olaf doessel

Le professeur Olaf Dössel est directeur de l’Institut de génie biomédical et doyen de la faculté de génie électrique et des technologies de l’information à l’Institut de Technologie de Karlsruhe. Il occupe par ailleurs plusieurs fonctions honorifiques et est notamment membre du Council for Research and Promotion of Young Scientists (CRYS), de l’Académie allemande des sciences et techniques acatech et du comité directeur de la société allemande de génie biomédical au sein de la VDE (association allemandes des industries électroniques)

Comment voyez-vous l’avenir de la cybermédecine ? 
 

En tant que chercheur, je suis fasciné par les techniques innovantes qui améliorent les soins médicaux, que ce soit au niveau de la médecine traditionnelle ou des nouveaux champs comme la télémédecine ou les services liés au Web. Lire aussi : C’est déjà demain – 2.
Mais je me dois de mettre en garde contre les innovations trop rapides ou irréfléchies. Pour ce qui est des technologies de la santé, le médecin ou l’usager font confiance à un produit et attendent de lui un « plus » en termes de santé et de bien-être. Nous devons prendre garde à ne pas décevoir cette confiance et à ne pas porter in fine attente à l’intégrité physique de la personne traitée. C’est pourquoi il existe de nombreuses lois et directives en vigueur en Europe et qu’il convient de respecter. L’an passé, l’opinion a été alertée par le scandale des implants mammaires qui a montré à quel point certains produits pouvaient engager la responsabilité de la médecine. Des entreprises peu scrupuleuses se sont rendues coupables en enfreignant les lois et normes en vigueur.

Pour simplifier, je dirais que tout produit médical est la promesse d’apporter un certain avantage au patient à condition d’être bien utilisé. Le législateur parle « d’utilisation prévue » ou intended use. Un fabricant doit apporter la preuve que son produit a effectivement une utilité, ce qui n’est possible qu’au prix d’importants tests cliniques à la fois très coûteux et chronophages.

Prenons un exemple : il est relativement simple de mesurer et d’afficher le rythme cardiaque d’un individu – les appareils nécessaires ont conquis le marché. Et ils fonctionnent aussi avec des téléphones portables ou des applis. La promesse « afficher le rythme cardiaque » est claire, et le fabricant peut la tenir sans difficulté. Pourtant, à partir des valeurs affichées, il est difficile de déduire si une personne souffre d’une affection cardiaque ou non. Admettons qu’avec un de ces appareils, un voyant passe au vert pour dire au sportif qu’il peut continuer à s’entraîner et augmenter ses efforts, et que ce même voyant passe au rouge pour lui dire de s’arrêter. Là, les choses se compliquent. Qui est responsable, si l’utilisateur souffre d’une maladie cardiaque que l’appareil ne détecte pas et qu’il tombe raide mort ? 

Le MoleScope est-il un produit d’avenir ?
 

Le MoleScope est un nouveau produit qui promet de distinguer les grains de beauté malins. Que se passe-t-il si sur 100 cas, l’appareil ne reconnaît pas trois mélanomes ? Le patient est persuadé d’être protégé et la découverte de la tumeur maligne intervient trop tard. A voir aussi : C’est Déjà Demain – 22. J’ai beau être fasciné pour les nouvelles technologies, mais l’examen d’un mélanome reste une affaire de médecin ! Si l’aspect d’un grain de beauté change ou devient étrange, il faut de toute urgence consulter un dermatologue ! Le médecin fera lui aussi une prise de vue du mélanome qu’il fera analyser par un ordinateur, mais au final, c’est de son savoir et de son expérience qu’il posera un diagnostic.

Pour résumer, je dirais tout simplement que la technologie est là pour aider le médecin et non pas pour le remplacer. Et c’est la même chose pour la télémédecine.
 

Lire le point de vue du Docteur Markus Müschenich, pour qui « la cybermédecine, c’est l’avenir ! »

 

Faites vous votre avis en regardant notre reportage sur le MoleScope

 

Lutte contre le cancer : les promesses du micro ARN
Voir l’article :
Avant toute chose, une petite leçon de biologie moléculaire s’impose. Commençons par la…

 

Les expériences culturelles numériques continuent de séduire, malgré le retour du « physique »
Lire aussi :
Le Covid-19 et sa composante de servitude ont poussé le monde traditionnel…