Publié le 27 octobre 2022 à 16h12 Mis à jour le 27 octobre 2022 à 5:56

Récession ou atterrissage en douceur ? Désormais, l’économie américaine est en hausse : au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 2,6 % par an, selon la première estimation du Bureau of Economic Analysis (BEA). Il a baissé de 0,6 % au deuxième trimestre et de 1,6 % au premier.

« L’augmentation du PIB réel reflète l’augmentation des exportations, des dépenses de consommation, de l’investissement permanent des non-résidents, des dépenses publiques, qui est partiellement couverte par la baisse de l’investissement permanent intérieur et des biens privés. Les importations, qui sont une déduction pour le calcul de Le PIB, a diminué », explique le service statistique du ministère du Commerce.

La publication est un soulagement pour la Maison Blanche, à dix jours des élections critiques de mi-mandat pour la majorité démocrate de la législature. « Depuis des mois, les opposants disent que l’économie américaine est en récession, et les républicains au Congrès parient sur une récession. Mais aujourd’hui, nous avons plus de preuves que notre reprise économique continue de progresser », a déclaré le président. Chiffres du PIB, Joe Biden a privilégié les chiffres de l’emploi ces derniers mois, la création d’emplois se poursuivant toujours et le taux de chômage au plus bas depuis un demi-siècle, à 3,5% de la population active.

Nouvelle hausse des taux

Le rythme de croissance au troisième trimestre a été légèrement supérieur aux attentes des économistes, qui tablaient sur une hausse du PIB de 2,4 %. Il a rassuré les investisseurs, qui ont fait grimper les cours de Wall Street après la publication. Le débat sur le risque de récession, qui agite les analystes depuis le printemps, n’est cependant jamais bien loin. Sur le même sujet : Malgré le shutdown, l’économie chinoise tient le coup. C’est « le pire des derniers », a réagi sur Twitter Gregory Daco, responsable de l’économie américaine chez EY Parthenon.

La croissance de l’été a été tirée par les exportations, même si un dollar fort pourrait les ralentir, surtout si l’activité se dégrade chez ses principaux partenaires. La consommation des ménages, traditionnellement le plus puissant moteur de l’activité, a reculé (+1,4 %) et pourrait encore être affaiblie par le poids de l’inflation, la hausse du prix de la dette et la chute des cours boursiers. La descente du marché immobilier est également examinée, entre prix élevés et taux d’intérêt désormais inacceptables – l’investissement dans le logement privé a également fortement chuté cet été (-26,4%).

L’inflation (+8,2% sur un an) se refroidit lentement malgré les hausses rapides des taux d’intérêt depuis le printemps, et la Réserve fédérale doit encore relever ses taux directeurs la semaine prochaine après la réunion du comité de politique monétaire de mardi et mercredi. Les économistes misent généralement sur un nouvel écart clé de 0,75 point de base.

Les rendements des obligations à dix ans ont également chuté par rapport aux obligations à trois mois. Une inversion de la courbe des taux (les prêts à long terme sont généralement meilleurs que les prêts à court terme) est considérée comme le signe d’un risque croissant de récession.

La Fed table sur une croissance de 0,2% d’ici la fin de l’année, et de 1,2% un an plus tard, selon sa dernière prévision de septembre. Analyse partagée par les économistes interrogés par Nabe. « La différence entre les estimations les plus optimistes et les plus pessimistes de la croissance du PIB en 2022 et 2023 reste importante », a toutefois noté l’organisation.

Les bénéfices après impôts des entreprises, qui ont largement réussi à transmettre une valeur accrue à leurs clients – parfois au-delà des coûts – ont continué d’augmenter au deuxième trimestre, selon le BEA. Peut-être que la situation a été tendue ces derniers mois. Les économistes « sont susceptibles de faire état d’une baisse plutôt que d’une hausse des bénéfices pour la première fois depuis le milieu de 2020 », a déclaré Jan Hogrefe, économiste en chef de Boeing et président de l’enquête sur la situation. Nabe affaires.

Voir l’article :
Alterre Bourgogne-Franche-Comté organise, le 21 octobre, la conférence « Les mutations de l’économie…