Publié le 20 octobre 2022 à 18:17 Source : TF1 Info

Publié le 20 octobre 2022 à 18h17

Le gouvernement a lancé ce jeudi une grande concertation sur l’avenir de l’énergie en France.Son but : permettre au Français de s’exprimer, notamment via une plateforme participative en ligne.Cette concertation, promise par Emmanuel Macron, doit durer jusqu’au 31 décembre.

Le gouvernement a lancé ce jeudi une grande consultation sur l’avenir de l’énergie en France. A voir aussi : C’est Déjà Demain-28.

Son objectif : permettre aux Français de s’exprimer, notamment via une plateforme participative en ligne.

Cette concertation, promise par Emmanuel Macron, doit durer jusqu’au 31 décembre.

Emmanuel Macron l’avait promis en février dernier : la grande consultation sur l’avenir du mix énergétique français a été lancée ce jeudi par le gouvernement, qui s’est fixé deux objectifs : atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 (qui consiste à ne plus générer d’émissions de gaz à effet de serre) . que nous ne pouvons absorber) et sevrer le pays de sa dépendance aux combustibles fossiles. Mais cela implique « de vrais choix de société sur notre manière de consommer et de produire, de nous déplacer, de nous loger », souligne le gouvernement dans son communiqué.

Cette consultation, qui devrait durer jusqu’au 31 décembre, devrait donc permettre aux citoyens de s’exprimer sur cette question, avec la question nucléaire au centre des débats. Elle se fera notamment à travers une plateforme participative en ligne. Trois questions principales sont posées aux citoyens : comment adapter notre consommation ? Comment satisfaire nos besoins énergétiques tout en s’affranchissant de notre dépendance aux énergies fossiles ? Et comment planifier et financer notre transition énergétique ?

« Les conclusions de cette consultation viendront s’ajouter au débat parlementaire, qui se tiendra en 2023, sur la future loi de programmation énergie-climat, et alimenteront les options stratégiques pour notre pays », a déclaré le ministre de la Transition énergétique. Agnès Pannier-Runacher. Elle intervient alors que le Parlement doit se prononcer au plus tard en 2024 sur la future feuille de route de l’énergie de la France (qui précise précisément quelle part pour chaque énergie).

Voir l’article :
Quels sont les trois types de panneaux photovoltaïques ? Quels sont les…

Un Tour de France des régions

Parallèlement, la citoyenneté pourra également s’exprimer à travers plusieurs rencontres dans chaque région, qui réuniront le grand public, tous les agents locaux, les étudiants, ainsi que les membres du gouvernement. Par ailleurs, un « Youth Forum » sera organisé mi-janvier 2023 qui permettra à 200 jeunes, âgés de 18 à 35 ans, de s’exprimer sur l’avenir énergétique du pays. Ceci pourrez vous intéresser : Cette organisation fictive dénonce des mensonges sur l’énergie. Cette initiative sans précédent donnera la parole à ceux qui sont le plus préoccupés par les décisions à long terme prises aujourd’hui.

Cette consultation bénéficiera du suivi de quatre labellisations de la Commission nationale du débat public (CNDP), autorité administrative indépendante qui a conseillé le gouvernement sur ses modalités d’organisation. Sa mission : garantir la transparence, la neutralité et le « devoir de suivi », en l’occurrence une synthèse qui sera intégrée au processus parlementaire.

Pour autant, leurs conclusions pourront-elles changer la stratégie gouvernementale qui vise à réduire les consommations (sobriété et efficacité énergétique) et à décarboner le mode de production de l’électricité, avec les renouvelables et le nucléaire ? « Il y a des grandes lignes qui ont été esquissées par le président Emmanuel Macron (…) mais il y a la question du comment, c’est ce qui est au cœur de cette consultation et il faut définir plus précisément la manière dont on va détailler politique », explique le ministère de la Transition énergétique.

Parallèlement, le 27 octobre, un autre débat s’ouvrira, sur la construction du futur EPR, et organisé cette fois directement par la CNDP.

Ce débat public, obligation légale pour EDF, se déroulera donc en parallèle de la concertation gouvernementale, jusqu’au 27 février, en Normandie – les deux premiers EPR sont prévus à Penly (Seine-Maritime) – mais aussi dans le reste de la France.

En savoir plusTendance de dernière minute

Accueil-Consommateurs et tendances-Avenir de l’énergie en France : une consultation « grand public » lancée sur une plateforme

Gagnez un casque de réalité virtuelle Homido !
Sur le même sujet :
Tweets de @FutureMagFR

Quelle est la forme d’énergie qui n’est actuellement presque plus exploité en France ?

Utilisation en France Les gisements de pétrole et de gaz sont limités et en voie d’épuisement, l’exploitation du charbon a été largement abandonnée, puisque pour l’exploitation du gaz de schiste, cette source d’énergie donne des débats quant à son fort impact sur l’environnement. .

Quelle est la source d’énergie non renouvelable la plus utilisée ? Combustibles fossiles La source d’énergie la plus utilisée est le pétrole. En 2016, c’est 42% de la consommation d’énergie dans le monde selon l’Agence Internationale de l’Energie. Mais le gaz et le charbon ne sont pas autorisés, avec un quota de consommation de 15% et 12% la même année.

Quelle est la forme d’énergie qui n’est actuellement presque plus exploité en France ?

L’extraction de combustibles fossiles a fortement diminué jusqu’au milieu des années 2000 et est désormais marginale avec l’arrêt de l’extraction du charbon et du gaz naturel.

Quelle est la source d’énergie la plus utilisée dans la France ?

Quelles sont les énergies les plus consommées en France ? Le rapport indique qu’il est à 40% d’origine nucléaire. Le pétrole suit avec 28% tandis que le gaz naturel complète ce podium avec 16%. Les sources d’énergie utilisées varient alors en fonction de l’usage recherché.

Quelles sont les 3 énergies les plus utilisées dans le monde ?

Le mix énergétique mondial en 2019 : Les 3 principales sources d’énergie utilisées dans le monde sont : le pétrole, le gaz naturel et le charbon.

Quelles sont les sources d’énergie les plus utilisés en France ?

Quelles sont les énergies les plus consommées en France ? Le rapport indique qu’il est à 40% d’origine nucléaire. Le pétrole suit avec 28% tandis que le gaz naturel complète ce podium avec 16%.

Quelles sont les sources d’énergie utilisées en France ? En France, plusieurs sources composent le mix énergétique, telles que le nucléaire, le pétrole, le gaz naturel, la biomasse, le solaire… Pourtant, les objectifs du gouvernement sont les mêmes depuis plusieurs années : privilégier les énergies renouvelables pour réduire notre impact sur le environnement.

Quelles sont les 3 énergies les plus utilisées dans le monde ?

Le mix énergétique mondial en 2019 : Les 3 principales sources d’énergie utilisées dans le monde sont : le pétrole, le gaz naturel et le charbon.

Quelle est la forme d’énergie la plus utilisée ?

Tous pays confondus, les énergies fossiles représentent encore environ 80 % de la consommation d’énergie, avec le pétrole en tête, suivi du gaz et du charbon.

Pourquoi la France ne produit pas assez d’électricité ?

Charbon et gaz allemands et russes « Plusieurs raisons expliquent cette pénurie d’électricité, décrypte Maxence Cordiez, ingénieur dans le secteur de l’énergie. La France a réduit son parc de centrales pilotables, fossiles, nucléaires ou hydrauliques, capables de couvrir la demande.

La France produit-elle suffisamment d’électricité ? Le secteur électrique français était le dixième producteur mondial d’électricité en 2019 ; sa production nette s’est élevée à 500,1 TWh en 2020.

Pourquoi la France n’a pas assez d’électricité ?

Elles sont de trois ordres : conséquence de la crise ukrainienne et des tensions sur le marché du gaz, dysfonctionnements majeurs du parc nucléaire français et retards dans le développement des énergies renouvelables.

Est-ce que la France est autonome en électricité ?

Le taux d’indépendance énergétique du pays est de 53,1%, selon les données du Commissariat général au développement durable. Cela signifie que la production d’énergie tricolore ne couvre qu’un peu plus de la moitié de la consommation.

Pourquoi la France achète de l électricité ?

En effet, la France est généralement le premier pays exportateur d’électricité en Europe (devant l’Allemagne) grâce aux faibles coûts variables de son parc de production (nucléaire, hydraulique, éolien et solaire) qui la rendent particulièrement compétitive.

Qui produit de l’énergie en France ?

La production d’électricité est principalement assurée par les centrales nucléaires, ainsi que par les énergies fossiles (charbon, gaz, fioul) et, de plus en plus, par les énergies renouvelables (solaire, éolien, bioénergie).

Qui fournit l’énergie en France ? Grâce à EDF, principal acteur de la production électrique française, la France utilise de nombreuses centrales nucléaires. Ainsi, plus de 70 % de l’électricité produite en France provient de l’énergie nucléaire. Le reste se répartit entre le thermique flamme, l’hydraulique, l’éolien, le solaire et la bioénergie.

Qui vend de l’électricité en France ?

En résumé, les principaux fournisseurs d’électricité en 2022 en France sont :

  • EDF (Electricité de France)
  • Engie (anciennement GDF Suez)
  • TotalEnergies (anciennement Total Direct Energie)
  • Eni
  • L’énergie de la menthe.
  • Équateur.
  • Énergie OHM.
  • Vattenfall.

Qui a le monopole de l’électricité en France ?

Monopole public En France, depuis 1946, suite à l’approbation de la loi n° 46-628 portant nationalisation de l’électricité, l’électricité est un service public assuré principalement par un quasi-monopole d’Electricité de France (EDF), entité qui détient plus de 80 %. propriété de l’Etat français.

Comment la France se fournit en énergie ?

69 % de l’électricité produite est d’origine nucléaire ; pour 19 % des énergies renouvelables : production hydroélectrique : 11 %, éolienne : 6 % et solaire : 2 % ; et pour 11 % des centrales thermiques à combustibles fossiles.