Le terme « New Work » est devenu le mantra de l’industrie numérique, des responsables RH et des consultants en management.

C’est le signe de la transformation du monde du travail qui s’opère dans un contexte de mondialisation et de numérisation, clairement impulsé par une pandémie. La concurrence économique mondiale, la prise de conscience générale, l’évolution des demandes et des intérêts de la jeune génération, ainsi qu’une pénurie de travailleurs qualifiés contribuent également à établir cette nouvelle ère.

Les entreprises recherchent de nouvelles approches. Ils mettent en place des initiatives et des programmes d’accompagnement où nombre d’entre eux aiment se positionner comme employeurs d’avenir, mais doivent-ils encore mettre en œuvre ces initiatives et écouter le marché afin de créer une culture du travail viable et surtout durable.

L’épanouissement personnel, aspiration décuplée après la crise sanitaire

L’épanouissement personnel, aspiration décuplée après la crise sanitaire

Le développement professionnel n’est plus un vrai succès. L’épanouissement personnel, la liberté de décision et la progression individuelle sont devenus de véritables critères, notamment auprès de la génération Y. Sur le même sujet : La Maison de la culture et de l’innovation numérique se dévoile. Cet épanouissement personnel est une priorité, 42% des sondés entamant une reconversion professionnelle pour pallier ce manque de sens selon la même enquête. par Audencia.

Dans cette pénurie de main-d’œuvre qualifiée, les entreprises doivent garder un œil sur ce renversement de tendance et développer des concepts clairs pour favoriser le développement personnel de leurs employés et les fidéliser. Malgré la reprise de l’activité et une forte volonté d’embauche, les entreprises sont en effet confrontées à de sérieuses difficultés. Selon le Baromètre Apec Q1 2022, 60% des entreprises qui ont recruté ou tenté de recruter des managers au cours de l’année écoulée estiment que c’est difficile à faire : 72% pour les grandes entreprises et 59% pour les TPE/PME.

Pour attirer et retenir les talents, il ne suffit plus d’avoir un nom et un salaire attractifs. Les entreprises doivent écouter attentivement quelles initiatives, existantes ou pas encore, sont valorisées et souhaitées. L’étude « Le lieu de travail du futur » a révélé que les salariés apprécient particulièrement la flexibilité et la possibilité de travailler n’importe où. Si une nette majorité demande, par exemple, une formation ou un budget annuel pour la participation individuelle à des ateliers et des masterclasses professionnellement pertinents, la mise en œuvre de ces programmes de soutien doit être discutée dans le cadre de la décision.

Voir l’article :
La ville d’Yssingeaux dispose d’une unité muséale numérique, une Micro-Folie, actuellement disponible…

Diriger sans hiérarchie pour une plus grande liberté

Diriger sans hiérarchie pour une plus grande liberté

Le démantèlement des structures hiérarchiques traditionnelles dans les entreprises s’avère difficile. Les employés veulent prendre plus de responsabilités et être plus libres dans leurs décisions. Le flat management, autrement dit management vertical, attire de plus en plus de salariés. Voir l’article : Google fait pression pour forcer Apple à changer le protocole iMessage. Cette approche consiste à réduire la ligne hiérarchique à son strict minimum, offrant une grande liberté d’action à chaque collaborateur de l’entreprise. Ce dernier a ainsi les moyens d’organiser son travail comme il l’entend selon un cadre prédéfini.

Cependant, cette nouvelle approche doit être prise avec un grain de sel. Il ne s’agira pas simplement de démocratiser les niveaux décisionnels ou de familiariser les employés. Établir un leadership vertical signifie favoriser la confiance mutuelle, la responsabilité et l’autonomie. Cette gestion doit conduire de manière proactive à un échange honnête entre toutes les parties prenantes, afin que la responsabilité attribuée conduise aux résultats souhaités.

NFT, intelligence artificielle... Comment la révolution numérique transforme le monde du vin
A voir aussi :
Nous n’avons plus de cave dans la maison, mais deux ou trois…

Une entreprise diversifiée est une entreprise attrayante

La nouvelle génération attache de plus en plus de valeur à ces sujets. Une entreprise diversifiée est désormais une entreprise attractive pour les salariés et tous les candidats potentiels. Les entreprises sont clairement perçues comme un acteur clé du changement et face à des réglementations de plus en plus strictes, de nombreuses entreprises se mobilisent. Ces derniers réalisent rapidement que cette diversité est un véritable levier de performance, qui sert de motivation à leurs collaborateurs en quête de justice sociale, mais aussi de preuve de leur engagement, préservant ainsi leur réputation.

Cet engagement sert non seulement la réputation de l’entreprise, mais agit directement dans son cœur. Une équipe diversifiée apporte des approches et des solutions nouvelles et innovantes, grâce à la performance et à la créativité de chaque employé qui apporte ses propres expériences et connaissances. Selon une enquête du Boston Consulting Group, les entreprises dont la diversité des équipes de direction est supérieure à la moyenne sont 19 % plus innovantes que celles qui n’en ont pas. Il est donc judicieux de mettre en place un responsable dédié à ces enjeux de diversité qui mettra en œuvre des initiatives d’envergure et pérennes.

Le monde du travail change. Ce n’est pas un système qui change, c’est l’œuvre elle-même. C’est un nouveau travail. Le changement ne se produit pas du jour au lendemain, mais il est important de reconnaître la dynamique et de résoudre les problèmes qui jouent un rôle important dans la façon dont une entreprise se positionne et est perçue. Les employés ne s’engageront pas avec une entreprise qui ne fait qu’afficher un comportement progressiste. Ils s’engageront dans des entreprises où ils se sentent à l’aise. New Work peut donc jouer un rôle à cet égard.