Dans le cadre d’une expérience en Lituanie, les Pays-Bas ont déployé quatre robots terrestres armés ou véhicules terrestres sans pilote (UGV). C’est le premier pays de l’OTAN à le faire, alors que la Russie possède déjà ce type d’avion dans son armée.

Alors que la guerre est entrée dans une nouvelle phase en Ukraine avec, notamment, l’utilisation de drones kamikazes, les Pays-Bas sont le tout premier pays de l’Otan à dévoiler ce que l’on pourrait appeler des « véhicules terrestres robotiques tueurs ». Ces types de chars autonomes sont des systèmes d’infanterie modulaires hybrides à chenilles (THeMISTHeMIS) de type UGV (Unmanned Ground Vehicle) construits par la société de défense estonienne Milrem Robotics.

« Nous avons déployé quatre machines militarisées [sans pilote] dans le cadre d’une expérience opérationnelle », a déclaré le lieutenant-colonel Sjoerd Mevissen, commandant du système robotique et autonome de l’armée royale néerlandaise, au magazine Janes. « Pour autant que je sache, nous n’avons jamais vu cela en Occident auparavant. » Il précise qu’il s’agit tout de même d’un test dans des conditions quasi réelles du fait de la proximité avec la Russie, car le test se déroule en Lituanie.

La Russie possède déjà un robot similaire

Comme on peut le voir sur les visuels, il s’agit d’un véhicule chenillé télécommandé, destiné à de multiples opérations dans le domaine du transport ou de la reconnaissance par exemple. Il peut également être utilisé comme plate-forme d’armes avec l’ajout d’une mitraillette, par exemple. Sur le même sujet : Amazon construit un robot mobile entièrement autonome pour les entrepôts. Les Pays-Bas en testent actuellement quatre, et une équipe de 17 personnes fait des simulations avec notamment le travail de coordination entre les robots.

Selon VICE, des robots armés de mitrailleuses ont été vus sur des champs de bataille dans le passé, mais ce n’étaient pas des pays de l’OTAN. La Russie a utilisé des véhicules similaires en Syrie en 2018, et l’Uran-9 est capable de transporter un canon automatique et quatre missiles antichars. L’Iran, qui fournit des drones kamikazes à la Russie, a également développé ses propres appareils avec le Heidair-1.

Manifeste de l’UGV en 2019, équipé d’une tourelle de protection. © Milrem Robotique

Sur le même sujet :
&#xD ;Des chercheurs de l’université de Besançon ont mis au point un micro-robot…