Les ventes au détail et la production industrielle ont connu une accélération inattendue en août, malgré les restrictions sanitaires et les coupures d’électricité qui ont pesé sur l’activité le mois dernier.

Principal indicateur des dépenses des ménages, les ventes au détail ont augmenté de 5,4% sur un an le mois dernier, contre 2,7% en juillet, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS). Les analystes prévoyaient une accélération plus modérée (3,2%).

De son côté, la production industrielle s’est également affichée le mois dernier en hausse de 4,2% sur un an. Un taux là aussi supérieur à celui de juillet et aux attentes des analystes (3,8%).

En août, « l’économie chinoise a un peu mieux résisté que prévu », a noté l’analyste Julian Evans-Pritchard de Capital Economics.

« Les mesures de soutien économique du gouvernement ont beaucoup aidé », a déclaré l’économiste Larry Hu de la banque d’investissement Macquarie.

Mais le « pire » est à prévoir en septembre en raison de la crise du logement, d’une perte des exportations dont dépend la croissance chinoise, ainsi que des restrictions anti-Covid, prévient M. Evans-Pritchard.

Immobilier en souffrance

Immobilier en souffrance

La Chine est l’un des derniers pays à mettre en place une stratégie dite « zéro Covid » face à l’épidémie. Sur le même sujet : L’impact limité des sanctions occidentales sur l’économie russe. Cette politique sanitaire consiste en des dépistages massifs, des quarantaines obligatoires en cas de test PCR positif et des restrictions ciblées.

Malgré tout, le pays a été confronté à un rebond épidémique ces dernières semaines, limité en termes de cas mais touchant de nombreuses provinces.

Chengdu, l’une des plus grandes villes de Chine, a donc emprisonné la majorité de ses 21 millions d’habitants au début du mois.

Cette limitation aura des conséquences sur les indicateurs économiques de septembre, a expliqué à l’AFP l’économiste Rajiv Biswas, de la société S&P Global Market Intelligence.

Dans l’immobilier, pilier de la croissance, les prix ont baissé dans davantage de villes (56 sur un panel de 70) en août, selon la BNS.

Le pays connaît également l’été le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques en 1961. L’assèchement des rivières qui alimentent les barrages hydrauliques a obligé les autorités à rationner localement l’électricité, ce qui a pesé sur l’activité.

Les investissements en actifs immobilisés ont néanmoins augmenté de 5,8 % au cours des huit premiers mois de l’année.

Quant au taux de chômage, il a légèrement baissé en août (5,3 %), après 5,4 % un mois plus tôt.

Particulièrement surveillé par les autorités et calculé uniquement pour les citadins, le taux de chômage avait atteint un niveau quasi historique en avril (6,1%), avant de baisser.

L'économie américaine vacille, les actions s'effondrent
Voir l’article :
Après la baisse, la hausse : le contrat à terme de l’indice…