FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Énergie

“Les prix de l’énergie resteront élevés pour financer la transition énergétique”, selon le président d’Engie

"Les prix de l'énergie resteront élevés pour financer la transition énergétique", selon le président d'Engie

Publié

hier à 10:55, mis à jour il y a 6 heures

Jean-Pierre Clamadieu estime également que la France peut réduire sa dépendance au gaz russe d’ici “3 ou 4 ans”.

La France peut-elle se retrouver sans gaz russe ? A cette question, le président Engieja répond « à long terme ». La question est dans quel délai ? Parce que le gaz est une énergie qui nécessite une infrastructure pour être livrée là où vous le souhaitez. Cette infrastructure prend du temps.

Lire iEnergy : L’Europe pourrait-elle vraiment se passer du gaz russe ?

Invité à préciser cet horizon, Jean-Pierre Clamadieu a répondu : “Je parle de l’âge. D’ici 3-4 ans, nous serons probablement capables de réduire significativement notre dépendance (au gaz russe), affirme le président d’Engie à propos de France Inter. “Si nous devons faire face à une rupture brutale, c’est un scénario beaucoup plus difficile et qui nécessitera des ajustements qui risquent d’être brutaux.” En 2020, le gaz représentait environ 16 % de la consommation d’énergie en France, mais 27 % en Allemagne et 41 % en Italie.

L’auteur du livre “L’Europe, l’avenir de l’industrie française” (éditions Cherche-Midi) admet que “la transition énergétique conduit inévitablement à une hausse des prix de l’énergie par rapport à ceux de plusieurs années”. “Nous sommes confrontés à une crise spécifique qui affecte l’équilibre entre l’offre et la demande et conduit à des formes de risque premium. Les prix augmentent donc. Cette prime de risque peut disparaître si la situation géopolitique se stabilise », a déclaré Jean-Pierre Clamadieu.

Lire aussi Quatre scénarios pour l’objectif de neutralité carbone en France

Mais le président Engie prévient que les prix de l’énergie seront élevés dans les années à venir car nous devons financer la transition énergétique. La crise actuelle montre qu’il faut accélérer la transition énergétique. » “Quand on parle de besoin de moins consommer de gaz, une solution alternative est le développement des énergies renouvelables (biométhane, hydrogène, énergies renouvelables électriques).”

A lire aussiEngie veut vaincre les réticences envers les énergies renouvelables

Alors que le bouclier tarifaire est au cœur du débat sur l’inflation galopante, Jean-Pierre Clamadieu estime qu’il s’agit d’une décision politique. Il me semble clair que protéger au moins les consommateurs les plus vulnérables est essentiel. » Rappelant que « les boucliers tarifaires énergétiques ont des coûts budgétaires énormes ».

Related posts

“La troisième révolution est en marche”, Interview de Jeremy Rifkin

admin
2 mois ago

Micropia, 1er zoo à microbes du monde

admin
2 mois ago

Energie renouvelable : comment ça marche ?

3 semaines ago
Quitter la version mobile