La numérisation de pointe produit d’excellentes copies d’œuvres d’art. Il permet de représenter un patrimoine en voie de disparition et de produire des œuvres uniques.

Lausanne : « Le Covid-19 et le réchauffement climatique ne font que renforcer le besoin de numérique dans les musées » : le constat de la chercheuse en muséologie Sarah Kenderdine est dans l’air du temps. Cette professeure néo-zélandaise à l’École polytechnique de Lausanne (EPFL), où elle occupe la chaire de muséologie numérique, sait mieux que personne de quoi il s’agit : depuis des années, elle explore de nouvelles approches pour interagir avec le patrimoine culturel et artistique dans des environnements immersifs. Sur la plateforme « Arte e Ciência » de l’institution universitaire qu’il dirige depuis 2016, il présente un état des lieux des pratiques et des avancées en matière de numérisation du patrimoine et de l’art. « Deep Fakes, l’art et ses doubles » a tout d’une exposition encyclopédique – pas seulement en raison des zones géographiques concernées, des types d’œuvres présentées (de la peinture au site archéologique, en passant par le patrimoine culturel immatériel) et des technologies impliquées . Les vingt et un fac-similés numériques présentés dans le pavillon « ArtLab » ont été rendus possibles grâce aux technologies de pointe de l’imagerie et de l’immersion interactive – scanner, impression 3D ou photogrammétrie.

Le point de départ de cette exposition est une prise de position contre la méfiance à l’égard de la copie, si présente dans la discipline de l’histoire de l’art : « De toutes les disciplines, l’histoire de l’art est sans doute celle qui dénonce le plus fortement les copies comme « fausses ». L’authenticité et la provenance de les œuvres sont au centre des préoccupations des conservateurs et des collectionneurs », analyse Sarah Kenderdine.C’est pour prouver que le fac-similé numérique, le deep fake, fait sens et que l’aura originelle de l’œuvre peut migrer vers son pendant numérique.

Certains aspects abordés dans le thème de l’exposition sont déjà connus. Il s’agit de l’exploration de sites antiques classés au patrimoine mondial de l’Unesco et modélisés par des nuages ​​de points 3D obtenus par des drones d’Iconem, société spécialisée dans la numérisation du patrimoine culturel en voie de disparition ou encore des technologies haute résolution appliquées ici à l’étude de la langue japonaise. toiles ou peintures de l’art européen ancien et moderne. C’est aussi du côté de la réalité augmentée appliquée au domaine du patrimoine que l’exposition cherchera de nouvelles perspectives avec la scène interactive de Notre-Dame de Paris créée par le concepteur français de jeux vidéo Ubisoft et l’immersion en réalité virtuelle dans le quartier Saint-Michel. Quartier abbatial de Blamberg (Allemagne) : deux exemples d’édifices patrimoniaux dégradés pour lesquels des explorations numériques complètent l’observation.

D’autres surprises vous attendent. Nous sommes particulièrement impressionnés par la qualité de la contrefaçon culturelle profonde la plus célèbre, la peinture imprimée en 3D, The Next Rembrandt [voir illustration], dévoilée en 2016 par l’agence néerlandaise Wunderman Thompson et présentée ici. Pour la première fois, un faux autoportrait du peintre néerlandais a été recréé sur la base d’une étude approfondie des données disponibles. Le processus comprenait l’analyse de trois cents œuvres de Rembrandt à l’aide de scans 3D, l’utilisation de l’intelligence artificielle (deep learning et machine learning) pour comprendre le style du peintre et générer de nouveaux traits du visage, l’assemblage de 165 000 fragments de tableaux ainsi créés, l’imitation de Les coups de pinceau de Rembrandt, enfin l’impression 3D sur toile grâce à treize couches de peinture. Une relation unique entre l’original et la copie.

Cette même recherche de l’original et du post-original se retrouve dans les interventions d’artistes présentées à Lausanne. Le travail d’Olivier Laric, qui a scanné puis imprimé en 3D une sculpture hybride, double du Reclining Pot du sculpteur italien de la Renaissance Francesco da Sangallo, ajoute par exemple à la réflexion sur l’unique et l’authentique, et la complique. Avouant « refuser le postulat de la singularité de l’art », l’artiste autrichien se place néanmoins dans la longue lignée des artistes qui ont pratiqué la copie, bien avant lui, Pierre Paul Rubens qui avait réalisé une réplique sculptée de ce même Pan.

Deep Fakes, l’art et ses doubles,

jusqu’au 1er mai, Pavillons EPFL, Place Cosandey, 1015 Lausanne, Suisse.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts

Quelles sont les influences culturelles ?

Quelles sont les influences culturelles ?

n°588 du 29 avril 2022, avec pour titre : Les nouveaux usages du numérique dans la culture Sur le même sujet : Mission franco-québécoise sur la découvrabilité : lancement d’un appel à projets sur la découvrabilité numérique des contenus culturels francophones.

Les différences liées aux influences culturelles peuvent être liées au phénomène d’acculturation, défini comme un double processus de changement culturel et psychologique qui se produit à la suite d’un contact entre deux ou plusieurs groupes culturels et leurs membres individuels.

Quel est l’impact de la culture sur l’homme ?

Qu’est-ce qui influence notre consommation culturelle ? L’influence des expériences passées sur la consommation culturelle actuelle est double. Voir l’article : Produits numériques bilingues du Coran à l’Institut de recherche culturelle islamique, à l’exposition du Coran à Téhéran. En effet, ils interviennent dans le développement de l’intérêt et de la capacité à apprécier la pratique (développement de la familiarité, de la compétence et de l’expertise) et, par conséquent, dans la formation du goût.

Quel est le rapport entre l’homme et la culture ?

CULTURE – En favorisant la prise de conscience de la richesse que possède chaque milieu et chaque individu, la culture « établit un lien entre les autres et avec elle-même » ; permet de communiquer, c’est une rencontre avec l’autre. La culture permet à l’homme de s’élever au-dessus de lui-même.

Quel est l’influence de la culture sur le comportement des individus ?

Culture : homme par essence, animal pensant. La culture, partie intégrante de l’homme, donnera lieu à des activités culturelles : Travail, Art et Technique, religion. Nature ET culture : L’homme est un être paradoxal, toujours en duplicité avec deux éléments inconciliables.

Qu’est-ce que l’influence culturelle ?

La culture influence le plus profondément nos comportements, en particulier ceux qui nous semblent les plus évidents et naturels. Les codes culturels sont intégrés et incorporés tout au long d’un processus de socialisation. La culture est partagée et collective.

Qu’est-ce qu’un enjeu culturel ?

L’influence culturelle est un phénomène qui reflète l’influence d’une société sur les autres. C’est un indicateur de votre perception du monde extérieur, quelles que soient vos frontières géographiques.

Quelle est l’influence culturelle de la France ?

Si l’on accepte l’idée que l’enjeu culturel n’est pas seulement le développement de la vie artistique, mais aussi la reconstruction d’une identité culturelle pour chaque individu et pour la nation, condition d’un avenir, d’un projet humain, d’une nouvelle civilisation à porter à l’extérieur, il faut aider la vie culturelle comme ça…

Voir l’article :
Suivi et accompagnement individuel pendant et/ou après le parcours La ville soutient…

Comment communiquer avec une personne d’une autre culture ?

Comment communiquer avec une personne d'une autre culture ?

Le rayonnement culturel de la France passe par la Francophonie. Le français est parlé sur tous les continents et reste la cinquième langue à diffusion internationale. Il y a environ 150 millions de francophones dans le monde.

Pour développer de bonnes relations avec des personnes d’autres cultures, il est essentiel d’apprendre à communiquer avec elles, à la fois verbalement et non verbalement. Vous pouvez également faciliter les choses en vous renseignant sur votre culture et en étant tolérant.

  • Comment communiquer avec les autres ? Comment bien communiquer avec les autres ? Il faut d’abord savoir écouter.
  • Faire preuve d’empathie.
  • Pratiquez l’écoute active.
  • Choisissez vos mots.
  • Différenciez votre communication orale et écrite.
  • Structurez votre pensée.
  • Filtrez vos émotions.

Quel est la base de la communication interculturelle ?

Utilisez l’intelligence émotionnelle.

Quelles sont les principales composantes et valeurs de la communication interculturelle ?

En ce sens, la communication interculturelle vient d’abord de la différence culturelle et du sentiment d’inconnu entre les personnes, c’est-à-dire qu’elle naît entre des individus qui ont entre eux une distance culturelle.

Comment fonctionne la communication interculturelle ?

Dans la communication interculturelle, plusieurs paramètres doivent être pris en compte : le rôle et le statut social des interlocuteurs, le type de relation qu’ils entretiennent, l’objet de la communication, etc., ce qui implique certains choix linguistiques dans les salutations.

Comment la culture peut rendre la communication possible ?

La communication interculturelle est l’étude de la communication interpersonnelle entre des personnes de cultures différentes. Il s’agit plus précisément « d’un processus transactionnel, symbolique, d’attribution de sens entre personnes de cultures différentes ».

Comment la culture influence la société ?

L’approche culturelle de la communication Les faits de culture, comme les modes de communication, posent la question du rapport entre l’individu et la société. Si la culture est un fait de société, il n’y a pas de culture qui soit manifestée, transmise et vécue par l’individu.

Comment la culture influence la communication ?

Élément essentiel d’une société dynamique, la culture s’exprime dans la façon dont nous racontons nos histoires, célébrons, nous souvenons du passé, nous amusons et imaginons l’avenir. Notre expression créative nous aide à nous définir et à voir le monde à travers les yeux des autres.

Eric Viennot, in transmemoriam
Ceci pourrez vous intéresser :
L’éminent concepteur de jeux vidéo, pionnier du transmédia et instigateur de la…

Quel est l’impact de la culture sur l’homme ?

La culture influencera la publicité notamment sur les sujets tabous. Au sein d’une même culture, les références peuvent évoluer dans le temps. La culture influence le comportement des humains et le comportement des entreprises.

CULTURE – En favorisant une prise de conscience de la richesse que possède chaque milieu et chaque individu, la culture « établit un lien entre les autres et avec elle-même ». ; permet de communiquer, c’est une rencontre avec l’autre. La culture permet à l’homme de s’élever au-dessus de lui-même.

Comment la culture rend l’homme ?

Quelle est l’influence de la culture sur le comportement des individus ? La culture influence le plus profondément nos comportements, en particulier ceux qui nous semblent les plus évidents et naturels. Les codes culturels sont intégrés et incorporés tout au long d’un processus de socialisation. La culture est partagée et collective.

Comment la culture fait l’homme ?

Transition : la culture apparaît comme une condition essentielle à l’humanisation de l’homme. Elle rend l’homme humain, l’éduque et l’aide à « cultiver » des capacités qu’il ne possédait pas de façon innée.

Quel est l’impact de la culture sur l’homme ?

La culture fait l’homme précisément parce que l’homme n’est jamais fait, jamais achevé, il faut toujours le faire, le mouler, le modeler, l’inventer. C’est le propre de notre espèce d’être aussi malléable ou, comme disait Rousseau, perfectible : capable de se transformer et de se transformer.

Quel est le rapport entre l’homme et la culture ?

CULTURE – En favorisant la prise de conscience de la richesse que possède chaque milieu et chaque individu, la culture « établit un lien entre les autres et avec elle-même » ; permet de communiquer, c’est une rencontre avec l’autre. La culture permet à l’homme de s’élever au-dessus de lui-même.

Quel lien entre l’homme et la culture ?

Culture : homme par essence, animal pensant. La culture, partie intégrante de l’homme, donnera lieu à des activités culturelles : Travail, Art et Technique, religion. Nature ET culture : L’homme est un être paradoxal, toujours en duplicité avec deux éléments inconciliables.

Est-ce que la culture fait l’homme ?

CULTURE – En favorisant la prise de conscience de la richesse que possède chaque milieu et chaque individu, la culture « établit un lien entre les autres et avec elle-même » ; permet de communiquer, c’est une rencontre avec l’autre. La culture permet à l’homme de s’élever au-dessus de lui-même.