Les économistes détaillent, dans leurs colonnes, les maux du pays : incapacité de l’industrie à répondre à la demande, recours chronique aux déficits publics, faibles niveaux d’emploi et perte de productivité.

Publié aujourd’hui à 05:00, mis à jour à 08:50 Temps de lecture 4 min.

La situation économique en France est préoccupante et les prix de l’énergie augmentent. Mais à y regarder de plus près, l’économie française révèle une faiblesse inquiétante, qui montre l’ampleur des dommages structurels en cours.

Une analyse superficielle peut conduire à une vision optimiste et croire en la solidité de notre économie. Les principaux indicateurs macroéconomiques ne présentent pas de faiblesse majeure. Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 2,5 % début 2022 en France, exactement comme en Allemagne. Le taux de chômage est actuellement au plus bas depuis vingt ans (7,2%), sauf au tout début de 2008 (7,1%), où il était encore de 10,5% en 2016.

Malgré la succession des crises, l’emploi a augmenté ces dernières périodes : soit, au 1er trimestre 2022, 2,9 % au-dessus de son niveau de début 2019, et la population active est 1,3 % au-dessus, au-dessus de son niveau de début. En 2019, il y a une forte croissance de l’emploi et de la participation (la proportion de la population en âge de travailler qui est sur le marché du travail) depuis la fin de la crise due au Covid-19.

Le compte courant (la balance des échanges de biens, de services et de revenus avec le reste du monde) est en moyenne en équilibre à partir du second semestre 2020, après un déficit de 2005 à 2020. Le différentiel de taux d’intérêt avec l’Allemagne, même si il a augmenté depuis les élections du printemps, reste faible, autour de 60 points de base. Enfin, le nombre de faillites d’entreprises est très faible, autour de 32 000 annuellement au printemps 2022, contre 45 000 à 65 000 durant la période 2002-2019, malgré la forte croissance du crédit (prêts garantis par l’État) pendant la crise provoquée par Covid19.

Si on s’arrête là, on conclura que la France n’a pas de déficit de croissance, crée beaucoup d’emplois, rééquilibre son commerce extérieur, n’a pas de problème avec sa dette publique et dispose d’entreprises solides. . Mais, malheureusement, ce n’est pas le cas, car l’économie française souffre de quatre graves faiblesses.

Dégradation de la qualité des emplois

Le premier est l’industrie. La saison récente a mis en évidence l’incapacité à répondre à la demande. Il y a vingt ans, la balance commerciale de la France pour les produits industriels était excédentaire de 25 milliards d’euros par an ; avant la crise du Covid, c’était un déficit de 35 milliards d’euros par an ; début 2022, le déficit commercial annuel des produits industriels dépasse les 100 milliards d’euros. L’envolée de la demande (informatique, électroménager, etc. A voir aussi : Pourquoi le ralentissement d’Internet affaiblit notre économie.) intervenue après la crise du Covid a été satisfaite à plus de 60 % par les importations. La production industrielle a diminué à chaque crise : elle est aujourd’hui inférieure de 10 % à celle de 2002. Le fait que l’intégralité de la balance courante résulte d’un excédent commercial dans les services, notamment touristiques, et du rapatriement profite aux multinationales françaises.

Il vous reste 48,53% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un appareil à la fois

Ce message sera affiché sur d’autres appareils.

Parce que d’autres personnes (ou vous) lisent Le Monde et ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

En cliquant sur  »  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à voir Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message sera affiché sur d’autres appareils. Ce dernier restera connecté à ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

L'inflation persiste, l'économie en difficulté
Ceci pourrez vous intéresser :
Parmi les risques fréquemment anticipés par les économistes pour les mois à…