Le produit intérieur brut américain s’est de nouveau contracté au deuxième trimestre. Selon une première estimation du département du Commerce publiée jeudi, le PIB a reculé de 0,9% en rythme annualisé sur la période avril-juin, après s’être contracté de 1,6% au premier trimestre. Cette baisse du PIB sur le trimestre est de 0,2% si on la compare simplement au trimestre précédent, comme dans les autres économies avancées.

Dans un contexte d’inflation, avec l’important resserrement de la politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed), ce ralentissement de l’économie américaine pendant deux trimestres consécutifs ne rassurera cependant pas les marchés financiers qui craignent de voir déjà la première puissance mondiale en récession. .

Le département du Commerce a déclaré que la baisse du PIB au deuxième trimestre reflétait la baisse des investissements des entreprises et des achats de logements par les ménages. Les gouvernements fédéral, étatiques et locaux ont également réduit leurs dépenses.

La Fed prise entre inflation et risque de récession aux Etats-Unis

 En récession selon la définition technique

 En récession selon la définition technique

Avec cette deuxième baisse consécutive du PIB trimestriel, l’économie américaine répond à la définition classique d’une récession technique. Voir l’article : Le dollar chute sur le regain de confiance dans l’économie. Mais le National Bureau of Economic Research (NBER), organisme considéré comme “l’arbitre officiel des récessions” aux États-Unis, définit une récession comme “une baisse significative de l’activité économique répartie dans l’ensemble de l’économie, durant plus de quelques mois, normalement visible dans la production, l’emploi, le revenu réel et d’autres indicateurs. »

Si les risques à la baisse sur l’économie se sont accrus, comme en témoignent le ralentissement de la construction et des ventes de logements ou la détérioration de la confiance des entreprises et des ménages au cours des derniers mois, d’autres indicateurs demeurent positifs. Ainsi, la consommation, moteur de l’économie américaine, a une nouvelle fois surpris par sa vigueur en juin. Même si, avec l’inflation, les consommateurs, pour une même facture, repartent avec un panier moins rempli.

Autre indicateur favorable : le marché du travail se porte bien. Les inscriptions au chômage ont chuté la semaine dernière aux Etats-Unis, à 256.000 contre 261.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé jeudi le département du Travail. Le taux de chômage, à 3,6 %, est très proche de son niveau d’avant la pandémie, qui était le plus bas depuis 50 ans. Et les employeurs ont encore du mal à recruter.

Dans ce contexte, avant les élections de mi-mandat du 8 novembre, la Maison Blanche rejette fermement l’idée d’une récession et cherche à rassurer les Américains. Le président Joe Biden a même déclaré que l’économie américaine était “sur la bonne voie”. “Sans surprise, l’économie ralentit alors que la Réserve fédérale s’efforce de réduire l’inflation”, a-t-il déclaré dans un communiqué. De son côté, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a assuré que non, la première économie mondiale n’était pas en récession.

Alors que le PIB américain s’est contracté de 3,4% en 2020 sous l’effet de la crise du Covid-19, avant de rebondir de 5,7% en 2021, le FMI a fortement revu à la baisse sa prévision de croissance des Etats-Unis pour 2022, et n’attend désormais plus que 2,3% ( alors qu’il anticipait encore 3,7 % en avril).

Les entreprises zombies, une « épidémie » menaçant l'économie française ?
Sur le même sujet :
Le coup d’envoi des plans sociaux de ce nouveau quinquennat a été…

Newsletter – La Tribune 12h

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous de midi avec A voir aussi : Pourquoi l’économie française crée tant d’emplois.

PODCAST/ Pleins feux sur l'économie sociale et solidaire avec Jean-Claude Eyraud
Ceci pourrez vous intéresser :
Tous les matins à 21h30, Annie Borgia accueille un mec qui nous…

Inscription à La Tribune 12h

toute l’actualité économique

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous du midi

avec toute l’actualité économique

Dernière étape : confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Inscription à la newsletter La Tribune 12h

Pensez à vérifier vos spams.

A très bientôt sur le site de la Tribune et dans nos newsletters,

Inscription à La Tribune 12h

La rédaction de La Tribune.

Connexion à mon compte

Chaque jeudi, les dernières nouvelles.

Merci pour votre inscription !

Dans votre boîte aux lettres à 9h. M.

Vous êtes déjà inscrit !

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?

Réinitialisez votre mot de passe

Du lundi au vendredi, votre rendez-vous du midi

Email envoyé !

avec toute l’actualité économique

je n’ai pas encore de compte

Quels sont les éléments qui font la puissance diplomatique d’un État ?

A très bientôt sur le site de la Tribune et dans nos newsletters,

La rédaction de La Tribune.

Quels sont les critères de la puissance ?

Découvrez toutes les newsletters de La Tribune

Comment un État affirme sa puissance ?

La rédaction de la Tribune

Pourquoi les USA sont considéré comme une grande puissance en 1945 ?

Saisissez l’adresse e-mail fournie lors de la création de votre compte,

Un email vous sera envoyé avec vos informations de connexion.

Pourquoi les États-Unis sont la plus grande puissance militaire ?

Un e-mail a été envoyé avec vos informations de connexion.

Pourquoi les États-Unis sont considérés comme une grande puissance ?

A très bientôt sur le site de la Tribune et dans nos newsletters,

Qui est la plus grande puissance économique mondiale ?

La rédaction de La Tribune.

Outre la puissance militaire, la base territoriale, la population, la géographie et les ressources naturelles peuvent également avoir été des déterminants classiques du pouvoir de l’État.

Quelles sont les 10 premières puissances économiques du monde ?

Qu’est-ce qui constitue la puissance diplomatique de la France ? La France se veut un État puissant, présent dans le monde entier. Dans le domaine diplomatique, la France peut compter sur un vaste réseau d’ambassades et de consulats, le deuxième au monde après celui des États-Unis : 156 ambassades et 98 postes consulaires. Cette large représentation est très coûteuse pour le pays.Une puissance est « un Etat qui se distingue dans le monde non seulement par son poids territorial, démographique et économique, mais aussi par les moyens dont il dispose pour assurer un rayonnement durable sur l’ensemble de la planète sur le plan économique, culturel et diplomatique ». (Gérard Dorell).Affirmer sa puissance depuis les mers et les océans Le missile de croisière, ou missile à longue portée, initialement inventé par les nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, équipe aujourd’hui un grand nombre de bâtiments, dont la plupart sont des marins de sous-attaque en service . .
Revue géopolitique et stratégique. En 1945, les États-Unis sont sortis vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale avec les autres alliés. La puissance américaine sort renforcée du conflit planétaire. Les soldats américains bénéficient d’une image positive en Europe occidentale.Que fait la puissance des États-Unis ? La puissance militaire des États-Unis s’illustre notamment par ses flottes réparties sur tous les océans. Elle dispose de 11 porte-avions quand les autres grandes puissances mondiales n’en ont qu’un ou deux. Les avancées technologiques contribuent à cette puissance militaire : drones, bombardements ciblés.La puissance militaire des États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale s’explique notamment par son avance technologique : c’est le premier pays à avoir développé la bombe atomique ; dans les années 1970, ses recherches ont abouti à la production d’appareils furtifs.
Les États-Unis sont la première puissance industrielle mondiale. Ils produisent des produits manufacturés de toutes sortes. Ses principaux atouts sont l’industrie lourde (chimie, métallurgie…), les industries de haute technologie (électronique, informatique, aéronautique, aérospatiale, biotechnologies…), l’industrie automobile (Ford).1/ États-Unis – 17 419 millions de dollars.Quelle est la première puissance économique mondiale en 2021 ? Le Luxembourg reste le pays avec le PIB par habitant le plus élevé en 2021, avec un produit intérieur brut par habitant de 126 000 dollars. L’Irlande reste sur la 2e marche du podium, devant Singapour (3e).
IntervallePaysPIB en milliards de $
1États Unis25 346,81 $

Quelles sont les 7 grandes puissances mondiales ?

deux

Pourquoi l’Amérique est la première puissance mondiale ?

Porcelaine

19 911,59 $

Pourquoi les États-Unis sont le pays le plus riche ?

3

Comment l’Amérique domine le monde ?

Japon

Pourquoi les États-Unis restent ils la première puissance d’un monde devenu multipolaire ?

4 912,15 $