FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Santé

La santé mentale des Français toujours « dégradée », deux ans après le début de l’épidémie de Covid-19

La santé mentale des Français toujours "dégradée", deux ans après le début de l'épidémie de Covid-19

Plus de deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, la santé mentale des Français reste « dégradée », selon Santé publique France, qui pointe notamment une proportion d’idées suicidaires supérieure à celle observée lors de sa première vague de enquête, en février 2021. « La crise sanitaire a eu un effet durable et significatif sur la santé mentale de la population, notamment au niveau des symptômes anxio-dépressifs et des troubles du sommeil », précise l’agence sanitaire.

Ainsi, « pour la première fois, la prévalence des pensées suicidaires a été supérieure à celle observée lors du premier point de mesure réalisé en février 2021 », précise-t-il, au vu des dernières données (du 8 au 15 avril) de son enquête sur l’évolution du comportement des Français pendant l’épidémie.

De la pop culture au Covid, comment la santé mentale est (enfin) devenue un sujet d’intérêt public

10% des Français ont eu des pensées suicidaires au cours de l’année. C’est deux points de plus que lors de la première vague de l’enquête, menée début 2021, et cinq points de plus que le niveau hors épidémie.

30 % des personnes interrogées anxieuses ou dépressives

Santé publique France a également relevé « une baisse significative du pourcentage de personnes ayant une perception positive de leur vie (79%, -3 points) par rapport à la vague précédente » début février. Lire aussi : Nord-Ouest Vendée. Santé : ensemble les professionnels peuvent améliorer la situation. Cependant, cette perception est nettement supérieure à celle mesurée au début du premier confinement.

Bien que stables par rapport aux données précédentes, les autres indicateurs de santé mentale restent à un niveau élevé début avril. 30% des répondants ont montré des signes d’un état anxieux ou d’un état dépressif (15% uniquement anxieux, 7% uniquement déprimé, 8% à la fois déprimé et anxieux).

« En pédopsychiatrie on s’occupe de ceux pour qui on ne veut pas mettre autant de moyens »

Après une tendance à la hausse « significative » entre juillet 2021 et janvier 2022, la prévalence des états dépressifs semble toutefois « se stabiliser et même reprendre une tendance à la baisse ». Il est inférieur au niveau du début du premier confinement, mais supérieur de cinq points au niveau hors épidémie.

Lire aussi :
M & amp; Ils battent leur plein à la French Tech. Et…

Les jeunes, les plus touchés

-50% la première année avec Google Ceci pourrez vous intéresser : Santé connectée : demain, tous médecins ?.

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Les troubles du sommeil restent à un niveau très élevé (69 %) et même « significativement supérieur » à celui enregistré au début du premier confinement.

Quel que soit l’indicateur, les catégories aux profils les plus difficiles sont les jeunes (18-24 ans), les personnes en situation économique difficile, celles ayant des antécédents de trouble(s) psychologique(s), celles qui déclarent avoir eu des symptômes du Covid-19

A voir aussi :
Les 16 et 17 juin 2022, la Santé Publique a tenu son…

Related posts

La lutte contre les déserts médicaux, une priorité pour la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon

4 jours ago

#smokelife

3 semaines ago

Conférence Gouvernementale de Santé, 16 et 17 juin 2022 : pré-programme et ouverture des inscriptions

2 semaines ago
Quitter la version mobile