Alors que le WRC a adopté cette saison une nouvelle réglementation technique avec l’introduction des voitures hybrides Rally1, les constructeurs explorent de nouvelles pistes pour réduire encore l’empreinte carbone de la discipline. Toyota est devenu un pionnier dans ce domaine en investissant massivement pour faire de l’hydrogène une source d’énergie alternative dans le sport automobile.

Le constructeur japonais a engagé une GR Corolla à hydrogène aux 24 Heures de Fuji en juin dernier, une voiture pilotée par le président de la marque Akio Toyoda ainsi que par le patron de l’équipe WRC Jari-Matti Latvala. La marque a poursuivi l’expérience au Rallye d’Ypres en pilotant une GR Yaris équipée d’une propulsion à hydrogène dans certaines étapes, et a de nouveau confié à Toyoda ainsi qu’au quadruple champion du monde Juha Kankkunen.

La GR Yaris est basée sur une version touring, équipée de suspensions adaptées et propulsée par un moteur à combustion fonctionnant à l’hydrogène. Par conséquent, les seules émissions observées proviennent de l’eau, bien que la voiture ait l’air et le son identiques à la voiture de série.

L’hydrogène représente-t-il l’avenir du rallye ? C’est en tout cas le souhait de Toyoda. « Je l’espère, mais l’hydrogène, comme l’électricité, a besoin d’infrastructures », a déclaré le président de Toyota. « Nous avons une station hydrogène en Belgique et c’est ce type d’infrastructure dont nous avons besoin […]. L’objectif affiché de l’industrie automobile est d’atteindre la neutralité carbone. C’est ce que nous avons. Mais il y a beaucoup de gens qui aiment les voitures. , qui aiment conduire et qui aiment les moteurs et qui aiment l’industrie pétrolière, si vous regardez bien, y a-t-il une solution gagnant-gagnant ? L’hydrogène est utilisé dans les moteurs, qui produisent des sons [de moteur], et l’eau est le seul gaz d’échappement de la voiture. , donc c’est bon pour l’environnement, mais c’est aussi amusant à conduire. »

La Toyota Yaris H2 lors du Rallye d’Ypres.

Vers des WRC propulsées à l’hydrogène ?

Vers des WRC propulsées à l'hydrogène ?

Kankunnen, qui a remporté le titre WRC en 1986, 1987, 1991 et 1993 (le dernier sur une Toyota Celica Turbo 4WD), s’est dit impressionné par la voiture qu’il a conduite en Belgique et pense que l’Hydrogen a la capacité de se développer à l’avenir. CMR. voitures. « Je ne sais pas ce qui va se passer mais il est clair que c’est une solution », a déclaré le Finlandais. Voir l’article : Record mondial d’autonomie pour le biocarburant alimenté par une voiture à hydrogène. « Les rallyes sont des événements trop longs pour les voitures électriques, qui sont aussi très lourdes et silencieuses [ce qui peut être un problème de sécurité pour les spectateurs, ndlr], mais si vous avez suffisamment d’énergie propre comme celle-ci disponible, je pense qu’il s’agit de l’avenir du rallye. . »

« Il faut la comparer à une Yaris GR standard. Le moteur est différent car il y a plus de couple et peut-être un peu moins de puissance. J’ai dû constamment changer de vitesse dans les lignes droites et j’ai continué à tendre la main vers l’interrupteur. La combustion est meilleure qu’avec l’essence ce qu’on peut trouver dans les stations-service de toute façon c’est la première impression que j’ai eu le moteur a une réponse c’était étonnamment bon je pensais qu’il serait moins dynamique mais au final c’est plus rapide que la voiture standard il n’y a pas de différence [en terme de frein moteur ] parce que c’est toujours un moteur à combustion. Lorsque vous relâchez la pédale d’accélérateur, il freine automatiquement de la même manière.

Kankkunen assure également qu’il ne craint pas pour sa sécurité au volant d’une voiture à hydrogène. « Aujourd’hui, on peut très bien protéger ça dans la voiture », poursuit-il. « Les sports mécaniques sont dangereux, ils l’ont toujours été, il y a toujours un risque, quel qu’il soit. »

Toyota n’est pas le seul constructeur à s’intéresser à l’hydrogène dans le sport automobile. Alpine mène également une évaluation pour voir si cette source d’énergie pourrait être utilisée en F1 à l’avenir.

Pour aider les conducteurs de VE handicapés, Ford développe une borne de recharge.
Sur le même sujet :
L’entreprise de l’ovale bleu travaille sur une station de charge robotisée qui…

Quel est le déchet rejeté par les moteurs à hydrogène ?

L’hydrogène permet de ne pas émettre de pollution lorsqu’il est utilisé dans les voitures ou les trains. Rejette, pour seul déchet, l’eau. A voir aussi : Voiture électrique : faut-il attendre avant d’acheter ?. En revanche, ce type d’énergie est moins vertueux lorsqu’il s’agit de la produire. Aujourd’hui, 90 % de l’hydrogène utilisé en France provient des hydrocarbures.

Quel est le seul déchet issu de la production des piles à hydrogène ? Ainsi, notons tout d’abord que l’utilisation de l’hydrogène pour la production d’électricité dans une pile à combustible ne génère que des eaux usées. Il n’y a pas d’émission de polluants sur le site en question.

Quel est le désavantage majeur de la pile à hydrogène pour l’environnement ?

L’hydrogène comme vecteur énergétique C’est la méthode la plus utilisée, mais elle provoque d’importantes émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (séparation du carbone et de l’hydrogène et production de CO et de CO2 en parallèle du dihydrogène).

Quel est le danger de l’hydrogène ?

L’hydrogène est inodore, incolore et insipide, de sorte que les fuites sont difficiles à détecter avec les seuls sens humains. L’hydrogène n’est pas toxique, mais dans les environnements intérieurs tels que les salles de stockage de batteries, l’hydrogène peut s’accumuler et provoquer une suffocation en déplaçant l’oxygène.

A voir aussi :
Une voiture à hydrogène est un type de voiture qui utilise des…

Pourquoi l’hydrogène n’est pas la solution ?

Mettre l’hydrogène au service d’un nouveau modèle Mais l’hydrogène n’est pas une solution miracle d’un point de vue écologique. Il génère de la pollution et son faible rendement le rend peu attractif pour des usages où l’électricité peut déjà se substituer aux énergies fossiles.

Quel est le problème avec l’hydrogène ? Cette rareté signifie que tout l’hydrogène utilisé est produit industriellement par différents procédés. Aujourd’hui, plus de 95 % de l’hydrogène produit dans le monde provient du méthane, du pétrole ou du charbon 4, via des procédés très polluants 5, notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Est-ce que l’hydrogène est écologique ?

Ainsi, notons tout d’abord que l’utilisation de l’hydrogène pour la production d’électricité dans une pile à combustible ne génère que des eaux usées. Il n’y a pas d’émission de polluants sur le site en question. Par conséquent, son utilisation peut être qualifiée de propre.

Pourquoi miser sur l’hydrogène ?

L’hydrogène est actuellement largement utilisé dans des domaines que tout le monde ne connaît pas, notamment dans l’industrie et la pétrochimie, par exemple pour produire des engrais. Cet hydrogène est produit principalement à partir de combustibles fossiles.

Pourquoi l’hydrogène n’a pas d’avenir ?

La raison pour laquelle l’hydrogène est inefficace est due au processus de transfert d’énergie nécessaire pour alimenter une voiture. C’est ce qu’on appelle parfois la transition des vecteurs énergétiques.

Qu’est-ce que l’énergie hydrogène ?

L’hydrogène est un gaz dont les propriétés chimiques présentent un grand intérêt énergétique. L’hydrogène est considéré comme un « vecteur énergétique » car il offre la possibilité, après avoir été produit, d’être stocké, transporté et utilisé.

Quelle énergie pour produire de l’hydrogène ? Aujourd’hui, 95 % de l’hydrogène est produit à partir de sources d’énergie fossiles (gaz naturel, pétrole) et de bois.

Qu’est-ce que ça veut dire hydrogène ?

L’hydrogène (H) est un gaz très léger de formule chimique H2. Très inflammable, il est inodore, incolore, non toxique et non corrosif.

Comment utiliser l’hydrogène comme énergie ?

Utilisé comme carburant, l’hydrogène est utilisé pour produire de l’électricité grâce à des piles à hydrogène embarquées. Elle constitue donc une énergie supplémentaire tant pour les véhicules équipés de moteurs à combustion interne fonctionnant au gaz (bus, poubelles) que pour les véhicules électriques.

Comment on produit l’hydrogène ?

Il existe trois méthodes de production d’hydrogène : l’électrolyse de l’eau, le reformage de gaz (ou reformage à la vapeur) et la pyrolyse du méthane.

Sources :