Publié le 26 octobre 2022 à 21 h 39 Mis à jour le 26 octobre 2022 à 22 h 29

Emmanuel Macron est très attendu. Deux semaines après avoir abordé de nombreux sujets internationaux, il revient ce mercredi soir sur France 2 pour évoquer des sujets qui touchent plus directement la France.

Entre la crise du pouvoir d’achat, la crise des prix de l’énergie, la situation dans les hôpitaux, la sécurité, et aussi la retraite ou la transition écologique, les problèmes sont aussi nombreux que ceux qui brûlent. Six mois après sa réélection, l’heure était aux grandes explications du président. « Nous devons affronter cette tempête », a-t-il déclaré lors de l’ouverture de l’événement.

Gros rouleurs, étudiants, PME…

Deux sujets dominent son entretien : l’inflation et les retraites. La ristourne sur le carburant, qui sera supprimée à la fin de l’année, sera remplacée par un grand mécanisme à rouleaux, a précisé le président. A voir aussi : Énergies renouvelables : chiffres clés pour 2022. Le dispositif d’accompagnement des étudiants sera renforcé, a-t-il promis.

Les petites entreprises seront également aidées, avec une hausse des prix de l’électricité et du gaz plafonnée à 15 % pour les ménages. Pour les PME, un mécanisme sera mis en place pour amortir la hausse. Il sera présenté ce vendredi par le gouvernement. « Le système garantira un prix juste », a promis Emmanuel Macron. Enfin, pour les grandes entreprises, un dispositif d’accompagnement sera mis en place.

Il a également fixé la ligne rouge. « Si on voulait recréer des emplois, la solution n’était pas de réindexer les salaires sur l’inflation », rappelle-t-il, soulignant que c’est François Mitterrand qui a mis fin à cette indexation au début des années 1980. , il a adopté une politique d’un autre de ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy, de « travailler plus pour gagner plus » à travers les primes défiscalisées et la désocialisation.

« Ce n’est pas le pays qui décide de la hausse », a déclaré Emmanuel Macron, demandant à l’entreprise de partager sa valeur. « Le dialogue en entreprise sur le partage des valeurs est à la fois légitime et nécessaire », a-t-il souligné. Il s’est reposé sur le front des dividendes des employés, promesse de campagne. Le partage de la valeur fera l’objet d’un accord dans le cadre du Conseil National de la Refondation.

« On n’a pas d’autre choix que de travailler davantage »

Comme il l’avait fait il y a deux semaines, Emmanuel Macron a enfilé une tenue de professeur, graphisme sur touche, pour évoquer les déficits publics. Lire aussi : Énergie : dans quelle mesure le biogaz peut-il remplacer le gaz russe ?. « Nous devons économiser de l’argent », a-t-il dit, mettant de côté la nouvelle taxe.

La réforme des retraites s’est imposée comme une évidence. « Si on veut réussir, si on veut progresser, on n’a d’autre choix que de travailler plus », a-t-il dit, rappelant les salariés français travaillant moins que les Européens. Il a de nouveau montré sa détermination à mener à bien ces réformes. « La réforme des retraites est indispensable si nous voulons maintenir notre modèle social, même si nous ne pouvons plus augmenter nos impôts », a ajouté le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a été tuteur sur la réforme des retraites, dont les contours seront connus d’ici la fin de l’année à l’issue des consultations en cours avec les partenaires sociaux. « Le mandat que j’ai est de dire qu’à partir de l’été 2023, nous devons décaler l’âge légal de 4 mois par an », a-t-il souligné. Cela signifie que l’âge légal sera porté à 65 ans en 2031. Il s’est dit ouvert à moduler les paramètres de la réforme des retraites, comme abaisser l’âge légal à 64 ans tout en allongeant le nombre de trimestres de cotisation.

La conquête du cerveau
Voir l’article :

Un accord en amont au Parlement

Au niveau politique, il souhaite des « accords » avec les formations politiques – les Républicains en premier lieu – pour trouver un accord en amont au Parlement sur la réforme des retraites. Au passage, Emmanuel Macron a dénoncé la « coalition baroque » du Nupes. « Aujourd’hui, il n’y a pas d’alternative majoritaire, car elle sera basée sur l’incohérence et les extrêmes », a-t-il critiqué, après le vote des députés RN contre Nupes, une démarche qu’il a qualifiée de « cynique ».

Quelle prime pour les demandeurs d’emploi ?

Face aux difficultés financières et à la baisse du pouvoir d’achat, le Gouvernement a décidé de verser une aide spéciale de solidarité à certains demandeurs d’emploi de 100 €, ainsi qu’une aide complémentaire de 50 € par enfant à charge. .

Qui peut bénéficier de la prime Pôle emploi ? Vous percevrez une aide extraordinaire de 150 € de Pôle emploi si vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi, si vous n’avez plus droit aux allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE) et que vous êtes indemnisé sur la base des primes ASS, AER ou forfaitaires pour activités continues, pour …

Quand sera versée la prime pour les demandeurs d’emploi ?

Quand la prime d’inflation sera-t-elle versée en septembre, octobre ou novembre 2022 ? Date. L’aide à la rentrée scolaire non remboursée sera versée le 15 septembre 2022 à la plupart des bénéficiaires. Les bénéficiaires de la prime d’activité, eux, doivent patienter jusqu’en novembre.

Est-ce que les chômeurs ont droit à la prime ?

Les primes extraordinaires ou primes covid pour les chômeurs sont des aides fournies par le gouvernement. Initialement prévu pour 4 mois (novembre 2020 à février 2021). Il a été prolongé, vous pouvez en profiter jusqu’à fin août.

Qui a droit à la prime de 900 € de Pôle emploi ?

�� Qui peut bénéficier de la prime Pôle emploi ? Pour bénéficier de cette aide, vous devez remplir les conditions suivantes : – Résider en France – Avoir un niveau de revenus inférieur à 900â par mois – Être inscrit comme demandeur d’emploi depuis un mois ou plus entre novembre 2020 et août 2021 inclus.

Quand la Caf versé la prime inflation ?

Elle sera versée automatiquement sans aucune démarche en fonction de la situation communautaire en octobre pour les allocataires des minima sociaux (Rsa et Aah). Pour les autres bénéficiaires, soit les employeurs, soit d’autres organismes (Pôle emploi, employeurs, etc.) qui les verseront en janvier 2022.

.

Qu’est-ce que la prime Macron 2022 ?

paiement entre le 1er juin 2021 et le 31 mars 2022. maximum 1 000 euros. le plafond passe à 2 000 euros en cas de signature d’un accord d’intéressement, ou pour les salariés de deuxième ligne si des mesures de revalorisation sont prises, ainsi que dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Qui recevra la prime d’inflation 2022 ? Les retraités font partie des bénéficiaires de la prime d’inflation de 100 euros d’ici 2022. Pour y prétendre, il faut percevoir le minimum vieillesse (Aspa) et avoir plus de 65 ans. La date de versement de cette incroyable prime de rentrée scolaire a été fixée à la mi-octobre.

Qui a droit à la prime Macron 2022 ?

En 2022, la prime de Macron est reconduite. Le plafond de la prime de Macron est passé de 2 000 euros à 6 000 euros après déduction des impôts pour les entreprises ayant signé des accords d’intéressement, ainsi que pour les entreprises de moins de 50 salariés. Pour d’autres, le montant maximum de l’aide payable est passé de 1 000 à 3 000 euros.

Qui a le droit de toucher la prime Macron ?

Les primes Macron sont versées dans les délais prévus par la loi. Dans ce cas, entre le 1er août 2022 et le 31 décembre 2022. Que vous soyez fonctionnaire, salarié ou entrepreneur, vous avez la possibilité d’en bénéficier.

C’est quoi la prime Macron ?

Les primes de partage de la valeur (PPV), anciennement appelées primes Macron ou primes de pouvoir d’achat, sont des dispositifs qui permettent aux employeurs de verser des primes aux salariés. Il s’agit d’un système à long terme que les entreprises peuvent créer chaque année. La prime reste facultative.