FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Énergie

Élections italiennes : de nombreuses promesses sur l’énergie et le climat

Élections italiennes : de nombreuses promesses sur l'énergie et le climat

Dans cet article, EURACTIV revient sur les promesses des partis politiques italiens sur l’énergie et le climat. Du premier programme nucléaire du pays à un projet d’électricité 100 % renouvelable, vous entendrez tout sur leurs programmes avant les élections italiennes prévues le 25 septembre.

Quel été pour l’Italie ! Le pays, actuellement confronté à des épisodes de sécheresse et de canicule, se prépare à des élections législatives tout en essayant de réduire sa dépendance au gaz russe et de garder un œil sur son futur mix énergétique.

Les partis politiques ont déjà fait de grandes promesses sur l’énergie, notamment des investissements massifs dans les énergies renouvelables, des centrales nucléaires de quatrième génération et un nouveau système de « superbonus » pour la rénovation des bâtiments afin de les rendre plus économes en énergie.

Coalition de droite : nucléaire, énergies renouvelables et production de gaz dans le pays

La coalition de droite en particulier – composée de Forza Italia de Silvio Berlusconi, de la Ligue de Matteo Salvini et des Frères italiens d’extrême droite, dirigée par la favorite des sondages Giorgia Meloni – sur l’énergie nucléaire, surfe sur la vague de sa récente inclusion dans le Taxonomie écologique de l’UE. A voir aussi : Les meilleurs haut-parleurs Bluetooth portables en 2018. .

Les Italiens ont déjà rejeté l’énergie nucléaire à deux reprises : une fois lors d’un référendum tenu en 1987 après la catastrophe de Tchernobyl, et une deuxième fois en 2011 après l’accident de Fukushima.

Cependant, la coalition de droite estime que cela vaut la peine d’essayer à nouveau.

« L’Italie est le seul grand pays au monde qui dit non à l’énergie nucléaire par idéologie, sans tenir compte des données scientifiques », a déclaré le 9 août le chef de la Ligue Matteo Salvini. « En sept ans, le temps qu’il faut pour construire une centrale nucléaire, on peut produire de l’énergie à un prix inférieur à ce qu’on voit aujourd’hui. »

En écho à M. Salvini, le dirigeant de Forza Italia, Silvio Berlusconi, a évoqué une accélération du développement des réacteurs nucléaires de la génération IV, qui peuvent «  nous fournir à l’avenir une énergie propre et sûre en grande quantité  ».

Outre l’énergie nucléaire, la coalition de droite suggère également d’investir dans l’exploration et la production d’énergies renouvelables et de gaz naturel domestique, ainsi que dans la production d’hydrogène et les usines de traitement des déchets énergétiques.

Ceci pourrez vous intéresser :
L’avion solaire Solar Impulse 2 a entamé avec brio son tour du…

À gauche, on est contre le nucléaire et pour les énergies renouvelables

De l’autre côté de l’échiquier politique, le Parti démocrate (PD) d’Enrico Letta, qui suit de près les Frères d’Italie dans les sondages, parle d’une accélération de la construction d’usines de regazéification pour l’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) , «  dont l’utilisation semble nécessaire  » dans le contexte de la réduction des approvisionnements en gaz en provenance de Russie. Sur le même sujet : L’erreur n° 1 que vous commettez en voyage (et 4 façons de la réparer).

Cependant, Letta dit que le GNL ne sera qu’une solution temporaire. Selon le programme du parti de centre gauche, les usines de regazéification ne devraient rester en service que quelques années avant d’être démantelées avant 2050 «  pour ne pas entraver la perspective d’une transition écologique  ».

Dans son programme, le PD définit la transition écologique comme une opportunité pour l’économie du pays. Elle rejette le nucléaire « car le calendrier et les technologies existantes sont incompatibles avec une réduction significative des émissions d’ici 2030 et ne résolvent pas les défis environnementaux qui y sont liés ».

À cette fin, M. Letta propose un plan national d’économie d’énergie et des mesures pour augmenter radicalement la part des énergies renouvelables produites en Italie, également par le développement de communautés énergétiques dirigées par les citoyens, dans le but d’installer 85 GW supplémentaires d’énergies renouvelables. l’énergie d’ici 2030. .

Plus à gauche, l’alliance entre les Verts et la Gauche italienne semble tout admettre sur les énergies renouvelables. Dans leur programme, ils proposent de réorganiser le réseau électrique et son marché pour les rendre capables de fournir « 100% d’électricité renouvelable », portant la production d’électricité renouvelable à 15 GW par an.

Refusant le nucléaire, ils proposent une « démocratie énergétique », mise en œuvre par une économie du partage de l’énergie avec la création de communautés énergétiques gérées par les citoyens eux-mêmes.

Dans le même temps, le Mouvement 5 étoiles, dirigé par l’ancien Premier ministre italien Giuseppe Conte, qui se présentera seul aux élections politiques, a exprimé son opposition aux forages de gaz et aux nouveaux incinérateurs de déchets.

A la place, il propose de construire des centrales «  totalement compatibles avec les exigences européennes et non polluantes, dans le but d’améliorer les performances environnementales  » du pays. Dans le même temps, ils appellent à la réduction de la charge administrative afin d’accélérer les projets d’énergies renouvelables.

Sur le même sujet :
Tweets de @FutureMagFR

Les centristes soutiennent eux aussi le nucléaire et les énergies renouvelables

Enfin, la coalition centriste connue sous le nom de « Troisième Pôle » soutient fermement l’énergie nucléaire, qu’elle considère comme le seul moyen d’atteindre l’objectif de zéro émission en Italie.

Les partis centristes, emmenés par Azione de Carlo Calenda et Italia Viva de Matteo Renzi, veulent renforcer la diversification de l’approvisionnement en gaz afin de réduire la dépendance aux importations russes. Ils sont également favorables à la construction d’usines de regazéification de GNL ainsi qu’à davantage d’investissements dans les énergies renouvelables.

Les électeurs italiens ont ici des propositions et des promesses ambitieuses, mais ils devront encore tenir les engagements pris au niveau européen et international.

Où se trouve la plus grande centrale nucléaire du monde ?

L’usine s’étend sur les municipalités de Kashiwazaki et Kariwa, dans la préfecture de Niigata, à 250 km au nord de TÅkyÅ, comprend sept réacteurs nucléaires et est la plus puissante au monde avec une capacité installée de 8 212 mégawatts (13 % de la capacité de production de l’entreprise). …

Où se trouve la plus grande centrale nucléaire d’Europe ? La centrale nucléaire de Zaporijia est située dans le centre de l’Ukraine, sur le territoire de la ville d’Enerhodar, à 56 km au sud-ouest de Zaporijia. Il comprend six réacteurs nucléaires VVER de 1 000 MW chacun, dont les cinq premiers sont entrés en service entre 1985 et 1989, et les six réacteurs ont été mis en service en 1995.

Quelles sont les plus grandes centrales nucléaires du monde ?

DiplômeFacilitéPuissance installée (MW)
1Kashiwazaki-Kariwa7 965
2Kori7 489
3Hongyanghe6 366
4Bruce6 358

Quel est le pays qui a le plus de centrale nucléaire au monde ?

En août 2022, les États-Unis comptaient 92 réacteurs nucléaires en activité répartis dans 54 centrales nucléaires, constituant ainsi le plus grand parc de réacteurs au monde ; ils ont fourni 19,6% de la production d’électricité du pays en 2021.

Quel pays a le plus de centrale nucléaire en Europe ?

Selon les statistiques de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), 126 réacteurs nucléaires fonctionnent en Europe, dont 56 réacteurs en France. L’Espagne et la Belgique arrivent en deuxième position, avec 7 réacteurs, devant la Suède avec 6 réacteurs.

Quels sont les trois pays qui ont le plus de centrales nucléaires ? Plus de la moitié de cette capacité est partagée entre 3 pays : les États-Unis, la France et la Chine. Alors que les États-Unis possèdent le plus grand nombre de réacteurs nucléaires, la part de l’électricité nationale d’origine nucléaire n’était que de 19,7 % en 2020.

Quel est le pays avec le plus de centrale nucléaire ?

99 centrales nucléaires alimentent les États-Unis Il n’est donc pas surprenant que les États-Unis se classent au premier rang pour le nombre de centrales nucléaires sur la liste la plus récente de la World Nuclear Association établie en 2007.

Quel pays a le nucléaire en Europe ?

Dans le cadre de la politique de dissuasion nucléaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), d’autres États membres de l’Union européenne détiennent sur leur territoire des armes atomiques américaines : l’Italie, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique.

Où se trouvent les abris nucléaire en France ?

L’Elysée dispose également d’un abri de 250 m2 sous le palais. Sur la côte normande, les bunkers offrent aussi un abri mais pas de résistance à une attaque nucléaire, au même titre que les catacombes de Paris.

Y a-t-il des bunkers en France ? 300 à 400 abris endommagés chez des particuliers En France, il existe entre 300 et 400 abris privés et « probablement » 600 autres militaires. Des données qui circulent mais qui en réalité ne sont pas vérifiables. Lorsque vous construisez un bunker, ce n’est pas comme si le monde entier connaissait son emplacement exact.

Où s’abriter en cas de bombe atomique ?

Pour une meilleure protection, vous devez vous rendre ou séjourner dans un bâtiment solide en veillant à fermer toutes les ouvertures (systèmes d’évacuation inclus). Être en voiture ne protège pas : il faut donc se rendre rapidement dans un immeuble.

Où fuir en cas de guerre nucléaire ?

Pour se protéger, là encore, les experts recommandent de s’abriter au cœur d’un bâtiment. Selon eux, un mur d’acier, de béton, voire de terre compactée, offre une réelle protection.

Où se réfugier en cas d’attaque nucléaire ?

Pour une meilleure protection, vous devez vous rendre ou séjourner dans un bâtiment solide en veillant à fermer toutes les ouvertures (systèmes d’évacuation inclus). Être en voiture ne protège pas : il faut donc se rendre rapidement dans un immeuble.

Comment se cacher en cas d’attaque nucléaire ? Réfugiez-vous dans un bâtiment solide, fermez portes et fenêtres et coupez la ventilation. Si vous êtes en véhicule, rendez-vous le plus tôt possible dans un abri (bâtiment, logement, etc.). Un véhicule n’est pas une bonne protection.

Où se cacher en France en cas d’attaques nucléaires ?

En cas d’attentat, le gouvernement recommande de se cacher dans un bâtiment permanent, souterrain et de préférence sans fenêtre.

Où se trouve les abris anti atomique en France ?

A Paris il y a un lieu construit pendant la guerre froide et qui compte 14 abris : Radio France ! Celles-ci seront accessibles par des galeries situées sous le bâtiment. L’Elysée dispose également d’un abri de 250 m2 sous le palais.

Related posts

Les prébiotiques au quotidien, entretien avec Laurence Clémente

admin
8 mois ago

Le bingo des panneaux

admin
8 mois ago

L’invasion des punaises de lit

admin
8 mois ago
Quitter la version mobile