L’hydrogène décarboné sera-t-il un axe central de la transition énergétique, avec l’électricité pour la mobilité et les transports ? Le géant de l’équipement du Michigan BorgWarner (14,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 49 000 salariés en 2021), fabricant de turbocompresseurs notamment, semble convaincu. Elle accélère sensiblement sur ce segment. Son site français, situé à Blois dans le Loir-et-Cher et spécialisé dans les injections, est devenu le centre d’excellence du groupe pour la combustion des moteurs à hydrogène.

La technologie BorgWarner se distingue par l’injection directe et la distribution de gaz ultra-léger dans le réservoir. « Une solution moins chère et moins gourmande en poids que la pile à combustible ou la pile à combustible, explique Jean-Luc Beduneau, directeur de l’innovation à l’usine de Blois. « De plus, la combustion de l’hydrogène limite directement l’empreinte carbone des moteurs, proche de zéro. Enfin, notre technologie est un gage de souveraineté car elle ne nécessite pas de métaux rares contrairement à la pile à combustible ».

L’équipementier attend de l’Union européenne qu’elle valide cette solution de décarbonation complète des véhicules particuliers d’ici fin 2022. De ce fait, seuls quelques constructeurs automobiles s’engagent actuellement dans cette voie. Seuls Toyota et Hyundai Motors commercialisent un modèle de voiture équipé d’un moteur thermique alimenté à l’hydrogène brûlé. Il s’agit du Mirai pour les Japonais et du Nexo pour le côté coréen. Au contraire, les marques bruxelloises de poids lourds et de véhicules de chantier ont déjà reçu le sésame. Depuis cette année, BorgWarner fournit des injecteurs et des soupapes pour les excavatrices du fabricant britannique JCB. Stellantis-Peugeot a également conçu des fourgons boxer à hydrogène, dont deux prototypes sont actuellement exposés sur le site de Blois. « Il n’y a pas un seul constructeur de camions qui ne réfléchisse à cette nouvelle façon de se nourrir, déclare Jean Luc Beduneau, il lui reste à les convaincre de l’efficacité de nos produits ». En plus d’élargir le marché professionnel, BorgWarner prévoit de commencer la production de masse d’injecteurs dans le secteur privé d’ici 2024.

Reconversion du site vers l’hydrogène

Reconversion du site vers l'hydrogène

Du fait du transfert de la fabrication des injecteurs essence vers d’autres sites BorgWarner, ainsi que de la réduction du nombre de production d’injecteurs diesel, 140 emplois (sur 1050) ont été supprimés entre juillet et décembre 2021 au sein de l’usine de Blois. Parallèlement, le groupe décide de se convertir à l’hydrogène avec un effort important de formation des salariés. 20% recherche & développement, c’est-à-dire une centaine de salariés, travaillant déjà dans le créneau. Sur le même sujet : Voiture électrique : et 3 applications essentielles. « L’équipe de production va progressivement passer à la fabrication des injections d’hydrogène », précise Jean-Luc Beduneau. L’objectif est d’assurer le transfert d’une part très importante de ces emplois ».

Dans un environnement concurrentiel difficile, face aux poids lourds allemands Bosch et au japonais Denso, BorgWarner s’organise pour monter en compétences en moins de deux ans.

La reconversion de BorgWarner dans le Loir-et-Cher s’inscrit dans un contexte régional favorable. Bien que le Centre-Val de Loire soit moins développé que d’autres régions sur ce point, il construit rapidement un véritable écosystème autour de l’hydrogène. Par exemple, l’aide apportée à Elogen pour construire sa future Giga Factory d’électrolyseurs à Vendôme, également dans le Loir-et-Cher. S’inscrivant dans une dynamique européenne, la collectivité se mobilise également pour accroître le réseau de bornes de recharge en hydrogène de son territoire. De quelques centaines actuellement sur le vieux continent, elles devraient passer à des milliers d’ici 2027.

La startup britannique EHM veut convertir les camions à l’hydrogène vert

Conduire une voiture électrique, un acte de foi
Sur le même sujet :
Autonomie limitée, bornes de recharge insuffisantes, nécessité d’une conduite économe en énergie……

Newsletter – Transitions Ecologiques

À 13 heures. tous les jeudis, retrouvez l’essentiel de l’actualité sur Ceci pourrez vous intéresser : Mercedes bat un record avec sa voiture électrique Vision EQXX : 1000 km sur une seule charge, Tesla peut trembler.

Lire aussi :
Actualités Auto Plus dans votre boîte de réceptionVotre adresse e-mail est uniquement…

Inscription à la newsletter Transitions Ecologiques

transitions écologiques

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Tous les jeudis, les dernières nouvelles de l’industrie

Dans votre boîte aux lettres à 13h.

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Inscription à la newsletter Transitions Ecologiques

Pensez à vérifier vos spams.

A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Inscription à la newsletter Transitions Ecologiques

Rédaction de La Tribune.

Connexion à mon compte

Tous les jeudis, les dernières nouvelles

Merci pour votre inscription !

Dans votre boîte aux lettres à 9h.

Vous êtes déjà inscrit !

Souhaitez-vous vous inscrire à la newsletter ?

Réinitialisez votre mot de passe

Tous les jeudis, les dernières nouvelles de l’industrie

Email envoyé !

Dans votre boîte aux lettres à 13h.

je n’ai pas encore de compte