Les robots de téléprésence permettent de chatter par vidéo tout en déplaçant l’appareil numérique.

Ces doublures de soi existent sous toutes les formes imaginables. Les marques les plus connues sont Beam, Anybot, Wicron WebotiRobot, Vgo ou Double Robotics. Quand ces appareils ont été commercialisés en 2011, ils revenaient à près de 15 000 dollars. Aujourd’hui, cette technologie s’est démocratisée. Cet été, le dernier Beam   Pro sera disponible pour la modique somme de 1 500 dollars.

 

 

La NSA…

Grâce à un robot téléprésent, on peut enfin être à deux endroits en même temps. Et parfois, ça peut s’avérer sacrément utile. Voir l’article : La technologie à la rescousse de l’Amazonie. Edward Snowden a ainsi pu donner une conférence TED alors qu’il était bloqué en Russie. Il a trouvé cette expérience de présence désincarnée absolument géniale :

 

Urgences : des robots médecins 

Dans les hôpitaux provinciaux, quand à une heure avancée, l’avis d’un spécialiste vient à manquer, les robots de téléprésence peuvent prendre le relai. Avec son smartphone, le médecin qui est déjà couché, en déplacement ou en train d’exercer à des kilomètres peut communiquer avec le patient, orienter ses collègues sur la piste d’un diagnostic et ainsi suivre la prise en charge. Voir l’article : Nos quotidiens connectés. Quand tout se joue à la seconde près, c’est parfois la meilleure solution.

Ce système est en vigueur dans de nombreux hôpitaux américains et a déjà permis de sauver des vies.

A l’heure actuelle, le leader du marché de la télémédecine se nomme InTouch Health. Il est le fabricant du système RP-VITA. Particularité de ce produit : le robot peut apprendre à effectuer certains trajets de manière autonome. Le médecin ne perd donc plus de temps à naviguer entre les différents services. L’histoire d’un succès en vidéo :

 

Gardez la monnaie ! Un robot pour faire ses achats

Evidemment, nous sommes loin d’en être au stade décrit dans le film Clones. Ceci dit, les habitants de la Silicon Valley ont parfois droit à un avant-goût du futur. Cette vidéo a été tournée en février 2011 par un passant qui n’en croyait pas ses yeux lorsqu’il a vu un robot chercher des gâteaux pour son propriétaire au café du coin. La serveuse du « Red Rock Coffee » n’a pas dû être mécontente du pourboire ! Ce robot qui fait les courses est un modèle QB Avatar du fabricant Anybot. Un des clients du café aurait dit en faisant référence à la scène culte de Pulp Fiction : « I was hoping it says: ‘everybody stay cool, this is a robbery!’ »

 

Un robot pour aller au bal de fin d’année

olivia-3163050,robot_school-1541584,

Afin d’éviter des trajets de plusieurs heures pour aller à l’école, les enfants des régions peu peuplées des Etats-Unis suivent souvent des cours à distance. Les « virtual high schools » veillent à leur progression grâce à des livres, tutoriels vidéo et tests centralisés. Evidemment, il n’y a pas de note de présence ! Toutefois, il est un événement qu’un ado ne manquerait pour rien au monde : le bal de fin d’année. Au Kansas, la Lawrence Virtual High School a autorisé pour la première fois en avril 2014 deux élèves à participer à ces mondanités par le biais de robots de téléprésence. Dylan Wenk a affublé son avatar baptisé « Lewis » d’un nœud papillon et Olivia Ledezma son « Clark » d’un diadème à paillettes et d’un boa de plumes.

 

Des câlins à distance

Alors que la mondialisation bat son plein, les relations longue distance sont de plus en plus fréquentes. Des couples, des familles vivent parfois durant une période prolongée dans des villes éloignées, séparées parfois par des continents. Ceux qui connaissent les affres de ces relations principalement vécues sur la Toile attendent une innovation qui les aidera à surmonter tous ces kilomètres. De là à voir dans « Telenoid », l’invention du Japonais Hiroshi Ishiguro qui permet de chatter en câlinant, la solution, c’est une autre histoire…
Par Telenoid, il faut entendre TELEcommunicatioN andrOID. La voix, les mouvements de la tête, de la bouche et des yeux de la personne sont repris par le robot. L’utilisateur a le choix entre quatre modes d’interaction : saluer d’un geste de la tête, faire signe de la main gauche ou de la main droite et prendre dans ses bras. Cette poupée mesure près de 80 centimètres. Il faut la prendre sur ses genoux ou dans les bras, car elle ne tient pas sur ses jambes. Telenoid au salon français Innorobo 2013 :

 

Depuis l’invention de Telenoid en 2010, la technique a évolué. Hugvie, son successeur, est un coussin coloré de la forme d’un bébé. Il vibre et peut accueillir un téléphone portable.

 

D’après une étude scientifique cette forme de téléprésence serait même bonne pour la santé, car le cortisol, l’hormone du stress, baisse sous l’action des câlins, même si ce n’est qu’un robot qui les prodigue. On ne s’étonnera donc pas que Hiroshi Ishiguro affirme son invention a une âme :

 

DIY – Des robots fabrication maison

Ceux qui trouvent le Telenoid un peu trop glauque à leur goût pourront toujours se fabriquer leur propre robot. A condition d’être un tant soit peu doué et informé. Claire Delaunay, une ingénieure française spécialiste en robotique, a prouvé que c’est possible. Lorsque son travail l’a appelée en Californie, elle a fabriqué dans son garage « Botiful », histoire de donner une tournure plus naturelle aux discussions sur Skype avec sa famille restée en France. Elle a réussi à financer son projet via une plate-forme de crowdfunding. Les premiers modèles ont pu être commercialisés dès février 2013.

 

Au pied Médor…

Le robot téléprésent le plus émouvant reste cependant le « Darwin-bot » qu’un développeur du Microsoft Robotics Team… a mis au point… pour son chien Darwin. Grâce à cette invention, le maî-maître peut envoyer la ba-balle à son chien-chien sans quitter son bureau…

 

C’est qui qu’a pété ?

Les robots de téléprésence ne sont pas juste un fascinant joujou pour adultes. La preuve avec la dernière invention du fabricant de jouets WowWee. RoboMe peut être programmé pour quantités d’utilisations, mais il dispose surtout d’un dockmode téléprésence. Son propriétaire peut  donc le commander à distance et le faire foncer à travers l’appartement, tout en restant connecté via une caméra. L’écran de RoboMe peut montrer un visage de robot ou, si la caméra est activée en mode reverse, le visage de l’utilisateur. Ceci dit, mieux vaut parfois garder l’anonymat. La preuve dans la vidéo proposée plus loin. RoboMe est disponible en France. Pour une centaine d’euros, l’avenir peut entrer dans nos intérieurs.

 

 

Se téléporter grâce à un robot” Samedi, le 7 juin dans FUTUREMAG, à 13.15 heurs sur ARTE :

L'Ecoliner, cargo hybride
Voir l’article :
Optimiser la force du vent dans les voiles en orientant les mâts…