FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Économie

Economie : Washington met le cap sur l’Afrique

Economie : Washington met le cap sur l'Afrique

Le sommet des affaires Afrique-États-Unis s’est ouvert le mercredi 20 juillet à Marrakech, au Maroc. Elle dure jusqu’à vendredi et réunit, outre une délégation du gouvernement américain, des responsables politiques et des représentants de la communauté des affaires africaine ainsi que des décideurs et des investisseurs du secteur privé américain. Au menu : économie et business avec en toile de fond les enjeux clés de la lutte contre le changement climatique et de la transition énergétique, mais aussi la sécurité alimentaire, la santé, l’agriculture, les infrastructures, les nouvelles technologies ou encore la fracture numérique.

Arrivé au pouvoir en janvier 2021, le président américain s’est donné pour priorité diplomatique de contrer l’influence grandissante en Afrique de la Russie et surtout de la Chine. Or, cette dernière a fait progresser ses agriculteurs ces dernières années sur le continent africain, grâce à d’énormes investissements dans les infrastructures et les ressources minières notamment.

LIRE AUSSI Joe Biden investi : l’Afrique entre soulagement et espoir

Catalyser plusieurs milliards de dollars

Washington entend jouer sur le même terrain de jeu et veut mobiliser des « milliards de dollars » d’investissement au profit du continent africain, en partenariat avec le secteur privé. « Les États-Unis cherchent à catalyser des milliards de dollars dans les relations commerciales et d’investissement pour créer des emplois et construire une croissance économique inclusive et durable sur tout le continent africain », a déclaré Alice Albright, directrice exécutive de l’agence de développement. Sur le même sujet : Russie : comment l’économie s’adapte aux sanctions – Jacques Sapir. Société américaine du Millennium Challenge (MCC). « Nous devons tirer parti de toute la gamme des instruments du gouvernement américain, exploiter la puissance du secteur privé américain et renforcer nos partenariats avec les chefs d’entreprise et les investisseurs de la diaspora africaine », a-t-elle poursuivi.

Si, sous la présidence de Donald Trump, l’Afrique n’était plus en tête de l’agenda américain, la donne est en passe de changer. Et les chiffres de la croissance démographique africaine y sont aussi pour beaucoup. D’ici 2050, un quart de la population mondiale sera africaine et le Nigeria dépassera les États-Unis en tant que troisième pays le plus peuplé du monde. Sans oublier le fait que le continent africain est déjà l’un des marchés de consommation à la croissance la plus rapide au monde avec 1,4 milliard de jeunes et une classe moyenne en pleine croissance.

LIRE AUSSI L’Afrique, à la pointe de la reprise mondiale

Ceci pourrez vous intéresser :
Il y a bien longtemps que le Salon des Armes Terrestres et…

Profusion d’opportunités

Des faits qui ont convaincu le Corporate Council on Africa (CCA), un organisme privé, d’organiser ce rendez-vous d’affaires annuel pour la première fois sur le continent africain et en Afrique du Nord. Sur le même sujet : Trop de dettes ? Il faut d’abord désocialiser l’économie française.

« Il est temps que l’Afrique […] joue son rôle central et naturel sur la scène internationale », a lancé le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, en ouvrant les débats. Le choix du Maroc est loin d’être anodin pour les Etats-Unis, le royaume chérifien – cinquième économie d’Afrique – est un fleuron de l’investissement sur le continent africain.

« C’est un moment opportun pour les investissements américains en Afrique, à grande échelle », a ajouté Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement. Selon lui, demain ne peut pas attendre. L’heure de l’Afrique, c’est maintenant. L’avenir de l’Afrique est radieux. Nous sommes ouverts aux affaires et vous accueillons à bras ouverts. » Parmi les grands projets qui pourraient changer la donne et attirer des investisseurs, le patron de la Banque panafricaine a cité le complexe de raffinerie de pétrole et de production d’engrais du groupe Dangote présent au Nigeria. estimés à 20 milliards de dollars, ainsi que ceux du groupe sud-africain MTN, qui opère actuellement sur 19 marchés. Adesina a également souligné que malgré les turbulences, comme la pandémie de Covid-19 qui a eu de forts impacts sur les économies, le nombre les transactions sont passées de 230 en 2019 à 255 en 2020 en Afrique, preuve qu’il existe encore de nombreuses opportunités en Afrique.

« L’objectif de notre administration », a déclaré la vice-présidente Kamala Harris, « est de promouvoir une croissance et un développement économiques inclusifs et durables sur tout le continent, d’augmenter les flux de capitaux et de favoriser un esprit de dynamisme d’entrepreneuriat et d’innovation qui prévaut dans toute l’Afrique ».

LIRE AUSSI Inwumi Adesina : « L’Afrique ne doit pas dépendre des autres »

Sur le même sujet :
Le coup d’envoi des plans sociaux de ce nouveau quinquennat a été…

Les États-Unis largement distancés par la Chine en Afrique sur le terrain économique

Plus précisément, le commerce bilatéral entre les États-Unis et tous les pays africains s’est réduit à une charge d’entretien depuis 2009, lorsque Pékin a remporté le rang de plus grand partenaire commercial du continent à Washington, passant d’un pic de 142 milliards de dollars en 2008 à seulement 64 milliards de dollars en 2021, selon des chiffres cités par le think tank américain Carnegie Endowment for International Peace. En termes d’investissements directs étrangers américains en Afrique en 2020, ils s’élevaient à 47,5 milliards de dollars, soit 5,2 % des investissements américains mondiaux.

Et au-delà de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique, connue sous le nom d’AGOA – créée en 2000 pour accorder à une liste de pays éligibles un accès en franchise de droits aux marchés américains pour des milliers de produits, il existe un ensemble d’initiatives qui sous-tendent les échanges économiques entre les États-Unis et l’Afrique. .

Il y a deux ans, l’administration Trump a lancé le programme Prosper Africa, axé sur le secteur privé, dans le but d’accroître le commerce et les investissements sur le continent. Résultat : 800 accords de commerce et d’investissement ont été signés dans 45 pays africains, pour une valeur estimée à 50 milliards de dollars. Quant à la Millennium Challenge Corporation, l’agence publique, elle a investi environ 9 milliards de dollars américains (8,85 milliards d’euros) dans 25 pays africains depuis 2004. Récemment, le président Biden, avec le soutien du G7, a accepté de lancer une nouvelle initiative, cette fois en se concentrant sur des projets d’infrastructure dans les pays en développement.

Pour Akinwumi Adesina, il serait également urgent que les entreprises américaines investissent dans la soi-disant facilité de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars de la Banque africaine de développement, conçue pour amortir l’impact de la crise alimentaire mondiale actuelle, qui s’est aggravée avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cette facilité, la première du genre, vise à aider les pays à se procurer et à distribuer des engrais et des semences agricoles, à fournir un soutien d’urgence pour les prochaines saisons de plantation, à augmenter leur production alimentaire de 30 % et à produire pour 12 milliards de dollars d’équivalent alimentaire.

A LIRE AUSSI Que retiendra-t-on d’Obama en Afrique ?

Cap sur l’avenir

Après le dédain outrancier et flagrant de Donald Trump, l’administration Biden veut rattraper le temps perdu, et se dirige vers l’avenir. Elle compte notamment sur la future zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). En fait, selon Washington, Zlecaf pourrait changer la donne pour l’intégration économique et le commerce africains, mais aussi stimuler les investissements, potentiellement de la part d’entreprises américaines intéressées par des produits à valeur ajoutée fabriqués sur le continent dans des secteurs clés. .

Cet accent mis sur les opportunités africaines n’est pas nouveau, mais il vise à initier un nouveau départ dans les relations entre Washington et les pays africains. La Maison Blanche a profité de cette rencontre pour annoncer que le président Joe Biden accueillerait les dirigeants africains du 13 au 15 décembre pour un sommet destiné à « souligner l’importance de la relation américano-africaine ». Ce sommet va « promouvoir davantage un nouvel engagement économique », « renforcer l’engagement des États-Unis et de l’Afrique en faveur de la démocratie et des droits de l’homme », permettre de travailler en coopération face aux pandémies, sur la sécurité alimentaire, sur la crise climatique et sur la paix. Aucun événement de cette ampleur n’a eu lieu depuis le premier sommet Afrique-États-Unis en 2014, organisé sous Obama.

LIRE AUSSI Barack Obama et l’Afrique : le grand malentendu

Le « Consensus de Washington » fait référence à un accord tacite entre le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), avec le soutien du Département du Trésor américain, de n’apporter une aide financière qu’aux pays en développement en difficulté (endettement, hyperinflation, budget ). déficit, etc.)

Pourquoi consensus de Washington ?

Le terme « consensus de Washington » vise à rassembler dans une formule rapide et implicitement critique les principes qui ont servi aux organisations internationales (FMI, Banque mondiale) ainsi qu’au gouvernement américain pour faire face à la crise de la dette interne et externe des pays en développement. les années 1980.

Quels sont les objectifs du Consensus de Washington ? Le « consensus de Washington » est un accord tacite qui vise à conditionner l’aide financière aux pays en développement à des pratiques de bonne gouvernance telles que définies par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

Related posts

Économie : « Personne ne sait vraiment quand une récession va frapper »

3 mois ago

Le ralentissement de l’économie sort de la dynamique du cloud

1 mois ago

Polémique : l’économie russe résiste… combien de temps ? – 21/09

1 semaine ago
Quitter la version mobile