Tesla a envoyé hier un e-mail à tous ses clients pour les avertir d’une augmentation du prix de la recharge de ses Superchargeurs. Cette annonce officielle est une première à ma connaissance, car les prix ont augmenté plusieurs fois ces dernières années et le fabricant a fait preuve d’une plus grande opacité jusque-là. Mais il faut dire que le prix qui est désormais de 0,67 € le kWh est un seuil symbolique : la conduite électrique est désormais généralement plus chère que la conduite thermique sur les longs trajets.

La donne a bien changé depuis l’année dernière où j’écrivais ma série sur mon expérience avec la Model 3 de Tesla. Dans la partie consacrée à la recharge, j’ai relevé un prix moyen d’environ 40 centimes le kWh dans les stations Tesla, ce qui donnait à notre voiture environ 6,6 € pour 100 km. En parallèle, j’ai estimé les coûts thermiques à environ 11 €/100 km, en me basant sur une consommation assez généreuse de 6,5 l/100 km et un prix de 1,7 €/l.

Près d’un an plus tard, cette simulation basée sur un voyage réel entre Quimper et Toulouse donne des résultats très différents. Le prix de l’électricité est maintenant d’environ 10,3 € pour 100 km et avec les aides de l’État, l’essence est encore moins chère, environ 1,5 €/l près de chez moi. Cela donne un prix aux 100 km un peu moins de 10 €, sans tenir compte des tarifs des stations sur les aires de desserte des autoroutes.

Cela ne change rien au constat que la conduite électrique coûte désormais plus cher sur les longs trajets. N’oubliez pas que ma voiture est une berline très économe et économe sur autoroute, ce qui n’est pas le cas de tous les modèles, avec un prix au kilomètre qui pourrait exploser. Tesla n’est pas le seul à augmenter ses prix, c’est un mouvement général et ses concurrents ont encore augmenté leurs prix. C’est le cas par exemple d’Allego qui prévoit d’augmenter le prix de ses bornes haut débit à partir du 7 octobre à 0,98 € le kWh !

Cette hausse du prix des bornes de recharge rapide est liée à celle de l’électricité, qui atteint des niveaux record depuis plusieurs mois et ne devrait pas s’améliorer cet hiver. Si les particuliers peuvent être protégés, comme c’est notamment le cas en France, les entreprises doivent payer les prix du marché et les exploitants de terminaux les répercuter sur le prix de l’électricité vendue à leurs clients. Ceci est d’autant plus important que ce secteur est loin d’être rentable, plusieurs acteurs émergent à peine et doivent investir des sommes importantes pour créer leurs réseaux de terminaux.

Notons au passage qu’Ionity n’a annoncé aucune augmentation à ce jour et avec son prix public de 0,69€ le kWh il est désormais au cœur du marché. Aucune hausse n’est prévue pour le moment, nous a dit Ionity, mais qui sait ce qui se passera si les prix de l’électricité restent aussi élevés. Fastned, un concurrent qui s’est récemment installé en France, a augmenté ses prix dans toute l’Europe (0,83 € du kWh), sauf dans notre pays pour l’instant (on reste à l’ancien prix, 0 0,59 € du kWh), mais on peut imaginez aussi que cela viendra assez bientôt.

La voiture électrique perd ainsi un avantage historique sur le moteur thermique. L’époque de la suralimentation gratuite et illimitée chez Tesla est révolue depuis longtemps et il ne faut pas compter sur son retour. On espère que les prix reviendront aux anciens tarifs lorsque les prix de l’électricité chuteront, mais cela prendra quand même un certain temps. C’est une mauvaise nouvelle à l’heure où l’on fait la promotion de la mobilité électrique, même s’il ne faut pas perdre de vue qu’un des avantages des véhicules électriques est la recharge à domicile.

Si vous disposez d’une prise accessible chez vous, vous ne payez pas plus que le tarif standard de l’électricité, qui est actuellement d’environ 0,17 € par kWh en France. Donc pour un usage courant, notre coût pour 100 km est d’environ 3,5 €, ce qui est assez large, ce qui reste bien inférieur au thermique. Avec le double avantage de pouvoir recharger à domicile tous les jours et de profiter de tarifs encore plus bas en passant aux tarifs heures creuses. Mais même dans ce cas, les tarifs devraient augmenter l’année prochaine et il reste la question des pénuries d’électricité qui pourraient survenir cet hiver.

Qu’est-ce qui va ralentir les ventes de voitures électriques dans les mois à venir ? Les carnets de commandes de tous les constructeurs étant encore bien remplis, nous ne devrions pas constater d’impact à court terme. De plus, tout dépend probablement du prix futur de l’électricité et des éventuelles coupures cet hiver qui pourraient marquer les esprits. Par ailleurs, RTE, qui est responsable du réseau électrique, évoque la possibilité d’éteindre les bornes de recharge publiques pendant les jours les plus tendus. Ce serait volontaire de la part des gestionnaires et une option serait prévue pour forcer la charge en cas d’urgence.

Pourtant, ce serait un coup dur pour l’électromobilité si cela devait arriver. Les particuliers sont encouragés cet hiver à ne recharger leur voiture que la nuit, ce que la plupart des modèles sur le marché peuvent faire grâce à une recharge programmée.

Pourquoi acheter une voiture électrique en 2022 ?

Avec moins de pièces mobiles, les risques de pannes sont réduits, la mécanique de la voiture électrique est simplifiée, ainsi que la maintenance. Ceci pourrez vous intéresser : Voitures à hydrogène : trois questions à Faouzi Annajah, le Marocain qui pilote le secteur – Atlasinfo. Cela peut vous faire économiser de l’argent, car les coûts d’entretien d’un véhicule électrique sont estimés être 25 % moins chers que ceux d’un véhicule thermique.

Vaut-il la peine d’acheter une voiture électrique ? Les véhicules électriques sont actuellement rentables pour les petits comme pour les gros conducteurs, même s’ils ne s’adaptent pas forcément aux besoins de chacun. L’aide généreuse qui est disponible, mais qui doit disparaître à terme, motive de nombreux automobilistes.

Quand Faudra-t-il acheter une voiture électrique ?

Acheter une voiture électrique à partir de 2022 Adieu les files d’attente, la hausse des prixâ En ayant une borne de recharge à domicile, il est possible d’économiser considérablement chaque mois. Voir l’article : Hopium Machina Vision : La voiture à hydrogène au look révolutionnaire. Deuxième argument pour ne pas attendre : profiter des aides à l’achat qui diminuent ensuite.

Quel est l’avenir de la voiture électrique ?

La mise en place de l’infrastructure nécessaire aux bornes de recharge en 2026 sera également un défi (malgré les avantages fiscaux). Les experts prédisent qu’avec un million de véhicules électriques, la consommation d’électricité augmentera d’environ 5 % (4 TWh).

Conduire une voiture électrique, un acte de foi
Lire aussi :
Autonomie limitée, bornes de recharge insuffisantes, nécessité d’une conduite économe en énergie……

Est-ce rentable d’avoir une voiture électrique ?

Selon une étude menée par l’UFC (L’Union Fédérale des consommateurs) Que-Choisir en juin 2021, un véhicule électrique neuf pourrait permettre d’économiser jusqu’à 1 750 € sur 4 ans par rapport à une voiture essence. .

.

Ceci pourrez vous intéresser :
La crise énergétique n’a pour l’instant pas modéré le dynamisme du marché…

Pourquoi le véhicule électrique Risque-t-il d’avoir un impact sur la santé humaine ?

Par exemple, le rapport indique que l’impact sur la santé humaine est plus important pour les voitures électriques en raison de l’utilisation supplémentaire de cuivre et, selon les cas, de nickel. Il y a jusqu’à quatre fois plus de cuivre dans un véhicule rechargeable que dans un véhicule conventionnel.

Quel est l’impact de la conduite électrique sur l’environnement ? Une voiture électrique en fonctionnement pollue peu. Lorsqu’il roule, il n’émet pas de gaz à effet de serre, de particules fines, de gaz nocifs ou de nuisances sonores comme le ferait un moteur thermique.

Quels sont les inconvénients d’un véhicule électrique ?

Inconvénients de la voiture électrique

  • Tout n’est pas nickel dans les piles. La production de batteries pour voitures électriques pose des problèmes écologiques et sociaux majeurs. …
  • La charge reste une limitation. …
  • Le temps de charge et la disponibilité des bornes. …
  • C’est cher à l’achat.

Quel est le problème des voitures électriques ?

Très peu de problèmes spécifiques aux véhicules électriques Au vu de l’analyse effectuée, la batterie 12V était la principale source de panne en 2020 sur les voitures électriques. 54% des pannes de ces voitures sont dues à cet élément contre 46,3% pour les modèles essence ou diesel.

Pourquoi être contre la voiture électrique ?

Selon les « anti-électriques », les véhicules électriques émettraient autant de gaz à effet de serre que les voitures thermiques, car l’électricité produite pour leur production et leur recharge provient d’usines au charbon, les plus polluantes au monde.

Quel entretien Faut-il faire sur une voiture électrique ?

Il est conseillé de faire entretenir une voiture électrique tous les 30 000 kilomètres, contre 15 000 kilomètres en moyenne pour une voiture à essence et 20 000 kilomètres pour un diesel.

Sources :