaine de la finance décentralisée (DeFi). Nous avons remarqué qu’ils étaient très bien construits pour les périodes de hausse des prix, mais qu’ils ne savaient pas faire face aux chutes soudaines. Cela arrange les choses, mais c’est vraiment un problème d’application, pas un problème de technologie.

Certaines applications du Web 3, des jeux vidéo comme Axie Infinity, ont donné l’impression qu’ils pouvaient aider des personnes défavorisées à sortir de la pauvreté, mais les hacks et le crash actuel n’ont fait qu’aggraver la situation de ces personnes. Comment, dans ce cas-là, envisager le Web 3 comme un espace de libération ? Ne risque-t-il pas plutôt d’aggraver des inégalités ?

Libération, inégalités… C’est comme internet, les deux sont possibles. La question fondamentale est celle de l’adoption : qui se penchera sur la blockchain, qui cherchera à en exploiter le potentiel, et dans quelle direction iront leurs applications ? Internet, par exemple, ne peut pas tout critiquer : il a permis une véritable démocratisation de l’information. D’un côté, c’est excellent, mais dans d’autres espaces, il y a fraude, manipulation, c’est incontournable. Pour le Web 3 et le métaverse, c’est la même chose. Il s’agit avant tout de : « comment s’assurer d’aller dans les deux sens ? »

Pour l’instant, force est de constater qu’il existe des avantages qui attirent de nouveaux joueurs. Il est d’ailleurs un peu ironique d’avoir ces mondes numériques théoriquement infinis qui permettent l’abondance et le partage, et que la première utilisation qu’on y trouve soit de créer une rareté, une possession, une exclusivité artificielles. Nous devrions explorer les nouvelles catégories que ces technologies nous offrent, inventer de nouvelles façons de participer et de partager plutôt que de tracer les mêmes frontières que celles du monde physique dans les métaverses. Mais les deux pôles sont liés : ce sont aussi les bénéfices qui font bouger les choses. Une fois que nous aurons atteint une adoption plus large des blockchains, nous pourrions voir émerger de nouvelles applications.

Si l’adoption est guidée par des questions d’accumulation du profit, comment faire pour que le Web 3 ne ressemble pas dès le début au « Web 2 », dont une grande partie de la valeur monétaire est captée par un faible nombre d’acteurs ?

En parlant avec les fondateurs de l’internet actuel, des gens qui militent pour une culture libre, je vois que beaucoup sont contre la blockchain. Mais c’est dommage ! Ce sont eux qui devraient capter ces technologies ! Je pense que c’est à cause de cette image hypercapitaliste, de cette aura de spéculation, qu’ils réagissent ainsi. Mais juste parce qu’ils travaillent sur des choses communes, ils devraient aller dans Web3, métaverse, et créer les applications qu’ils veulent y voir. Il y a des communautés super intéressantes, comme DADA, un collectif d’artistes qui a lancé les NFT en 2017 et qui songe à créer une « économie invisible », histoire d’échapper à la logique spéculative de l’environnement. Pour moi, afin d’éviter que le Web 3 ne devienne comme le Web 2, le plus grand nombre d’acteurs possible devrait participer, tous ceux qui s’intéressent aux questions de culture libre et commune devraient explorer les opportunités de la blockchain.

Quel regard portez-vous sur le coût environnemental des technologies derrière le Web3 et les métavers ?

Historiquement, on peut comprendre que les blockchains par preuve de travail comme le bitcoin fonctionnaient : à l’époque, personne ne le savait, donc il n’y avait quasiment pas de consommation d’énergie. Mais aujourd’hui, clairement, si quelqu’un essayait de recréer une blockchain avec ce modèle de validation, personne ne l’adopterait. La perspective de la démonstration d’intérêt sur laquelle Ethereum veut passer est plus intéressante, elle vise une forme de neutralité carbone. Ensuite, ce qui devrait attirer notre attention, ce sont les expériences positives de la blockchain sur les émissions de carbone : celles qui encouragent les activités durables qui testent des jetons de carbone qui donnent de la transparence sur l’énergie dépensée…

Il y a par exemple toute une réflexion sur les NFT à impact, qui vise à intégrer dans la blockchain des incitations économiques visant la protection de l’environnement. Ce type de projet est intéressant car il détourne des stratégies spéculatives pour valoriser les NFT alors que les ressources naturelles auxquelles ils sont liés sont en bon état. Ce genre d’initiative réunit les deux pôles de valeurs dont nous avons parlé plus haut : la spéculation et les communs.

Aujourd’hui, la blockchain ERC20 (i.e. ether) est largement utilisée mais elle reste chère en termes de frais, énergivore et limitée en nombre de transactions. Par exemple, le réseau de cartes bancaires Visa effectue 1736 transactions par seconde, le réseau Bitcoin en effectuera 4 par seconde.

Pourquoi la blockchain a été inventé ?

Comme Fabrice Croiseaux, directeur général de la société luxembourgeoise de conseil en technologie InTech, l’a bien compris, « La Blockchain a été inventée pour effectuer des transactions en contournant les acteurs centraux traditionnels, c’est-à-dire les managers, pour habiliter les …

Qu’est-ce qu’une blockchain et quand a-t-elle été inventée ? Il a été créé en 2008 par un inconnu dont le pseudonyme est Satoshi Nakamoto. Il indique à la fois un protocole de paiement sécurisé et anonyme et une crypto-monnaie. Tout le monde peut accéder à cette blockchain (elle est publique, donc ouverte à tous) et donc utiliser des bitcoins.

Quel est le but de la blockchain ?

Au niveau de la supply chain notamment, la blockchain peut permettre de gérer et de signer des contrats ainsi que de contrôler l’origine des produits. Il pourrait également être utilisé comme plateforme électorale, pour gérer les titres et actes et pour bien d’autres usages.

Pourquoi la blockchain a été créer ?

Initialement créé comme une passerelle de paiement alternative, il est aujourd’hui principalement utilisé comme un actif d’investissement et une réserve de valeur.

Qui a créé blockchain ?

La blockchain est sans aucun doute une invention ingénieuse – née de l’imagination d’une personne ou d’un groupe de personnes connu sous le nom de Satoshi Nakamoto.

Quel est le futur de la blockchain ?

Selon certaines prédictions, une blockchain pourrait sonner le glas des banques telles que nous les connaissons. La blockchain est susceptible de devenir obsolète, en théorie, toutes les activités reposant sur l’existence d’un tiers fiable qui concernent un certain nombre de services financiers.

Quel est l’intérêt de la blockchain ? Cette technologie offre des standards élevés de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle. Plus précisément, la blockchain permet à ses utilisateurs – connectés à un réseau – de partager des données sans gestionnaire.

Quelles sont les limites de la blockchain ?

Quelles sont les limites de la technologie Blockchain ?

  • La blockchain ne remplace pas totalement les managers.
  • Les projets construits autour d’une blockchain ne sont pas infaillibles.
  • Certaines blockchains sont puissantes.
  • La blockchain n’est théoriquement pas invulnérable aux attaques.

Quelle Cryptomonnaie en 2022 ?

Ethereum : plus de 330 milliards d’euros Ethereum a connu une forte hausse passant de 9 euros en 2016 à plus de 2 700 euros en 2022. Plusieurs experts en crypto-monnaie estiment que cette monnaie numérique continuera de croître en 2022 pour atteindre le seuil des 8 000 euros à la fin de l’année.

Quel blockchain choisir ?

Après des recherches approfondies, des tests et des comparaisons, nous pensons qu’eToro est la meilleure plateforme pour investir dans les crypto-monnaies. Elle excelle dans la plupart des aspects importants à prendre en compte : sécurité, réglementation, choix des actifs, mais aussi simplicité.

Quelle crypto investir en mai 2022 ? Dans cet article, nous vous présentons les 5 crypto-monnaies qui collectent le plus d’investissements en 2022.

  • Bitcoin (BTC) C’est la crypto-monnaie la plus populaire au monde. …
  • Ethereum (ETH) …
  • Coin Binance (BNB) …
  • Ondeto (XRP) …
  • Cardan (ADA)

Quelle crypto utilise la blockchain ?

En plus de Bitcoin, les blockchains Ethereum, Litecoin et Currency fonctionnent notamment grâce à un mécanisme de preuve de travail.

Quelle est la meilleure crypto monnaie ?

La crypto-monnaie la plus connue est le Bitcoin (BTC). Parfait pour débuter dans cet univers.