Bruno Le Maire reste ministre de l’Économie, renommé ministre de l’Économie et des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique.

Après un mandat record de cinq ans à la tête du “paquebot” de Bercy, Bruno Le Maire a été reconduit vendredi avec un portefeuille gouvernemental élargi numéro deux, une récompense pour ce fugitif de droite qui devait piloter les Français. économie en pleine crise sanitaire.

Cette restauration n’est pas vraiment une surprise. Lors d’un déplacement à Tourcoing (nord) mardi, le ministre de l’Economie s’est dit “très serein” sur son avenir au lendemain de la nomination d’Elisabeth Borne au poste de Premier ministre.

Le nouveau ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique n’a cessé de répéter à ceux qui lui prêtaient des ambitions pour Matignon qu’il aime Bercy et veut y rester en cas de réélection d’Emmanuel Macron.

Pari gagné pour ce ministre aux yeux bleus d’acier devenu un poids lourd du gouvernement dont la mobilisation pendant la pandémie a été unanimement saluée, des chefs d’entreprise aux syndicats en passant par les économistes et ses homologues européens.

Plus populaire dans l’opinion publique que la plupart des autres membres du gouvernement sortant, Bruno Le Maire, qui affiche désormais une longévité record au ministère de l’Economie et des Finances sous la Ve République, voit lui aussi sa fidélité récompensée.

Taxe Gafa et Gilets jaunes

Pendant cinq ans, il a mis en œuvre le programme économique entrepreneurial du président de la République à travers le processus des baisses d’impôts ou la loi pacte sur la croissance et la transformation des entreprises. Voir l’article : Economie : “La France est déjà tombée en récession”. Non sans tuer l’optimisation fiscale des géants du numérique qui se battent à Bruxelles et à l’OCDE pour un impôt minimum sur les sociétés, avec un accord international finalement trouvé l’an dernier.

Mais les crises, d’abord le mouvement des “gilets jaunes” à l’hiver 2018-19, puis l’épidémie de Covid-19 en 2020, ont assis la “solidité” du ministre.

Ce partisan de l’État moins cher n’a pas hésité à sortir le porte-monnaie, ce qui n’était finalement pas un rôle si ingrat, mais a en même temps promis qu’il n’y aurait pas d’augmentation d’impôts.

“Après trois ans de travail pour réduire les dépenses publiques (…), où l’on comptait chaque million, le chef de cabinet m’a proposé de dépenser 300 milliards d’euros en 24 heures”, écrit le ministre dans son avant-dernier livre, Angel and the Beast. .

Cet admirateur de Michel Houellebecq s’est construit l’image d’un ministre « à l’écoute » et prônant le « renouveau démocratique ».

Sous le règne de Poutine, l'économie russe était entre résistance et récession
A voir aussi :
En vingt-deux ans de pouvoir incontesté, le cerveau du Kremlin a consacré…

Qui sont les parents de Pécresse ?

Qui sont les parents de Jérôme Pécresse ? Jérôme Xavier Pécresse, né le 17 mars 1967, est le fils de Francis Pécresse, banquier, et de son épouse Marie-Édith Puget, institutrice (fille du général André Puget). Son frère Jean-Francis Pécresse est le directeur de Radio Classique depuis le 1er mars 2018. Sur le même sujet : avis | Inflation : alerte aux intempéries sur l’économie française.

Manutan Second Life : Le groupe Manutan se transforme pour mettre l'économie circulaire au cœur de son modèle économique
A voir aussi :
Selon l’ONU, 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques ont été produits…

Qui est Monsieur Pécresse ?

Naissance17 mars 1967Paris
citoyennetéFrançais
FormationEcole des Ponts Ecole Polytechnique ParisTech
ActivitésIngénieur, homme d’affaires, joueur de bridge
conjointValérie Pécresse

Qui est Valerie Pécresse ?

Valérie Pécresse, née Roux le 14 juillet 1967 à Neuilly-sur-Seine, est une femme politique française. Valérie Pécresse en 2016. Ancienne élève d’HEC et de l’ENA, elle a été membre du Conseil national de 1992 à 2015.