Pour la première fois depuis plus d’un an, la hausse des prix en France a ralenti en août, mais l’inflation s’est déplacée de l’énergie vers les autres biens et services et devrait rester élevée pendant longtemps.

Selon des données préliminaires publiées mercredi par l’Insee, la hausse des prix à la consommation s’est accélérée à 5,8% au cours de l’année, contre 6,1% en juillet.

Ce léger ralentissement de l’inflation s’explique par le « ralentissement des prix de l’énergie » qui a continué d’augmenter de 22,2% sur l’année contre 28,5% en juillet.

La hausse des prix se répercute sur l’ensemble de l’économie : les prix des produits alimentaires en août ont augmenté de 7,7% sur l’année contre 6,8% en juillet.

Il en va de même pour les produits industriels, qui progressent de 3,5% contre 2,7% il y a un mois, et les services de 3,9%, comme en juillet.

« Il est trop tôt pour parler d’un véritable ralentissement de l’inflation », note Charlotte de Montpellier, économiste chez ING, dans l’étude.

D’autant que la hausse des prix continue de s’accélérer au cours du mois, passant de 0,3% entre juin et juillet à 0,4% entre juillet et août.

En termes annuels, il s’agit toutefois du premier ralentissement depuis juillet 2021, lorsque l’inflation était limitée à 1,2 %.

Le pic de l’inflation était-il déjà atteint ou était-il prévu pour l’automne ? C’est difficile à dire, notamment en raison de l’incertitude entourant l’approvisionnement en gaz russe de l’Europe cet hiver.

« Non », répond le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans un entretien au quotidien Les Echos. « Nous n’anticipons pas de baisse structurelle de l’inflation avant 2023. Toute notre politique est d’en atténuer les effets dans le temps », a-t-il commenté.

« Le sommet, je ne sais pas où il est, mais il y a une inflation persistante là-bas », a déclaré mardi le directeur du groupe Carrefour Alexandre Bompard lors des Rencontres des entrepreneurs de France (REF), organisées par le Medef.

« La seule chose que nous savons avec certitude sur l’inflation, c’est ce que nous voyons, pas ce que nous attendons. L’inflation va continuer, mais à un niveau inférieur à ce que nous pensons », a prédit le ministre du Travail Olivier Dussopt lors du même événement.

L’inflation en France est plus faible qu’ailleurs dans la zone euro, grâce au bouclier énergétique qui a gelé la hausse des prix réglementés du gaz depuis l’automne dernier et limité la hausse des prix de l’électricité à 4 % cette année. de nouveau rappelé mardi.

En août, les prix en Allemagne ont augmenté de 7,9 % sur un an, avec une hausse de 16,6 % des prix alimentaires, tandis que l’inflation a légèrement ralenti en Espagne, mais est restée à deux chiffres (10,4 %).

M. Le Maire lui a indiqué qu’en 2023 les prix de l’énergie augmenteraient pour les consommateurs français, mais de manière « limitée ».

Selon les économistes, l’écart d’inflation entre la France et les autres économies européennes va se réduire, voire s’inverser.

Michel Martinez, spécialiste européen chez Société Générale CIB, a déclaré à l’AFP qu’une fois le bouclier tarifaire terminé, « on aura toujours une inflation plus faible en France qu’une inflation en Europe. Mais au lieu d’être de trois points, « la différence » sera plutôt ordinale », selon lui.

Charlotte de Montpellier estime qu’en France l’indice des prix sera plus élevé l’an prochain que dans les pays voisins, car ces derniers bénéficieront d’une base de comparaison sur un an plus favorable, suite à une augmentation des prix intérieurs plus forts cette année.

En tout état de cause, l’évolution future de l’inflation en France, comme dans le reste de l’Europe, continuera de dépendre largement des prix de l’énergie, mais aussi de la conjoncture économique dans son ensemble.

Des prix du gaz plus élevés peuvent « augmenter les coûts d’exploitation », ce qui peut alimenter l’inflation, mais en raison de la faiblesse de la demande, les entreprises peuvent également « répercuter de plus en plus la hausse des coûts sur les prix », explique l’économiste d’ING.

Qu’est-ce que l’inflation et quelle est son origine ?

Inflation par excès de masse monétaire Dans ce cas, la source de l’inflation est l’excès de masse monétaire créé par les banques commerciales ou par le financement du déficit public par la banque centrale. Sur le même sujet : Ministère de l’Economie : Bruno Le Maire reste à Bercy. Cette dernière est donc alimentée par une demande excessive et la dépréciation du taux de change.

.

L'économie japonaise est en ruine
A voir aussi :
La troisième économie mondiale, très dépendante du dynamisme de sa consommation des…

Qui est le plus touché par l’inflation ?

Alors que les prix de l’énergie augmentent très rapidement – 28% par an en mai 2022 – les ménages qui ne peuvent pas réduire leur consommation à court terme sont les plus durement touchés par l’inflation. Sur le même sujet : Poumon économique.

Qui connaît l’inflation? L’inflation de la demande est causée par un déséquilibre entre l’offre et la demande. Si la demande d’un produit ou d’un service nécessaire dépasse l’offre et que les producteurs ne peuvent ou ne veulent pas augmenter immédiatement leur production, une demande excessive entraînera une hausse des prix.

Quand l’inflation va s’arrêter ?

Autodestruction et récession En 2023 on va calculer l’inflation par rapport à 2022 qui verra une très forte hausse des prix qui fera forcément baisser le pourcentage », explique Stéphanie Villers. Cependant, il existe un scénario qui empêche l’inflation de se transformer en harakiri : les augmentations de salaire.

Quelle sera l’inflation en 2022 ?

L’inflation devrait s’établir en moyenne à 5,5% en 2022, un niveau sans précédent depuis 1985, qui réduirait le pouvoir d’achat des ménages de 1% malgré les mesures de soutien public mises en place ou annoncées, la plus forte baisse depuis 2013.

Qui sont les plus touchés par l’inflation ?

Les produits les plus touchés par l’inflation et la croissance…

  • Huiles de cuisine. …
  • Poisson. …
  • Pâtes, riz et farine. …
  • Café
Guerre en Ukraine : comment l'économie française va-t-elle réagir à la crise ?
Lire aussi :
La Croix L’Hebdo : Alors que la France était en plein redressement,…

Quels sont les moyens de lutte contre l’inflation ?

« La façon de lutter contre l’inflation est de ralentir toutes les dépenses », a déclaré Milton Friedman dans l’étude citée ci-dessus. Les ménages adaptent leurs habitudes de consommation. Remonter les taux d’intérêt suppose une augmentation du poids des charges d’intérêts.

Comment la BCE stabilise-t-elle les prix ? Pour apprécier la stabilité des prix, la BCE s’appuie sur deux critères : l’appréciation de la masse monétaire en circulation et les perspectives d’évolution des prix. Pour déterminer l’inflation, plusieurs indicateurs sont pris en compte : salaires, taux d’intérêt, indices de prix…

Pourquoi les banques centrales Augmentent-elles leur taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation ?

Pour protéger les consommateurs d’une inflation excessive, les banques centrales augmentent les taux d’intérêt. Une baisse des taux réduit le pouvoir d’achat des consommateurs, réduit la demande et fait baisser les prix des biens et services.

Quel est le principal canal de transmission utilisé par la BCE pour lutter contre l’inflation ?

Afin de réguler la masse monétaire, la BCE agit sur la liquidité des banques dans le but de réduire indirectement le montant des prêts à l’économie. A cette fin, elle préconise l’utilisation de deux instruments monétaires : les réserves obligatoires et l’intervention sur le marché monétaire.

Quelles sont les causes et les conséquences de l’inflation ?

À mesure que l’inflation augmente, le pouvoir d’achat de chaque dollar que vous possédez diminue. Et quand il tombe, c’est le contraire qui est vrai. Par exemple, si le taux d’inflation est de 2 % par an, théoriquement un paquet de chewing-gum à 1 € coûtera 1,02 € au bout d’un an.

Quelles sont les 3 causes de l’inflation ? Ce phénomène est de nature globale. Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’inflation actuelle : la distorsion entre l’offre et la demande, la guerre en Ukraine, un frein en Chine, les délocalisations ou encore la transition énergétique.

Quelles sont les conséquences positives de l’inflation ?

Si l’inflation a toujours des effets négatifs à long terme, elle peut avoir des effets positifs à court terme. • Effets positifs : – réduit l’endettement des débiteurs (par exemple ceux qui ont emprunté pour acheter une maison). – profite à ceux qui bénéficient d’un revenu indexé sur l’inflation.

Quelle sont les conséquence de l’inflation ?

L’inflation fait monter les prix des biens et des services. Ainsi, cela réduit votre pouvoir d’achat si vos revenus ne croissent pas aussi vite.