C’était un grand jour pour l’élève de neuvième année du lycée Ada-Lovelace, un jour où ils ont participé au concours de robotique de Fukushima.

Rabah Laabidi, professeur de technologie, organisateur d’événements, a défini la finalité de la fabrication d’un robot à partir de Lego®, qui permet à une personne de ne pas se mettre en danger en déplaçant des déchets radioactifs.

Un cahier des charges d’une dizaine de pages, déployant une série d’étapes rigoureuses, visant à favoriser le développement de l’esprit scientifique et l’apprentissage du travail en équipe.

Pascale Cébé, la directrice de l’école, s’est dite satisfaite du travail fourni et de l’enthousiasme des jeunes : « C’était un grand plaisir de voir des élèves motivés, et surtout la réussite des moins performants au niveau scolaire à voir ici. “

Chaque équipe a présenté une gamme de missions. Les robots ont émergé sur un panneau de contreplaqué, recouvert d’un pont au-dessus d’un mur, dans le but de transporter les déchets radioactifs vers une zone décontaminée.

Devant un jury, chaque équipe devait faire une présentation assistée par ordinateur, se présenter, rappeler le rôle de chacun, afficher son logo, avec, pour les centres d’étude, le mouvement du robot, la stratégie de chargement, la programmation, le marketing et motif. “Excellent exercice pour s’adresser à la bouche, surtout le bac oral”, a été envisagé.

Malgré quelques déceptions lors de l’épreuve, les entraînements ont été satisfaisants. Et l’équipe de Radio-Activae a bien avancé, ayant réalisé trois missions avec le robot Nuciel Fukushima.

Enfin, Pascale Cébé n’a pas caché son enthousiasme : “Je suis ravie de ce projet et fière des élèves, qui prendront confiance en eux pour la suite de leur parcours scolaire.”