30% des 348 répondants à une enquête RCGT ont cité une culture conservatrice comme le facteur numéro un de leur transformation numérique. (Photo : Getty Images)

Oubliez le coût, la main-d’œuvre ou le manque de connaissances/complexité du processus. Le principal frein à la transformation digitale des entreprises est la « culture conservatrice » des organisations.

C’est l’un des principaux constats de la présentation du bilan 2019-2022 sur la maturité numérique des entreprises québécoises, lors du Salon Connexion – Les Affaires de la transformation numérique, le 9 juin.

La rédactrice en chef des Affaires, Marine Thomas, a présenté ce dossier en interrogeant un parterre d’entrepreneurs Nathalie de Marcellis-Warin, directrice générale du CIRANO, organisme qui a publié plusieurs analyses sur la transformation numérique.

Ainsi, selon un sondage publié en avril par Raymond Chabot Grant Thornton (Sondage express sur la transformation numérique des entreprises québécoises), la culture d’entreprise conservatrice est de loin le principal obstacle à la transformation numérique.

Pas moins de 30 % des 348 répondants RCGT ont mentionné la culture conservatrice comme facteur numéro un, bien devant le manque de connaissances/complexité du processus (21 %), les coûts (20 %) et la main-d’œuvre (17). %).

Le temps nécessaire à la digitalisation des processus internes ne semble pas vraiment être un problème puisqu’il se classe cinquième (8%).

Source : Raymond Chabot Grant Thornton

Selon Nathalie de Marcellis-Warin, le fait que la culture d’entreprise conservatrice soit le principal obstacle cité par les employeurs s’explique en grande partie par un manque de communication au sein des organisations.

Pourtant, malgré cette résistance au changement, la transformation numérique est une priorité élevée pour 81 % des entreprises interrogées par RCGT (22 % très élevée et 59 % assez élevée), au cours des trois prochaines années.

Cette proportion atteint même 94 % pour les organisations qui ont déjà amorcé leur transition numérique. Il monte à 97 % pour ceux qui envisagent d’investir 100 000 $ ou plus en 2022, voire 98 % pour ceux qui ont entamé récemment un audit 4.0.

Cela dit, si la transformation numérique est une priorité pour la grande majorité des entreprises, relativement peu ont réalisé des progrès significatifs sur le terrain.

Un sondage mené en mai par la Banque de développement du Canada (Saisir l’avantage technologique : pourquoi les entreprises qui adoptent le numérique réussissent mieux) auprès de 1 500 PME le prouve bien.

Quatre profils numériques avec des PME

Ainsi, les PME sont classées selon quatre profils numériques au Canada :

APRÈS-MIDI (19 %) : utilise peu ou pas le numérique.

DÉBUTANT (47 %) : Utilise le numérique dans les activités liées aux clients, principalement pour numériser les ventes et le marketing.

ÉMERGENTS (20 %) : commencent à appliquer le numérique dans toute l’entreprise.

AVANCÉ (5 %) : Utilisez efficacement les technologies numériques pour vous transformer.

Aux yeux de Nathalie de Marcellis-Warin, les différents éléments qui ressortent des deux enquêtes montrent qu’il faut plus d’accompagnement pour aider les entreprises à accélérer leur transformation digitale.

De leur côté, ceux qui avancent à un bon rythme dans leur changement technologique estiment que la main-d’œuvre est le principal facteur de succès dans ce processus, selon RCGT.

À (re)lire: Trois points à retenir du salon Connexion

À (re)lire: Trois points à retenir du salon Connexion

Ainsi, 39 % des personnes interrogées ont indiqué ce facteur, suivi de la planification stratégique (30 %) et de la culture d’entreprise (12 %). Ceci pourrez vous intéresser : Etude du Ministère de la Culture : l’évolution de l’offre et des ressources numériques dans les bibliothèques.

D’autres facteurs de réussite, tels que l’accès à des informations et à une expertise externes, le financement et le temps, sont moins importants. Les chefs d’entreprise leur accordent respectivement 12 %, 8 % et 5 % en termes d’importance.

Avec la numérisation, de nombreuses tâches peuvent être automatisées, ce qui fait craindre le retour du chômage technologique. Mais c’est surtout la structure de l’emploi qui est bouleversée : on assiste à une polarisation de l’emploi avec ses conséquences en termes d’inégalités.

Ceci pourrez vous intéresser :
Pour accompagner les communes de l’Ariège dans la protection de leur patrimoine…

Quels sont les freins à la digitalisation dans l’entreprise ?

Quels sont les freins à la digitalisation dans l'entreprise ?

4 principaux freins à la transformation digitale des entreprises Sur le même sujet : La ministre de la Culture Rima Abdul Malak veut renforcer les contenus français dans « l’océan numérique » mondial | édition multimédia@.

  • La complexité du sujet. …
  • Manque de compétences internes. …
  • Le manque de moyens financiers. …
  • Résistance interne au changement.

Quels sont les enjeux de la digitalisation d’une entreprise ? Les enjeux de la transformation digitale L’entreprise doit donc savoir se positionner dans le parcours d’achat de ses consommateurs pour gagner en visibilité mais aussi les écouter, être réceptif, savoir répondre aux questions, et prendre parti quand il le faut.

Quelles sont les limites de la digitalisation ?

La première limite de la digitalisation des RH réside dans les freins que rencontrent les entreprises. Toujours selon l’étude Infopro Digital Studies, les principaux freins à la digitalisation des RH cités par les entreprises sont : Un SIRH insuffisant (49%) Le manque de moyens financiers (41%)

Quels sont les avantages et les inconvénients de la digitalisation ?

La dématérialisation présente d’innombrables avantages, dont la réduction de la quantité de papier à produire, manipuler et stocker… un véritable atout pour l’environnement. C’est grâce à l’utilisation de logiciels que les temps et les coûts d’impression sont considérablement réduits.

Voir l’article :
Par sudouest.fr avec AFPPublié le 20/05/2022 à 9h59Le marché des objets numériques…

Pourquoi la culture de l’organisation peut être un frein à la transformation numérique ?

En effet, certains managers ont eu du mal à mettre en place le télétravail pour leurs salariés car cela ne leur convenait pas ou ne rimait pas avec la genèse de leur métier. Il est vrai que le présentéisme est plus rassurant que le télétravail dématérialisé.

Quels sont les freins à la transformation numérique ? La complexité du processus de transformation est perçue comme le principal frein à la transformation numérique pour les dirigeants de PME et ETI. En effet, 34 % des personnes interrogées affirment que la complexité du processus décourage l’adoption de mesures.

Quels sont les impacts du numérique sur l’organisation et sur les activités de l’entreprise ?

Elle augmente l’intensité du travail et favorise une meilleure gestion du temps de travail par la personne. Promotion de l’autonomie et aussi des contrôles. Une plus grande flexibilité dans l’organisation des lieux et des horaires de travail.

Comment la culture d’entreprise est influencée par le digital ?

Il semble qu’une des explications soit que la transformation digitale amène les salariés à devoir changer leur façon de faire et de penser. C’est-à-dire changer la culture d’entreprise ou plus généralement la culture organisationnelle.

Quel impact l’Internet Peut-il avoir sur l’économie ?

Selon la Banque mondiale, Internet favorise le développement économique car il donne accès à des opportunités qui étaient auparavant hors de portée des personnes les plus défavorisées du monde.

Quel est l’impact du changement climatique sur l’économie ? Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le PIB mondial pourrait diminuer de quelques points de pourcentage pour une augmentation de la température moyenne de 2 à 3 degrés, tandis que des pertes nettes plus importantes se produiraient dans le cas d’une augmentation plus importante de…

Comment Internet a permis une forte croissance economique ?

En permettant de réduire les coûts de communication, de déplacement et de déménagement, Internet a permis ce « commerce des tâches » qui rend plus productifs à la fois l’entreprise qui délègue et le travailleur qui accède à un nouveau marché du travail. 12).

Comment l’État Intervient-il dans l’économie ?

Elle intervient directement par la politique de dépenses publiques et indirectement par ses politiques monétaire et budgétaire sur les fonctions de consommation et d’investissement dans le but de soutenir ou de réactiver l’activité économique.

Quels sont les inconvénients du numérique ?

Cela peut devenir un facteur perturbateur (vitesse de connexion, mauvaises configurations, directives informatiques de l’entreprise, etc.) Le manque de contact personnel crée moins de familiarité et d’excitation et le sentiment de communauté est plus difficile à transmettre.

Quels sont les risques de la digitalisation ? Quelles menaces une entreprise doit-elle prendre en compte dans sa transformation digitale ? Les principales cybermenaces auxquelles les organisations sont confrontées sont : la cybercriminalité (fraude, ransomware, vol de données et chantage ou revente), l’espionnage (vol de savoir-faire et de technologie)

Quels sont les inconvénients de la communication digitale ?

Le premier inconvénient de la communication numérique est technique. Vous devrez apprendre à utiliser les outils Web pour communiquer de manière professionnelle et efficace. Avec la communication numérique, vous devrez également faire attention à la sécurité des données.

Quels sont les avantages et les inconvénients du numérique ?

Premièrement, les cours numériques sont beaucoup plus riches en contenu authentique. Chaque détail est là. Cela favorise la compréhension des élèves. De même, le numérique offre de nouvelles perspectives de différenciation et d’aide pour les étudiants qui souffrent d’une certaine maladie.

Quelles sont les conséquences de vivre dans un monde numérique ?

Les parents d’élèves sont jusqu’à 87% à vouloir couper l’accès au réseau dans les écoles pendant les heures de classe. Le numérique peut également dégrader la qualité du sommeil (34%) ou agir comme un facteur de stress quotidien (26%).